Fan fiction: L'histoire d'un peuple

Murdo Productions

Bonjour,

Inscrivez-vous et participez à l'aventure Murdo Productions !

    Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Partagez
    avatar
    teck

    Messages : 56
    Date d'inscription : 16/06/2013
    Age : 27
    Localisation : Bordeaux

    Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par teck le Lun 22 Juil - 9:12



    La Terre, neuf ans après le lancement du programme "Porte des Etoiles" la Terre cour de nouveau un grave danger. Un vaisseau inconnue au proportion titanesque et en marche vers la Terre. En orbite Les B.C - 304 Dédale, Odyssey et Kololev les vaisseaux de bataille Terrien les plus évoluer ainsi que deux vaisseaux mère Asgard l'attende de pied ferme. Sur Terre le général O'Neill  aider des colonels Carter et Mitchell dirige les opérations depuis le S.G.C.  En Antarctique a l'Avant Poste Anciens, la tension et l'agitation vas grandissante, les docteurs Weir et Jackson aide Ayiana une charmante jeune Ancienne retrouver vivante sous les glace non loin de l'Avant Poste. Ils tentent de remettre en fonction le siège de contrôle des Anciens. Pendant se temps Teal'c, Valla Maldoran et Jonas Quinn tente de convaincre le Conseille Jaffa de leur prêter des vaisseaux Ha'Tak pour parfaire les défense de la Terre. Le vaisseau inconnue n'aller pas tarder a arriver, la tension devenait de plus en plus grande, tout le monde était a son poste. Le général O'Neill adressa un dernier message d'encouragement a ses hommes  quand une alarme retenti au sein du S.G.C. La Porte des Etoiles était en activation, le colonel Carter ordonna la fermeture de l'Iris, et les troupes de sécurité étaient en route vers la salle d'embarquement. La Porte venait de s'ouvrir et la sécurité de la base n'était toujours pas là. C'est alors que l'intégralité du S.G.C se retrouva dans le noire, une coupure de courant généralisé.

    Samantha Carter: Sergent Walter activer les générateur de secoure le plus vite possible !
    Jack Oneill: Carter que se passe t'il ?
    Samantha Carter: Plus rien ne fonctionne mon général, et je ne comprend pas pourquoi.
    Harriman  Walter: Mon general regarder l'Iris viens de s'ouvrir.
    Samantha Carter: Mon dieux c'est une invasion.

    Les hommes de la sécurité étaient enfin arriver dans la salle d'embarquement et était en position, le colonel Mitchell était a leur tête et il fut très vite rejoint par le général O'Neill. Tout le monde avaient les yeux fixé sur la porte les reflet de l'horizon des événement illuminais de sa lumière bleu toute la pièce. La tension aller de plus en plus grande. Alors que rien ne se passait au S.G.C en orbite le vaisseau venait de sortir d'hyperespace. Il était là a une centaine de kilomètre de la flottille, le colonel Steven Caldwell s'approchât de la verrière du Dédale pour admirais se vaisseau monstrueux. Il était là face au eux, un grand vaisseau linéaire d'une longueur d'environs vingt de kilomètre pour une hauteur de cinq kilomètre de couleur grise et orange.

    Steven Caldwell: S.G.C ici Dédale, le vaisseau inconnue viens de sortir d'hyperespace et nous fait face...
     S.G.C me ressevez-vous?
    Thor: Colonel Caldwell ici Thor je ne detecte aucune source d'énergie au S.G.C d'après moi ils doivent avoir des problème.
    Steven Caldwell: Major Marks, ouvrer moi un canal audio vers le vaisseau multiples fréquence! Ici le colonel Steven Caldwell a bord du vaisseau Terrien Dédale, qui que vous soyez je vous sommes de vous identifier!
    Kevin Marks: Aucune réponse colonel.
    Steven Caldwell: On recommence ! Avant Poste ici Caldwell j'attend votre rapport
    Ayiana Sarrya: Colonel Caldwell ici Ayiana, le siège de contrôle et opérationnel mais on a un autre problème l'extracteur d'énergie, pardon l'E2PZ n'a pas assez de puissance pour envoyé le moindre drone, je suis désolé colonel.
    Elizabeth Weir: Colonel Caldwell ici Weir nous avons perdu le contact avec le S.G.C.
    Steven Caldwell: Nous aussi docteur Weir, Thor ne détecte aucun signe d'énergie au S.G.C. Nous sommes seul.
    Ayiana Sarrya: Bon courage colonel...

    Alors que la tenssion se fesait de plus en plus grande au S.G.C les choses aller très vite évoluer. Alors que Carter et son équipe tenter de remettre le courant, Oneill et Mitchell étaient toujours dans la salle d'embarque a surveiller la porte mais rien ne l'avait encore franchit. C'est alors qu'un homme d'en certaine franchit la Porte des Etoiles. Les soldats le mirent aussitôt en joue.  Le vieil homme, de taille moyenne, aux cheveux et à la barbe blanche taillée courte scrutait de ces yeux d’un bleu glacial la pièce où il venait d’arriver. Carter le fixé du regard cette homme, elle n'arriver pas a détourné ses yeux de cette homme mais soudain elle entendit sa voix dans sa tête.

    Homme mystérieux: Vous n'avait rien a craindre de nous colonel Carter nous ne vous voulons aucun mal.

    C'est alors qu'une jeune femme et un homme franchir également la Porte des Etoile qui se referma aussitôt. C'est alors que l'Iris se referma et que toute les lumières se rallumèrent. O'Neill et c'est hommes mirent leur étrange visiteur directement en joue et ne les lâchèrent pas du regard. A se moment là le vaisseau inconnue rompit le silence radio. Un hologramme a la forme d'un homme très mince au cheveux, la barbe et les yeux marron portant un uniforme d'une armées inconnue apparue dans la salle de contrôle de tout les vaisseaux en orbite, dans la salle d'embarquement  S.G.C devant les étrange inconnue et à l'Avant Poste Anciens en Antarctique.

    Hologramme: Ici le Conseiller Teck Rakshan membre de la Nation Lantienne a bord du vaisseau amiral Purgatory, nous sommes ici en paix, les homme qui on franchit la porte sont des notre.
    Steven Caldwell: S.G.C vous avez entendu sa ?
    Carter: Oui Dédale, rester en stan-by.
    Stenven Caldwell: A vos ordre Colonel, major Marks transmettez les ordre au reste de la flotte !
    Jack O'Neill:Madame, Messieurs identifiez-vous je vous prie!
    Moros Hydray:Je vous prie de vouloir excusez cette entré plus que théâtrale mais nous n'avions pas d'autres choix pour franchir votre porte, voici la conseillère Melia Khella, le conseiller Janus Semah et je suis le conseiller Moros Hydray, nous sommes venue ici pour répondre au message d'Ayiana.
    Jack O'Neill:Au message d'Ayiana ? Carter ?
    Samantha Carter:Je ne suis au courant de rien mon général.
    Melia Khella: Oui Ayiana nous a envoyer plusieurs message a quelle que mois d'intervalle.

    Alors que O'Neil et Carter s'interroger sur la venue de leur mystérieux invité, à l'Avant Poste Anciens l'excitation monter en Ayiana, elle qui avait envoyer plusieurs message a l'insu de ces amis de la Terre, dans l'espoir de retrouver les siens,  espérant du plus profond elle même ne pas être la dernière survivante de sa race. Car Ayiana n'était pas d'originaire de la Terre, elle avait été retrouver sous les glaces d'Antarctique il y a de sa trois ans par une équipe de scientifique. Cela fessait plusieurs années quelle tenter de les retrouver mais en vain, la tristesse la ronger depuis que les siens avait du quitter la Terre, il y a de sa plus de quinze mille ans. Après t'en de temps a attendre elle avait enfin eu sa réponse.


    Ayiana Sarrya: Colonel Caldwell ici Ayiana pouvez-vous me teleporter au S.G.C en priorité ?
    Steven Caldwell: Aucune teleportation possible au S.G.C les protocole du teleporteur l'en empêche et vous le savez !
    Ayiana Sarrya: C'est un problème que je peux régler colonel !
    Steven Caldwell: Je suis désoler mais je ne peux rien pour vous.
    Elisabeth Weir: Colonel Caldwell, des Anciens on peu être franchit la porte des étoile et Ayiana et la seul a pouvoir savoir si il disent la vérité.
    Steven Caldwell: Je regrette docteur Weir je ne peux pas!
    Elisabeth Weir: J'en prend la responsabilité, s'il vous plait colonel.
    Steven Caldwell: Major Marks teleporter Ayiana dans la salle du teleporteur Asgard !
    Ayiana Sarrya: Merci Colonel.

    Ayiana fixa le docteur Weir droit dans les yeux sans dire un mot, mais se regard voulait tout dire. Elle la remercier pour tout le soutien quelle lui avait apporter au cour de c'est longue années de travaille. Soudain une lumière blanche intense entoura la jeune Lantienne, la lumière s'intensifia puis elle disparue ainsi qu'Ayiana. Elle réapparue quelle que seconde plus tard à bord du Dédale dans la salle des machine, toujours dans cette puissante lumière blanche. La technologie de téléportation était un cadeau des Asgards au Terrien pour les nombreux foie ou il l'ai avait aidé. Elle se dirigea alors vers la console de teleportation, pianota quelle que minute sur le clavier de l'ordinateur, puis avertie Caldwell que les modification étaient faite, une foie prette la jeune femme quitta le vaisseau comme elle était venue, elle atterrie dans un des couloir adjacent a la salle d'embarquement du S.G.C. Elle s'avança lentement de la grande porte métallique qui permettait d'accéder a la salle de la Porte des Etoiles, mais au moment d'entré elle s'appuya quelle que minute contre le mur pour reprendre ses esprit.Elle songea a toute c'est années de tristesse dû au départ de son peuple quand ils ont quitter la Terre et a toute c'est années de joie et d'émotion passé avec les gens du S.G.C et en particulier a Jonas Quinn, son grand amour partie avec Teal'c et Vala Maldoran chercher de l'aide. Ayiana souffla un bon coup pris son courage a deux main et entra lentement dans la salle d'embarquement, se faufilant d'un pas léger entre les soldats qui tenaient toujours en joue les trois membres du Conseil. Elle s'avança devant le Conseiller Moros et s'inclina légèrement.


    Ayiana Sarrya: Conseiller Hydray, je vous salut je suis Ayiana Sarrya je suis la dernière...
    Moros Hydray: Je sais qui vous- etez mademoiselle, jeter là le jour ou Atlantis a quitter Terra-Atlantis et ou vous avait fait vos adieux a votre père, bien que a cette époque je n'était qu'un très jeune garçon, vous n'avait pas changer.
    Ayiana Sarrya: La glace conserve bien Conseiller. Hydray, Hydray je ne me souvient pas mais votre nom me dit quelle que chose. La Gouverneur Ella Hydray de Vis Uban?
    Moros Hydray: Oui, ma mère.
    Ayiana Sarrya: General O'Neill, il n'y a rien a craindre vous pouvez dire a vos homme de baissé leur armes, se sont des amis !
    Jack O'Neill: Messieurs romper ! Conseiller je vous souhaite la bienvenue sur Terre, suivez moi nous allons nous installer pour parler.

    La délégation Lantienne suivit de prêt le haut commandement du S.G.C se dirigea alors dans la salle de briefing et s'installèrent autour de l'immense table de bois installé au centre de la pièce. Ils furent très vite rejoins par les docteurs Weir et Jackson, Thor et Kvasir les deux Asgards venue prêter main fort au Terrien. C'est alors qu'une long conversation débuta. Les trois nation réunie autour de cette table s'expliquèrent sur les découverte des artefacts des Anciens trouver dans  la Voix Lactée, leur rencontre avec les Oris la découverte d'Ayiana et de l'Avant Poste. Quand aux Lantiens il expliquèrent au Asgard la grande joie de les retrouver, et les Asgard expliquèrent quand a eux leur problème due au multiples dégénérescence cellulaire que subit leur peuple. C'est alors que les Lantien proposèrent un accord, il laisserait le V.A.L - Purgatory avec sont équipage pour assister les Terrien dans la lutte contre les prêcheurs des Oris que les Lantiens avait bien connue, et en échange Ayiana et une petit conttagent les rejoindraient sur Atlantis, leur capital pour établir des relation diplomatique. Le général Jack O'Neill partie dans son bureau et utilisa son téléphone rouge, il resta en communication pendant près d'un bon quart d'heure et retourna voir ces convive.

    Jack O'Neill: Conseiller Hydray le président accepte votre proposition et vous remercie pour votre futur aide face au Oris, il aurais aimé vous rencontré en personne mais le devoir l'appelle actuellement autre part.
    Moros Hydray: Ne vous enffet pas général, il n'y a aucun problème. Nous avons cependant un autre pressent pour vous, si vous permettre qu'un de nos hommes se teleporte ici afin de vous le remettre en personne?
    Jack O'neill: Je n'y voie pas de problème.

    C'est alors qu'un jeune homme en uniforme apparue dans une lumière blanche intense dans la salle de briefing. il portait un coffre métallique avec lui qu'il remit au Conseiller Hydray. Le Conseiller posa a son tour la boite sur la table devant le général O'Neill et les colonel Carter et Mitchell. Moros fit signe a O'Neill d'ouvrir le coffret, Jack s'exécuta et resta ebailly devant se précieux trésors.

    Cameron Mitchell: Je rêves, ou c'est se que je crois que c'est mon général ?
    Jack O'Neill: Je suis comme vous, Carter ?
    Samantha Carter: Oui mon général c'est bien sa, un E2PZ le seul générateur capable d'alimenté l'arme de l'Avant Poste des Anciens en Antarctique.
    Janus Semah: Je vois que vous connaissez déjà cette technologie mais il vous a été offert de façon légèrement égoïste ! Nous nous doutions que votre porte n'allait surement pas avoir assez d'énergie pour nous revoyez chez nous.
    Samantha Carter: Ne vous en faite pas il ne seras très utile d'un manière ou d'une autre, merci beaucoup.
    Jack O'Neill: Merci a vous c'est un immense honneur.
    Mélia Khella: Vous avez sauver l'une des nôtres il n'y a rien de plus important pour nous.
    Janus Semah: Si vous voulait je peux aidez vous scientifique a connecter l'appareille a la porte?
    Samantha Carter: Avec plaisir suivez moi Conseiller.
    Moros Hydray: General nous n'allons pas n'abuser de votre hospitalité plus longtemps nous n'allons pas tarder a rentré j'aimerais parler avec vous de la personnes qui vas nous suivre.
    Jack O'Neill: J'ai déjà une homme pour vous,le docteur Daniel Jackson c'est notre plus grand expert sur votre peuple, pour ma part je ne peux me permettre pour le moment a vous affecté plus d'homme au vue de la situation critique avec les Oris.
    Moros Hydray: Se seras parfait général, je m'ocupe de votre expert, merci a vous.
    Ayiana Sarrya: Conseiller, général j'ai moi même une requête ? Pensez-vous possible que Jonas Quinn me rejoigne ?
    Moros Hydray: Pour ma part je n'y vois aucun problème. Général ?
    Jack O'Neill: Moi non plus, il ne doit rentré dans quelle que heure et maintenants que nous avons un E2PZ il pourras vous rejoindre a son retour.
    Ayiana Sarrya: Merci a vous !
    Moros Hydray: Nous allons vous donnez les cordonné d'Atlantis notre capitale dans la galaxie de Pégase, une protection similaire et installé sur notre porte mais le mécanisme ne s'enclenche pas lors des connexions étable depuis la Terre, le passage vous seras toujours ouvert.
    Jack O'Neill: Parfait Conseiller suivez moi jusqu'à la salle de contrôle. Daniel aller préparé vos affaire vous partez avec la délégation Lantienne.

    O'Neill, Moros et Melia attendent dans la salle de controle, Janus et Carter avaient quand a eux terminer de connecter l'E2Pz a la porte. Moros commença a entré les cordonné d'Atlantis. Il fut très vite rejoind par le Docteur Jackson et Ayiana fin près a partir. La porte comme a s'activer, un à un les huit chevrons s'enclenchèrent et la porte s'ouvrit. C’est alors que le groupe s’avançaient devant le vortex, une fois tous deux devant l’horizon des événements Daniel hésita un peu et se posait de nombreuses questions. La première question était qui a-t-il derrière ? Moros lui fit signe d’avancer. Daniel pris son courage à deux mains et franchit la porte suivit de près par Moros et le reste de la délégation. Après trois secondes et six dixièmes Daniel arriva enfin sur Atlantis. Ils arrivaient dans une grande salle, juste devant eux se trouvaient des escaliers et une grand fenêtre couverte de vitraux, la plus part des murs étaient de couleur vert pâle, le sol était de couleur bordeaux marqué de plusieurs ligne grises. Daniel était en admiration devant cette pièce. Janus emmena directement Ayiana a ces nouveau appartement, quand a Moros et Mélia il attendez le docteur Jackson qui admirais la salle de la "Porte des Etoiles"

    Moros  Hydray: Docteur Daniel Jackson, bienvenue sur Atlantis.
    Daniel Jackson: C'est magnifique, votre cité a l’air incroyable.
    Moros hydray: Oui, mais malheureusement la visite guidée n’est pas pour aujourd’hui je suis désolé. Dans un premier temps vous aller suivre la Conseillère Khella, dans la salle de la base de donnée d’Atlantis.
    Daniel Jackson: Pardon ?
    Moros Hydray: Oui vous aller apprendre notre histoire pour la raconter aux vôtres et je vous parlerai de ce qui se passera plus tard.
    Daniel Jackson: D’accord, il n’y a aucun problème j’ai hâte de consulter votre base de données, c’est même une grande joie pour moi !
    Moros Hydray: Je veux bien vous croire, Mélia s’il vous plait, vous voulez bien servir de guide au Docteur Jackson et le guider dans son apprentissage ?
    Mélia Khella: Bien sur Conseiller Moros se seras un plaisir, par ici Docteur Jackson suivez moi…

    Mélia et Daniel se dirigèrent à présent vers la salle de la base de données d’Atlantis. Moros quant à lui resta debout devant la porte des Etoiles et les regardait partir. Peu après un jeune homme vint le rejoindre. L’homme qui le rejoint portait l’uniforme de la flotte Lantienne, et ces cheveux châtain claire coupé très cours ne pouvait, pas se permettre de se tromper. Il s’agissait de l’Amiral en Second Dakos, le jeune officié salua Moros, qui lui rendit aussitôt son salut. Moros lui demanda de surveiller Mélia et le Docteur Jackson personnellement. L’amiral en second demanda au vieil homme si il soupçonné quelque chose de la part des terriens, et Moros lui répondit qu’on état jamais trop prudent, puis Moros regagna son bureau. Pendant ce temps Mélia et Daniel venaient d’arriver au porte d’une petite pièce qui s’ouvrit automatiquement, ils prirent place dans cette très petite pièce qui ne pouvait contenir que trois ou quatre personnes. Les porte se fermaient et un écran apparu sur le mur face à la porte. Sur cet écran était représenté un énorme flocon de neiges, ou des dizaines de point étaient placés çà et là sur ce grand flocon de neige. Daniel posa alors un tas de questions à Mélia :

    Daniel Jackson: C’est quoi ce grand flocon de neige Mélia ?
    Mélia Khella: Voici un vague plan de la cité d’Atlantis.
    Daniel Jackson: Et à quoi serve tous ses point ?

    Mais Mélia ne répondis pas à la question de Daniel et appuya sur un point situé sur le centre de la cité et l’écran disparu, les portes se rouvrirent d’elle-même. Mélia et Daniel sortirent. Là Daniel remarqua que l’endroit où il se trouvait était complètement différent, et compris que la petite pièce d’où ils veinaient de sortir était une sorte de téléporter. Ils continuaient de marcher dans un long couloir et arrivaient devant un mur. Soudain une des cloisons du mur pivota pour laisser entrer nos amis. La porte s’ouvrit et Mélia fit signe à Daniel d’entrer. La pièce où ils venaient de pénétrer s’éclaira graduellement et Daniel put voir une grande pièce hexagonal au mur de couleur orange foncé avec des formes géométriques rectangulaires disposés un peu partout de couleur vert clair. Au milieu était située une sorte d’estrade de quinze centimètres de haut et d’environs deux mètres cinquante de diamètre de couleur brune. Sur la droite de cette estrade qui était en faite un projecteur holographique se trouvait une petite console, Mélia se place juste derrière et posa ces mains sur le bord de l’appareil, et la console s’activa suivi de hologramme. Une femme apparue alors au milieu de l’estrade et dit :

    Aura: Bonjour.
    Daniel Jackson: Bonjour.
    Aura: Posez votre question verbalement, ou entrez la manuellement à l’aide du clavier qui se trouve devant vous !
    Mélia: Nous sommes venus consulter toute les archives de l’histoire de notre peuple.
    Aura: Parfait ! Chapitre I : Au commencement…


    _________________
    avatar
    teck

    Messages : 56
    Date d'inscription : 16/06/2013
    Age : 27
    Localisation : Bordeaux

    Re: Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par teck le Lun 22 Juil - 9:15




    Au commencement, notre peuple vivait dans une lointaine galaxie nommé Orion, a des milliers et des milliers d’années lumière de toute autre galaxie. Nous développions nos savoirs et nos technologies. Mais un jour, au cour de notre évolution, un schisme se produit, séparant le peuple en deux factions distinctes. Notre groupe nommé les Alterans, d’avantage attiré par les sciences, la technologie et le savoir, en parfaite opposition avec les Oris, peuple religieux et mystique attiré par le pouvoir…

    Pendant des centaines d’années nous avons coexisté, nous leur avons même offert de partager nos plus belles inventions technologiques, pour régler nos différents. Au vue de notre très longue longévité nous avons pris la décision de créer une seconde évolution de notre espèce afin d’éviter qu’ils ne commettent nos erreur passé, nous les avons appelé Humain. Mais les humains n’ont pas hérité de toutes nos qualités. Les Oris ce sont servis de notre création pour renforcer leur religion et ont convaincus les Humains qu’ils avaient été crée de leurs mains divines. Ce qui creusa encore le fossé qui séparait nos factions. Une paix instable s’était installée entre Oris et Alterans, mais les Oris savaient que tant que nous serions là ils ne pourraient jamais étendre d’avantage leur religion, nous vivions dans l’attente d’une guerre. Nous nous sommes alors retranchés dans les montagnes de Célestia. Alors que les Oris rassemblaient de plus en plus de fidèles humains, nous préparions un plan d’évacuation pour quitter cette galaxie. Et quelques années plus tard les Oris lancèrent une croisade meurtrière contre les Alterans et les Humains qui refusaient Origine leur mystérieuse religion.

    Un à un nos villages cachés dans les montagnes tombèrent aux mains des Oris. Par chance ces villages avaient été évacué des jours avant l’arrivée des forces ennemies, nous arrivions à toujours gardé une longueur d’avance sur eux. Jusqu’au jour ou il n’en resta plus qu’un. Le village de Cyra bâti sur le sommet d’un des monts de la montagne qui surplombait tout les autres. Cyra était le plus grand village Alterans, un cadre de vie agréable malgré la guerre. De grandes maisons de pierre qui laissaient apparaître des poutres en bois le tout recouvert d’un toit de chaume constitué principalement le village ; en son centre la grande place du marché qui abritait les étalages de toutes sortes et juste au bout de cette place un immense tour surveillait le village. Des pavés de pierres grises et blanches recouvraient les rues du village, et le long de celles-ci étaient disposé symétriquement des réverbères de métal sur lesquels était placé un cristal bleu, de la taille d’un point qui éclairaient les rues. Le soleil peine à se lever aujourd’hui ; ces faibles rayons ont peine a chauffé les pierres froide du village, mais le village de Cyra se réveille quand même lentement et les Alterans sortent peu a peu de leur demeure et regagnent tranquillement leur travail. Même si la guerre Oris contre Alterans avait atteint un stade critique, les habitants de Cyra ne s’en souciaient point. La place du marché était pleine à craquer avec tous ces nouveaux réfugiés. On entendait à peine le son des cloches de la grande tour. Le soleil était maintenant bien haut dans le ciel et ces rayons réchauffaient le village. A présent il faisait bon vivre dans le village. Les Alterans allaient et venaient dans Cyra, mais personne n’avait vraiment l’air de ce soucier de l’avancée des armés Oris. Cette sérénité était quand même impressionnante. Mais le village de Cyra n’était pas simplement le plus grand ou le plus difficile d’accès non, c’était le lieu ou siégeait le Grand Conseil Alterans qui tenait une réunion dans le réseau de galeries souterraines du village. Dans la salle du Conseil ce tenaient debout les neuf membres du Grand Conseil. Ils étaient dans une pièce relativement sombre, comme la plus part des pièces dans les souterrains, quatre cristaux lumineux bleu disposés dans les coins de la pièce éclairait faiblement les étagères ou étaient rangé plusieurs objets technologiques comme un terminal de communication longue distance, ainsi que les pierres de communication et tout un tas d’autres objets. La réunion allait commençait, le plan d’évacuation des Alterans était presque prêt.

    Oron Curima: Nous ne pouvons plus nous cacher !
    Roshen Barra: Nous méritons mieux que ça !
    Oron Curime: Les Oris ont de puissantes armées et s’apprêtent à nous détruire ; notre existence même est une insulte pour ces fanatiques ivres de pouvoirs. Ils sont près à tout pour effacer les dernières preuves, qui réfutent leur prétendues essence divine.
    Sillya Jarra: Nous n’avons plus le choix, les raisonner est impossible.
    Oron Curima: Nous pouvons nous battre ! Nous savons comment les affaiblir.
    Mérya Kyna: Ils nous serons toujours supérieurs en nombres.
    Amélius Jara: Mais nous avons l’Arche.
    Sillya Jara: Je ne crois pas que l’endoctrinement soit la solution. L’Arche de Vérité entraine un vrai lavage de cerveau ; ce n’est pas plus louable que les conversions forcées des Oris.
    Oron Curima: Le seul moyen noble et honnête de combattre quelqu’un est de lui faire voir la lumière, c’est de lui présenter des preuves.
    Mérya Kyna: Notre culture est fondée sur la raison, nous prônons la compréhension du monde physique, grâce à l’observation et a l’expérimentation. Tout repose sur le libre arbitre et la bonne volonté. Je trouverai absolument honteux de revenir sur nos grands principes, nous ne sauverons pas notre civilisation en renonçant à ces bases et a ces idéaux.
    Oron Curima: Nous reconnaissons tout le potentiel fabuleux de l’Arche de Vérité.
    Mérya Kyna: Mais pensons au danger que cette puissance représente.
    Oron Curima: L’Arche ne doit pas servir d’arme contre les Oris. Le débat est clos, c’est fini Amélius nous avons besoins de vous sur le projet Infinity.

    La plus part des membres du Grand Conseil quittait la pièce, mais Mérya interpela Amélius pour lui parler en privé. Elle s’approcha de lui, et mit sa main sur son bras, et lui dit pour le réconforté que tout ceci n’était pas contre lui et que l’Arche de Vérité était une formidable invention, mais que son utilisation était impossible. Elle lui dit aussi qu’il était l’un des plus grand chercheur Alteran et souligna l’importance du grand projet secret Infinity  et qu’elle comptai sur lui et son équipe pour terminer ce projet le plus rapidement possible, car l’espoir de survie des Alterans reposait sur ce projet. Amélius comprenait et respectait le choix du Grand Conseil concernent l’Arche, bien que très déçu il ne renoncerait pas au projet Infinity. Mérya quitta la salle du Grand Conseil et laissa Amélius avec l’Arche de Vérité qu’il rapporta dans son laboratoire. Il marchait le long de grand couloir faiblement éclairé part des appliques en cristal bleu, après cinquante mètres il arriva a son laboratoire. Amélius poussa la porte en bois, entra dans la pièce pleine d’objets bizarres et de plans d’inventions posa sont l’Arche sur une table et reparti en direction de la salle ou le fameux projet secret était réalisé. Le jeune homme de taille moyenne aux cheveux marron, marchait toujours dans le long couloir, le bruit de ces pas raisonnaient sous les voutes. Après dix minutes de marche, il descendît une trentaine de marche pour rejoindre un autre long couloir ou il croisât quatre hommes qui portaient de lourde males, il se décala pour les laissé passer en s’excusant. Après vingt minutes de traversée, dans le couloir et la rencontre avec huit autres équipes il arriva devant la porte de la salle du projet l’Infinity. Il ouvrit la porte qui débouchait dans une pièce de taille démesurée, il fit cinq pas en avant s’appuya sur une rambarde en pierre. De ces yeux brun il scrutait la salle dons il ne voyait ni le fond de la salle ni le bas et ni le plafond, la seule chose qui croisait le regard Amélius était l'Infinity. Les centaines d’applique qui éclairaient la pièce ce reflétaient sur l’immense vaisseau qui trônait au milieu de la pièce. C’était donc ça ce fabuleux projet Infinity, un gigantesque vaisseau d’argent qui emmènerait le peuple Alteran loin de cette galaxie.  Amélius reprit ca longue route le long des couloirs de pierre il arriva a une échelle, il descendit une douzaine de niveaux, là il arriva à l’entrée du vaisseau il passa la passerelle et entra dans le ventre du vaisseau Infinity. Le style architecture était vraiment très différent les murs étaient en métal de couleur bleu gris ainsi que le plafond, le sol était plutôt d’un vert pâle. Les couloirs étaient aussi éclairés avec des applique en cristal bleu et rouge, en en temps normal bleu, et le rouge en cas de problème. Amélius continuait sont chemin vert la salle des machines. Après plusieurs mètres de couloirs et plusieurs changements de niveaux il arriva enfin devant la porte de la salle des machines. La porte de la salle de couleur jaune claire, encadrait d’un vert de la même couleur que le sol ; il appuya sur l’interrupteur pour ouvrir la porte qui se trouvait juste a la droite de celle-ci, elle coulissa en ce séparément en deux avec un petit sifflement d’air. La salle des machines était le cœur de l’Infinity, une grande pièce pleine d’écrans avec des représentations de six propulseurs du vaisseau, il y avait aussi une grande console qui contrôlait le générateur principal du vaisseau. L’équipe d’Amélius travaillait sur les réacteurs depuis tôt ce matin, il ne restait que deux ou trois choses avant qu’il ne soit opérationnel. A peine à l’intérieur un des hommes d’Amélius vint à ca rencontre, Il se prénommait Cildon il était relativement petit et jeune, cheveux blond avec un air assez espiègle. Le jeune homme était l’assistant personnel d’Amélius.

    Cildon : Bonjour Amélius, comment allez vous ? La réunion du conseil s’est bien passée ?
    Amélius : Je préférerai ne pas a avoir a parlé de ça, mais je vais bien et vous j’espère que vous n’avez pas tous travaillé toute la nuit ?
    Cildon : Ha je vois ce n’était pas vraiment ça, il on désapprouvé l’utilisation de l’Arche de Vérité ? Non Amélius nous n’avons pas travaillé toute la nuit mais j’ai demandé aux hommes de venir plus tôt ce matin car nous avons bientôt fini de connecter les propulseurs au reste du vaisseau.
    Amélius : Cildon je vous ai déjà dit que cela ne vous regardait pas, mais oui c’est à cause de l’Arche, bon allez mettons nous au travail. Messieurs bien le bon jour.

    Cildon regagna son poste à la console du générateur. Il continuait de calculé les quantités d’énergies que les générateur allaient produire à son maximum. Amélius quand à lui se dirigea vers un panneau de contrôle des propulseurs, il appuya déçu et le panneau s’ouvrir. Amélius tira le panneau pour y voir un peu mieux ; à l’intérieur se trouvait plusieurs cristaux de différentes couleurs, mais certains emplacements étaient vide. Amélius ouvri une petite mallette qui n’était pas très loin de la, et plaça les cristaux de la mallette dans le panneau. Quand il eu fini de remplir le panneau, tous les cristaux s’allumèrent et émirent un petit bruit. Après trois heures de travail acharné Amélius avait complété la totalité des panneaux de contrôle et une fois cela fini un écran s’activa dans la salle des machines. Amélius se dirigea vert la console pour rejoindre Cildon. Tout marchait correctement, Cildon contacta la salle de contrôle de l’Infinity grâce à un l’interrupteur sur la console.

    Cildon : Salle de contrôle, ici la salle des machines répondez svp.
    Sillya : Je vous reçois salle des machine qui a-t-il ?
    Amélius : Les moteurs sont opérationnels, vous devriez les avoir sur les écrans de pilotage je voudrais juste que vous vérifié si tout marche chez vous !
    Sillya : Bien sur, deux petite minutes. Lanios vérifié la console de navigation s'il vous plait.
    Lanios : Salle des machines le chargement est en cours, cela ne devrait pas tarder à être fini. Tout est prêt les moteurs du vaisseau sont connectés à la salle de contrôle.
    Amélius : Alors tout est parfait, je monte vous rejoindre. J’ai des choses à vérifier sur les consoles de la sale de contrôle.
    Sillya : Aucun problème Amélius je t’attends.
    Cildon : Salle des machines fin de communication.

    Amélius quitta la salle des machines pour ce dirigé vers la salle de contrôle du vaisseau. Il longea encore une fois de longs couloirs, au bout quinze mètres Amélius devait changer de couloir pour atteindre sa destination et tourna sur la droite. Il débouchât donc dans un nouveau couloir où se trouvaient plusieurs portes ouvertes. A chaque fois qu’il passait devant l’une de ces portes il jetait un coup œil pour voir si quel’ un travaillait a l’intérieur. Les pièces étaient de taille moyenne, pour jeter un coup œil plus approfondit. Sur les murs se trouvait vingt portes de verre surmontées d’un cristal vert, et au centre de la pièce ronde se trouvait une petite console avec deux instructeurs. C’est pièces étaient en fait des chambres de stase, l'Infinity possédait deux milles chambres de la même sorte. Amélius sorti de la pièce et continua ca route. Au bout de teinte-cinq minutes, il rencontra une femme d’âge moyen aux cheveux roux en train de travailler sur les modules de stase. Elle s’appelait Renna. C’est elle, et son équipe qui étaient chargée de la conception et du bon fonctionnement des chambres de stase.

    Amélius : Bonjour Renna, tout ce passe bien ?
    Renna : Amélius vous n’avait fait peur ! Oui tout ce passe bien. Et vous ?
    Amélius : Oui je viens juste de finir de connecter les propulseurs au reste du vaisseau et je me rends a la salle de contrôle pour faire un rapport sur les autres systèmes et voir si tout va bien, mais j’ai encore sept ou huit jour de dur travail devant moi.
    Renna : A c’est une excellente nouvelle pour les propulseurs ; pour ma part il ne me reste plus que neuf cent dix neuf chambres à vérifier. Mon équipe travaille d’arrache pieds, tout avance bien. Mais je ne sais pas vraiment combien de temps cela va nous prendre.
    Amélius : Oui je vois, je n’excuse Renna mais je dois y aller, bonne continuation !

    Amélius reprit donc sa route et arriva enfin à l’échelle principale qui avait un accès directe a la salle de contrôle. Après avoir monté dix niveaux il longea un couloir en arc de cercle et après avoir marché deux mètres il arriva devant la porte de la salle de contrôle. Il allait appuyer sur l’interrupteur pour ouvrir la porte mais elle s’ouvrit avant qu’il eu le temps de toucher le bouton. Un groupe de cinq hommes en sorti et pris la direction des hangars. Amélius entra dans la salle de contrôle et put admirer l’immense verrière de la pièce qui donnait sur l’extérieur. Au centre de la pièce ce trouvait le fauteuil du commandant du l’Infinity. Personne ne savait qui allait avoir la chance et le privilège, mais aussi l’énorme responsabilité de diriger ce magnifique vaisseau. Il y avait cinq consoles disposées en arc de cercle, chaque une d’entre elle était disposée face à la verrière. Il y en avait une pour le contrôle des boucliers, une pour le contrôle des systèmes de survie et autre pour le contrôle des propulseurs, une autre pour l’observation des chambres de stase et la dernière était reversée au radar. Sillya se trouvait juste à coté de la console des systèmes de survie, la jeune femme au tien pale et aux cheveux brun coupés cours discutait avec une autre femme nommée Esta et parlait des stocks du vaisseau :

    Esta : J’ai le rapport de stockage, pour les entrepôts de nourriture, les entrepôts un à sept sont plein et les quatorze à vingt le sont aussi, et les entrepôts huit à treize le seront dans sept jours.
    Sillya : C’est parfait, j’en informerais le Grand Conseil, et qu’en est il des dépôts d’équipement ?
    Esta : Les entrepôts vingt-et-un à vingt-cinq on été réservé aux pièces de rechange pour le vaisseau et les entrepôts vingt-six à quarante sont déjà plein, il s’agit de matériel pour la future installation.
    Sillya : Tout est parfait, nous pourrons peut-être partir d’ici dans un mois, si tout va bien. Amélius approche je ne t’avais pas vue.
    Amélius : Ce n’est pas grave, ne t’en fait pas pour ça tu et débordée ! Je viens consulter les ordinateurs des modules de stase pour voir ci ils sont tous bien alimenté en énergie et voir les choses qu’il me reste à faire.
    Sillya : Fait comme chez toi.

    Amélius consulta un à un les consoles de la salle de contrôle, il venait d’établir la liste des dernières choses à finir avant le grand départ, qui n’était toujours pas prévue. Il ne restait plus qu’a activer les cinq derniers générateurs qui viendraient alimenter les boucliers et à installer le programme de pilotage automatique sur la console de navigation. Mais Amélius avait prévus de  faire cela demain ; le soleil était presque couché Amélius et sa femme Sillya rentrèrent chez eux, pour se reposé, de leur longue journée de labeur. Ils regagnaient la surface ou le ciel était rouge, le soleil allait bientôt se coucher dans moins de trois heures il ferait nuit. Sillya et Amélius avait regagné leur maison, Amélius ouvri la lourde porte en bois de l’entrée et le couple entra. Une fois chez eux Sillya se dirigea vers la cuisine pour préparée le repas, leur maison était de petite taille la lumière était assez tanisée ce qui créait une ambiance plutôt calme, car le couple en avait bien besoin après leur journée de travail sur le chantier de l’Infinity. Amélius prépara la table qui se trouvait dans la salle principale, elle était installée au centre de la pièce, il prit deux assiettes et deux verres en étain qui étaient rangés dans un des trois buffets de la pièce. Il alluma la cheminée car la chaleur extérieure commençait à tombé, il se posa cinq minutes dans l’un des deux fauteuils installés juste devant la cheminée et admirait les flammes oranges. Sillya avait fini de préparer le repas et entra dans la salle principale par une petite porte cachée par un rideau de couleur bordeaux. Le couple se mit à table, devant une assiette de fruits locaux. Ils dégustaient des tranches d’un fruit rouge très savoureux rouge en forme d’étoile. Et ils se mirent tout les deux à parler de leur journée, de la réunion du conseil, de leurs travaux sur l’Infinity et de l’Arche de Vérité. Mais la conversation sur l’Arche entraina vite la dispute du couple, car leur avis était toujours opposé. Soudain le son de la cloche d’alarme retenti dans le village de Cyra et peu de temps après on entendit plusieurs voix. La totalité des Alterans du village était en direction de la place du marché, Amélius et Sillya partir immédiatement voir le Grand Conseil qui devait être réuni dans une maison sur la place du marché. Quand ils arrivaient le Grand Conseillé Oron et le reste du Conseil étaient sur un balcon qui surplombait la foule, mais malgré tout ce monde Amélius eu le temps d’apercevoir son assistant Cildon dans la foule.

    Oron : Mes amis j’ai le grand regret de vous annoncer que les Oris ont trouvé l’emplacement de Cyra, et font actuellement route vers nous. Nous devons partir, nous nous rendons vers un de nos ancien village abandonné en espérant que les Oris ne nous trouve pas une fois là-bas. Veuillez rentrer et préparer vos affaires n’emporter que le strict nécessaire.
    Cildon : Et le projet Infinity, nous allons l’abandonner en ci bon chemin ?!
    Oron : J’ai bien peur que oui nous n’avons pas assez de temps.
    Amélius : J’ai bien peur que vous vous trompiez grand conseillé. Cildon a raison si nous partons maintenant nous ne pourrons jamais recommencer nous avons était trop loin cella serait bête de ne pas aller jusqu'à la fin du projet.
    Oron : Entendu, combien de temps vous faut il Amélius ? Mes éclaireur n’on informé que les armés Oris seraient là dans douze jours.
    Amélius : Grand Conseillé Oron, je peux vous certifier que dans onze jours le vaisseau Infinity aura quitté Célestia.
    Oron : Mais le planning et très serait Amélius, ce n’est pas pour vous mettre la pressions mais le sort de notre race repose sur vous.
    Amélius : Vous avait raison ! Je demande a tous les membres d’équipage du vaisseau Infinity, de se rendre à leur poste nous avons encore pas mal de travail.
    Mérya : Et quant aux autres je vous demande de vous tenir prêt préparez vos affaires.

    Une fois à bord les membres d’équipage reprirent le plus vite possible leur poste, Tous s’activèrent a terminer le vaisseau dans les temps. Les hommes et les femmes de l’Infinity travaillaient sans relâche. Certain comme Cildon dormait et mangeait à bord du vaisseau. Quelle ne fut la joie au bout de c’est huit longs jours de travail acharné le vaisseau Infinity était enfin fini. Une petite réception fut organiser dans le hangar « un » pour fêter la fin des travaux, les membres d’équipage était invité par le Grand Conseil. De par cette soirée dans l’un des grands hangars, les membres de l’Infinity pouvaient admirer cinq des dix Exploreurs. Les Exploreurs étaient de petits vaisseaux cylindriques d’exploration de couleur argent, créée par Cildon et Amélius pour explorer les futurs planètes que les Alterans pourraient vouloir coloniser, une petite surprise au quelle personne ne s’attendait. Le grand conseillé Oron remercia Amélius publiquement :

    Oron : Excusez moi hommes et femmes du vaisseau Infinity, je voudrais souligner l’importance du travail d’un homme car si vous avez pu terminer ce projets avec au tant de succès c’est en partie grâce a cet homme Amélius. Mon cher Amélius je vous nomme Commandant du vaisseau Infinity le Grand fauteuil de la salle de contrôle est à vous.
    Amélius : Merci Grand Conseillé Oron c’est un grand honneur pour moi, Je voulais aussi vous dire à vous membre de mon équipe : si je suis là avec vous aujourd’hui c’est surtout grâce a vous et a ma douce femme Sillya, qui ma permit de garder la tête sur les épaules merci a tous et a l’Infinity !
    Equipages et membres du Grand Conseil : A l’Infinity !


     Le lendemain, l’embarcation commença très tôt le matin, le soleil n’était pas encore levé, que le quart du village était déjà à bord du vaisseau. Il fallut toute la journée pour que les trente-neuf-mille-trois-cent-vingt-et-un Alterans soient embarqués à bord. L’attente fur horriblement longue pour les hommes, les femmes et les enfants qui on embarqués le matin, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. Le village de Cyra était maintenant désert, aucune âme qui vive, mais dans les souterrains les membres d’équipage de l’Infinity s’activaient a chargé les derniers objets utiles. Amélius vérifiait son laboratoire, il était un peu attristé de devoir abandonner la plus par de s’est inventions à Cyra. Il regarda les étagères qui longeaient l’un des murs de son laboratoire, s’approcha d’un terminal de communication, prit l’une des pierres de communication dans sa main et songea a ne rien laisser. Mais le jeune homme savait que cela lui était impossible le vaisseau ne pouvait pas accueillir plus de matériel. Une foi fini. Amélius alla en direction de la porte, il regarda une dernière foi l’Arche de Vérité. Il s’en approcha, la toucha et au fond de lui il ressentit le doute. Avait-il fait le bon choix en voulant quitter la galaxie d’Orion, pourquoi ne pas utiliser l’Arche sur les forces armées qui venaient au village. Il activa l’Arche en tapant le mot « Origine » sur le cadran et les touche s’allumaient d’un intense orange. Sillya entra dans la pièce.

    Sillya : Amélius que fais tu fais ? Nous devons partir.
    Amélius : Je sais… Il faut leur dire la vérité !
    Sillya : Personne ne trouvera rien, tout va être détruit.

     Sillya prit Amélius par le bras et ils prirent la direction de l’Infinity. Au fond elle-même la jeune femme imaginait la tristesse de sont mari laissant toute ces formidables inventions derrière lui au vue de tous ceci allait être détruit. Et juste avant qu’il n’atteigne la porte du laboratoire Amélius fit brusquement demi-tour.

    Amélius : J’ai oublié mais carnet, j’ai pensé à une nouvelle invention extraordinaire hier soir.

    Rien ne pouvait entraver la motivation d’Amélius à vouloir inventer toujours de nouvelles choses. Le couple arriva enfin à bord du vaisseau, ils gagnaient la salle de contrôle grâce a un ascenseur ce qui leur permit de gagner pas mal de temps sur leur déplacement. Les vingt membres de la salle de contrôle étaient la. Il n’y avait pas que des membres de la salle de contrôle, il y avait aussi des pilotes et des mécaniciens. Quand Amélius entra avec Sillya dans la salle de contrôle Cildon cria :

    Cildon : Le commandent de l’Infinity arrive membre d’équipage saluez !

    Et tous les membres d’équipage ce mirent à saluez Amélius qui fut très ému, il les remercia et pris le chemin vers le grand fauteuil. Il tourna autour pendant un moment mais il n’osait pas s’asseoir. Sillya lui demanda si tous allait bien et il lui répondit qu’il voulait savourer ce moment jusqu’au bout. Le jeune homme avait en fait très peur de ce fauteuil enfin plutôt de la responsabilité que cela impliquait. Il prit son courage à deux mains, et posa ses fesses sur le fauteuil. Il y était enfin arrivé tous les membres présent dans la salle ce mirent à applaudir, pour la première foie dans l’histoire des Alterans un seul homme allait les diriger. C’est cette chose qui faisait peur à Amélius.

    Amélius : On y est maintenant ! Faites moi votre rapport !
    Vilgal : Les générateur des boucliers son prêt il ne nous reste plus qu’a les activer.
    Renna : Les chambres de stase sont tous actives et les passagers s’y installeront juste après le décollage pour que nous gardions toute notre énergie.
    Lanios : Les propulseurs conventionnels et les Hyper-accélérateurs sont au vert commandant !
    Cildon : Les Systèmes de survie et les générateurs sont prêt, les inhibiteurs inertiels seront chargés dans trois minutes.
    Sillya : Les radars sont bons ! Je peux même vous dire que les troupes Oris ont encore deux jours de marche pour arriver à Cyra.
    Amélius : Le vaisseau est donc bientôt prêt. Renna tout les membres du vaisseau sont-ils là ?
    Renna : je détecte trente-neuf-mille-trois-cent-vingt-et-un signes de vie ! Oui commandant tout le monde est à bord.
    Amélius : Parfait, Sillya fermez tous les accès au vaisseau ! Cildon qu’en est-il des Inhibiteurs inertiels ?
    Sillya : A vos ordres !
    Cildon : Ils sont chargés commandant ! Je vais activés, cela va prendre dix minutes, le temps qu’ils englobent la totalité du vaisseau, par conte on risque d’être une peu secoué !

    Et la, le vaisseau se mit à légèrement tremblé pendant une dizaine de minutes. Les enfants se blottissaient contre leur mère, et leur mère contre leur mari. Dans les chambres de stase la peur ce fit légèrement ressentir.

    Cildon : Tout est bon le vaisseau et prêt !
    Amélius : Coupez les connexions d’arrimage !
    Sillya : Connexions d’arrimage coupez Commandant !
    Amélius : Activation des boucliers !
    Vilgal : Activation en cour monsieur.
     
    Et part la verrière on put voir les bouclier englobé le gigantesque vaisseau d’Argent, le spectacle était magnifique  une bulle d’un pale bleu protégeait maintenant l’Infinity. Il y était arrivé à présent il ne restait plus que une seul chose à faire décoller.

    Amélius : On peut y aller à présent activation des propulseurs conventionnels !
    Lanios : Tout de suite commandant.

     C’est alors que le vaisseau ce mit a trembler de toute part, on pouvait entendre les cris des enfants dans les couloirs, le vaisseau tremblait de plus en plus fort et soudain il bougea. Dans le village de Cyra rien ne bougeait, mais soudain des craquements retentirent ca et la ! Puis quelque minutes plus tard les bruits s’intensifièrent, et devinrent plus nombreux jusqu’au moment ou un morceau de la montagne ce décrocha et tomba sur la grande tour de la place du marché. Plusieurs autres pierres s’écrasèrent peu de temps après sur le village. Et quelques minutes après le sommet de la montagne explosa ce qui libera le vaisseau Infinity de sa prisons de rock. Les rochés énormes étaient envoyées à des lieux de là, et dans l’effondrement de la montagne le Village de Cyra fut détruit.

    Cildon : Commandant le vaisseau est sorti du hangar dois-je allumer les restes des propulseurs pour entrer dans l’espace ?
    Amélius : Oui allez y !

     C’est alors qu’un rayon bleu intense jailli des réacteurs du vaisseau, l’onde de choc qui frappa le sol fit exploser le reste de la montagne. La terrible explosion qui suivit le décollage de l’Infinity détruisit la plus grande partie de la montagne et enseveli complètement le village de Cyra. Il ne restait plus rien pour les armés Oris.

     Une fois l’Infinity dans l’espace, les membres d’équipage préparaient les derniers préparatifs de voyage et mirent les passages en stase. Chaque Alterans avait un emplacement bien défini dans le vaisseau, ils se tenaient tous debout d’avant leur chambre, jusqu’a ce qu’un membre de l’équipe de Renna arrive dans la pièce. Pour ce groupe la c’est Renna qui arriva elle se dirigeât vers la petite console centrale appuya sur le bouton de droite qui ouvrit les portes en verre des chambres. Les Alterans présent prirent leur place fermèrent les yeux, puis Renna leur souhaita bon voyage et referma les porte en appuyant sur le même bouton ! Puis Renna activa les modules de stase en enclenchant le second interrupteur de la console ce qui alluma les cristaux vert au dessus des modules. Les Alterans qui étaient déjà en stase avaient l’air de paisiblement dormir et ils allaient dormir pour pas mal de temps. Un long sommeil sans rêve, on pouvait apercevoir sur les modules déjà actifs avaient un peu de buée sur les porte en verre. Cela voulait dire que tout marchait correctement. Une fois les deux milles pièces où étaient installées les chambres étaient activés, les membres de la salle de contrôle programmeraient le pilotage automatique. A présent que tout était terminer les membres de la salle de contrôle ainsi que le commandant, ce dirigèrent vert leur chambre de stase installée juste à coté de leur lieu de travail. Maintenant que tout le monde était endormi le vaisseau pouvait commencer sa longue mission. La plu part des lumières ce coupaient, à l’exception des cristaux verts des chambre de stase. Les portes ce fermaient, le vaisseau était bel et bien prêt. Les propulseurs d’hyper-accélérations s’enclenchaient et le vaisseau pris de la vitesse. Il allait de plus en plus vite jusqu’au moment ou vue de l’extérieur on ne put, plus que voir un immense flash d’argent traversant les étoiles. C’est donc à ce moment la que le vaisseau Infinity et les trente-neuf-mille-trois-cent-vingt-et-un passager à sont bord, prirent la route des cieux pour trouver un nouveau monde. Mais nul ne savait quels dangers ils pouvaient croiser sur leur route…


    _________________
    avatar
    teck

    Messages : 56
    Date d'inscription : 16/06/2013
    Age : 27
    Localisation : Bordeaux

    Re: Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par teck le Mar 23 Juil - 12:41



    C’était un vaste système solaire, un très vaste système solaire organisé autour d’une géante bleue. Dix-huit planètes étaient organisées autour de celle-ci. Tout est calme pour un système solaire. Des milliers d’étoiles tapissent le fond noir de l’univers, une comète a deux queues travers ce système et passe n’on loin d’une grande planète de gaz au couleur vert émeraude entouré de deux grand anneaux bruns.  Les sept lunes accomplissent tranquillement leur rotation autour de leur planète. Une éruption solaire vient de ce produire, mais rien ne change, tout est toujours aussi calme. Soudain un immense flash d’argent traverse le système solaire de part en part, et en quelque minutes ce mystérieux flash se dirigeait verts un autre système solaire et pour en traverser un autre, puis encore un autre. Ce magnifique flash d’argent n’était rien d’autre que l’Infinity, qui continuait sa mission depuis déjà plus de deux cents soixante dix sept ans. Et sa mission était loin d’être finie. Il avait déjà traversé des milliers de système solaire, croiser des centaines et des centaines de soleil, admirer des milliards de planètes et d’étoiles. Mais ca mission dans la galaxie d’Orion touchait bientôt à sa fin, car il ne lui restait plus qu’une vingtaine de systèmes solaires à traverser avant de quitter définitivement, et pour de bon ; la galaxie d’Orion. La totalité des Alterans dormait toujours dans leur module de stase. Ils étaient tous dans un long et profond sommeil sans rêves, le noire total a tel point que le jour où ils seraient réveillés ils n’auraient rien vue du voyage. Pour eux ils auraient fermés les yeux sur Célestia et les auraient réouvert sur leur nouveau monde.  L’Infinity traversait les systèmes solaires les uns après les autres sans aucun problème, car le vaisseau était équipé d’un puissant ordinateur, mis au point par Amélius et Cildon ; il était capable d’anticiper tous événements par de simple analyse et calcul. Mais un jour l’ordinateur reçu des informations qu’il ne pu analyser, il dut donc effectuer le protocole d’urgence conçu pour ce genre de situation. L’Infinity ce mit à ralentir car le propulseur d’hyper-accélération venait de se couper, mais les moteurs conventionnels du vaisseau avaient prit le relai. La salle ou dorment les membres d’équipage était située juste à coté de la salle de contrôle  pour facilité les déplacements dans le vaisseau.  Le noir était presque total dans la chambre de stase, seul les cristaux vert éclairaient faiblement la pièce, mais soudain une lumière rouge intense éclaira la chambre, et on put clairement voir les visages des membres de l’équipage à travers les portes de verre des modules. Cette lumière précédait l’ouverture des modules de stase, et cinq minutes plus tard les portes des modules s’ouvrirent latéralement. L’ordinateur du vaisseau venait de les réveiller pour qu’ils puissent résoudre ce problème qu’il ne pouvait gérer. Bien que personne n’eut ressenti aucun des effets de l’hyper-accélération le réveil fur dur, leurs articulations craquaient à chaque mouvement qu’ils tentaient. Après avoir prit cinq minutes pour ce remettre de leur long sommeil, ils virent la lumière rouge et surent tout de suite qu’ils n’étaient pas encore arrivés mais plutôt que le vaisseau avait un problème. Cildon fût le premier à avoir totalement récupéré, car plus l’individu en stase est jeune plus il a de facilité à récupérer a sont réveil. Peu de temps après plusieurs sifflements d’air ce firent entendre. Une petite tablette fut automatiquement ouverte à coté de chaque module de stase. Sur chaque une de c’est table longue et large d’environ dix centimètres ce trouvaient plusieurs petites gélules de couleur violette.

    Vilgal : Heu qu’es ce que c’est ça ?
    Sillya : Ne t’en fait pas ce n’est rien de bien méchant. Ces gélules sont des compléments énergétiques, pleines de nutriments et de vitamines. Elles avaient été inventées il y a quelques années pour luter contre la famine dans plusieurs de nos villages.
    Cildon : Ha oui je connais, mais je voudrais juste savoir quel gout ca a ?
    Sillya : Je ne sais plus mais ce n’est pas trop mauvais, mais il va falloir vous y habituer car le vaisseau à vingt entreponts remplir de ces gélules. Une petite réserve pour les dix ans à venir pour tous les passagers.
    Vilgal : Mais pourquoi ne pas avoir prit de la nourriture normal, avec nos techniques de conservation nous aurions put ?!
    Sillya : Non, car plus les aliments sont conservés, plus ils perdent leur valeur énergétique et n’on plus aucun effet bénéfique sur le corps. Ce serait comme manger de l’air.
    Vilgal : Bon allez, je me lance.
    Cildon : A la tienne !
    Sillya : Juste une suffit à nourrir un adulte.

     Vilgal avala sa gélule, ses camarades purent voir les traits de son visage se tirer lorsqu’il l’avala. Le jeune homme, de grande taille aux cheveux noirs, ne supportait vraiment pas le gout de ce nouvel aliment. Les dix soldats et les quatre mécaniciens reprirent leur équipement qui était rangé dans une armoire murale. Il était temps d’aller voir pourquoi le vaisseau les avait réveillés. Amélius appuya sur l’instructeur de la porte qui donnait sur la salle de contrôle, la porte s’ouvrit en coulissant, ce séparant en deux avec le petit sifflement d’air typique des portes de l’Infinity. La salle de contrôle était totalement dans le noir. Seules les étoiles éclairaient légèrement les consoles du vaisseau et le grand siège d’Amélius. Le jeune homme ce dirigea alors vers son fauteuil, une fois installé il alluma les lumières de la salle de contrôle. En tout premier lieux les appliques murales furent activées, puis les lampes devant la verrière et pour finir les ordinateurs et les écrans.

    Amélius : Voila tout est opérationnel.
    Lanios : Pourquoi le vaisseau n’a pas allumé les lumières automatiquement ?
    Cildon : L’Infinity est programmé pour éteindre les lumières, réveiller notre chambre de stase en cas de problème, mais ne peut en aucun cas les activer. Ce programme a été conçu pour éviter de perdre de l’énergie bêtement. Tout le reste ce fait manuellement sauf si le vaisseau ne capté plus nos signes vitaux.
    Amélius : Bon que se passe-t-il ?
    Lanios : Rien sur les propulseurs, ils marchent tous très bien !
    Renna : Les chambres de stase du vaisseau sont aussi en bonne état, je détecte le même nombre de signe de vie que lorsque nous avons quitté Cyra.
    Cildon : Rien n’a signalé pour les systèmes de survie.
    Sillya : Idem pour les radars c’est à n’y rien comprendre.
    Vilgal : Boucliers intacts !
    Amélius : il y a forcement quelque chose. Randel !
    Randel : Oui Commandant ?
    Amélius : Vous et votre équipe, allez inspectez le vaisseau, prenez quatre soldat en plus de votre équipe, si il le faut. Gramon je vous laisse choisir les hommes qui participeront avec l’équipe d’inspection.
    Randel : Merci monsieur un peu d’aide sera la bienvenue.
    Gramon : Bien sur commandant, vous, vous, vous et vous allez avec l’équipe de mécanicien signalez nous tout chose suspecte.
    Amélius : Je vais vous activer les lumières dans tout le vaisseau.
    Randel : Merci, nous nous y mettons tout de suite monsieur, je vous fais un rapport aussi vite que possible.

     Amélius appuya sur un autre bouton de son fauteuil et toute les lumières de l’Infinity s’activent progressivement. Puis l’équipe du chef mécanicien Randel sortie de la pièce pas la porte principale. Le chef mécanicien Randel, était un petit homme trapu aux cheveux châtain, sa grande spécialité était les coques il avait mit au point l’alliage complexe  qui servait de peau a l’Infinity et travaillait sur ce projet depuis le tout début. Si le vaisseau avait un problème il n’y avait aucun homme plus qualifié que Randel pour le résoudre. Une foi l’équipe de mécanicien au travail, Amélius ordonna à son équipe de chercher ce qui n’allait pas et Lanios trouva une chose particulièrement intéressante. Il enclenchât une touche de la console de navigation et une grande image en trois dimensions apparue au milieu de la pièce. Les membres de la salle de contrôle observait tous un fragment d’une carte spatial, mais ne savait pas a quoi correspondait cette carte.

    Amélius : Ce n’est pas vrai ?
    Sillya : Amélius que ce passe t’il, a quoi correspond cette carte ?
    Cildon : Comment cela ce peut ?
    Lanios : Je ne pensais pas que l’Infinity pouvait aller aussi vite.
    Vilgal : Quelqu’un pourrait expliquer se qui ce passe ?
    Cildon : Ceci mes amis est une carte spatiale des zones ou l’Infinity a voyagé.
    Amélius : Combien de temps avons voyagé ?
    Renna : Attends une petite minutes je regarde. Renna le vaisseau voyage maintenant depuis de deux cents soixante dix sept ans.
    Lanios : Cela est remarquable, l’Infinity est plus impressionnant que ce l’on le penser.
    Amélius : Oui je trouve aussi, mais il faut aussi se dire que ceci peu être un mal car on ne connaît pas vraiment la limite que ces exploits peuvent atteindre, et sans parler de ces faiblesses.

     Mais soudain le regard de Lanios ce fixa droit devant lui, loin très loin devant au delà de verrier. Il pointa du doigt un emplacement assez large de l’espace pour montrer à ces camarades la chose qu’il fixait sans cligner des yeux. C’est alors qu’ils le virent tous. Un immense champ d’astéroïdes ce dressait devant le vaisseau, alors qu’ils allaient enfin quitter la galaxie d’Eridan. C’était pour cela qu’ils avaient été réveillés, car bien que l’Infinity contrôlait énormément de systèmes grâce à son super ordinateur, l’armement n’était pas sous son contrôle. Amélius mit alors le vaisseau en mode combat. Les appliques de cristal bleu s’éteignirent pour laisser les appliques de cristal rouge s’activer. Quatre trappes situé de chaque coté de la porte de la salle de contrôle s’ouvrirent, les deux plus éloignés était situés sur le sol et les deux plus proches de la porte était situés sur le plafond. Elles s’ouvrirent et les deux trappes situées sur le plafond laissèrent  aussitôt tomber une échelle.

    Amélius : Soldat Gramon, les postes de tirs sont à vous et à vous hommes.
    Gramon : A vos ordres !
    Amélius : Vilgal augmenter la puissance des boucliers. Sillya à quelle distance sommes nous encore du champ ?
    Sillya : Nous ne sommes qu’à deux cent kilomètres et le vaisseau avance de cinquante kilomètres tous les quatre minutes.
    Amélius : Pourquoi le vaisseau nous a réveillés aussi près du champ d’astéroïdes ?
    Sillya : Nous en étions très loin au réveil mais il nous a fallût du temps pour trouver ce qui n’allait pas !
    Vilgal : Puissance du bouclier augmenter a cent pourcent.

     Alors que trois des membres de Gramon et lui-même empruntèrent les échelles pour accéder au poste de tir, les membres restant dans la salle de contrôle virent le bouclier s’intensifier d’un bleu toujours plus éclatant. Gramon était un homme d’une vingtaine d’années il voulait devenir soldat pour protéger ca famille, bien que son rêve était de devenir pilote de chasseur ca grande taille ne-le lui permettait pas. Une fois arriver en bas de l’échelle il couru dans un long couloir toujours éclairé pas les mêmes appliques de couleur rouge, il arriva au bout dût couloir et du ouvrir manuellement une trappe située sur le sol. Une fois cette trappe ouverte il entra et la referma, il se trouvait à présent dans un des quatre postes de tir du vaisseau. Il prit place dans le siège situé face au tableau de contrôle et à une petite verrière. Cet endroit était vraiment petit et Gramon ce sentait un peu a l’étroit, il enclencha plusieurs interrupteurs qui activaient le poste de tir. Une fois celui-ci activé la pièce dans laquelle le jeune homme ce trouvait ce mit à descendre et il put voir deux énormes canons apparaitre par là verrière.

    Gramon : Message a tous les soldats êtes vous en place ?
    Equipe de Gramon : Oui monsieur !

     Ils étaient tous fin près dans les temps, l’Infinity se trouvait maintenant à vingt-cinq kilomètres du champ d’astéroïdes, mais soudain le vaisseau ralenti brusquement. Le choc fit perdre l’équilibre à de nombreux membre de l’équipe d’Amélius qui quand a lui tomba de son fauteuil. Il se relevât et dit :

    Amélius : Bon sang mais que se passe t’il, avons-nous déjà atteint le champ d’astéroïdes ?
    Lanios : Non monsieur mais le vaisseau vient soudain de perdre de la vitesse, maintenant nous n’avançons plus que de dix kilomètres par minutes.
    Amélius : Mais pourquoi ?
    Lanios : C’est la phase de combat le vaisseau ralenti pour que les canons ne loupent aucuns astéroïdes !
    Amélius : Surprenant ! Lanios tracez un chemin à travers le champ avec les marqueurs pour que l’équipe de Gramon détruise ceux qui feront passer l’Infinity.
    Lanios : Ça va prendre quelque secondes… C’est bon les rochers devant être détruit sont marqués par un laser de couleur vert.
    Amélius : Poste de tir ici salle de contrôle !
    Gramon : Salle de contrôle ici poste de tir nous sommes tous près à protéger le vaisseau !
    Amélius : Parfait dès que vous verrez une lumière verte sur un astéroïde ouvrez le feu.
    Gramon : A vos ordres !
    Sillya : Le vaisseau entre à présent dans le champ, nous risquons d’être un peu secoués !
    Amélius : Salle de contrôle à Randel, vous et votre équipe devez immédiatement regagner la salle de contrôle !

     L’Infinity entrait à présent dans le champ d’astéroïdes, des centaines de faisceaux laser de couleur vert se mirent a marqué les astéroïdes devant être détruit pour faire place au vaisseau. Les postes de tirs ouvrirent alors le feu, les canons crachaient des doubles salves d’énergie laser de couleur bleu. Ce spectacle de sons et lumières était magnifique, bien que très dangereux. Les Astéroïdes explosaient les un près les autres détruit par les canons de l’Infinity placé à des endroits stratégiques ; deux étaient installés sur le haut du vaisseau et les deux autres étaient en dessous. L’Infinity avançait rapidement dans le champ, mais ne laissait rien passer. De temps à autre un astéroïde de petite taille venait s’écraser sur les boucliers du vaisseau dont les couleurs bleues s’intensifiaient. Chaque collision d’astéroïde secouait un peu ces habitants. Les membres de la salle de contrôle étaient en admiration devant se spectacle à couper le souffle, Sillya ne quittait pas son radar des yeux et se tenait près à avertir les tireurs en cas d’oublie. Gramon et ces hommes étaient très concentrés dans leur poste de tir, ils s’avaient qu’un seul astéroïde manqué pouvait être  fatal à l’Infinity. Soudain dans la salle de contrôle une alarme retentit sur le poste de Sillya.

    Amélius : Sillya que se passe-t-il ?
    Sillya : Un énorme astéroïde se dirige sur le vaisseau par la droite !
    Amélius : Gramon vous avez entendu ca ?
    Gramon : Oui commandant, Milina avec moi !
    Milina : Tous de suite monsieur !

     Milina et Gramon ouvrir immédiatement le feu sur l’énorme astéroïde qui fonçait sur le vaisseau. Il était gigantesque, l’astéroïde devait bien faire plus de la moitié du vaisseau, après une bonne cinquantaine de tirs les deux soldats vinrent a bout de la plus grosse menace. Maintenant il ne restait plus que les plus petits morceaux. Mais même avec tous les efforts des deux soldats plusieurs débris vinrent heurter les boucliers. Les chocs furent terribles et les boucliers perdirent beaucoup de leur puissance. Les membres de l’équipage étaient secoués de toute part, les astéroïdes étaient partout.

    Gramon : Salle de contrôle ou en sommes nous ? On commence à ne plus pouvoir tenir ici.
    Lanios : Excusez-moi, je pousse les propulseurs à fond mais impossible d’aller plus vite sinon vous ne verrez pas vos cibles, désolé !
    Sillya : Plus que sept minutes encore on y est presque.
    Milina : En espérant qu’on ait ses sept minutes ! HA MERDE, je l’ai loupé, salle de contrôle préparez vous a l’impact !
    Amélius : Tout va bien Milina il s’est écrasé sur les boucliers !
    Vilgal : Les boucliers sont à vingt pourcent de sa puissance, si on ne sort pas rapidement d’ici il va seder !
    Sillya : On y est presque encore un petit… Gramon sur votre gauche il arrive à pleine vitesse !
    Gramon : Je les vois ! Et cinq en moins.
    Milina : Combien de temps encore Sillya je n’y arrive plus !
    Vilgal : Bouclier à trois pourcent, niveau critique, le bouclier va céder d’un instant a l’autre commandent !
    Sillya : On y est ! On vient juste de sortir de cet enfer !
    Amélius : Salle de contrôle à poste de tir ! Beau travail, rentrez à la salle de contrôle maintenant.
    Gramon : Bien commandant !

     Gramon et ces hommes désactivaient leur poste de combat, les canons ce remirent dans leur abris jusqu’à leur prochaine utilisation. Et les soldats prirent le chemin de la salle de contrôle ! Pendant ce temps Amélius et ses hommes étaient en train de vérifier l’état du vaisseau :

    Amélius : Rapport d’avarie !
    Vilgal : Bouclier à deux pourcent, il faudra douze heures pour qu’il ce recharge.
    Renna : Rien à signaler pour les modules de stase tout va bien !
    Lanios : Les moteurs n’ont pas été touché par chance mes sans bouclier on ira nul part !
    Cildon : Système de survie ok, l’intégrité de la coque est parfaite a l’exception de quelque bosses le vaisseau n’a rien eut !
    Sillya : Tout est ok ici.
    Amélius : Donc la pire nouvelle c’est que nous somme bloquer ici douze heures, tout et parfait, nous allons en profiter pour faire un diagnostic des systèmes du vaisseau. Randel ici salle de contrôle répondez !
    Randel : Salle de contrôle ici Randel je vous écoute monsieur !
    Amélius : Vous et votre équipe allez vous rendre aux endroits où le vaisseau a été touché pour voir les dégâts !
    Randel : Bien commandant !

     L’Infinity resta donc bloquer pendant près de douze longue heures, mais Amélius et son équipe en priorité pour vérifier si le vaisseau était toujours en bon état. A leur grande surprise toutes c’est années de vol n’avaient quasiment rien causé au vaisseau. Leur travail étant fini au bout de neuf heures l’équipe en profita pour discuter un peu de leur destination. Chacun à leur tour ils firent partager une part de leur imagination et de leur rêves sur ce fameux nouveau monde, Amélius évoqua son désir d’un grand laboratoire de recherche, Sillya elle, le fait d’avoir un enfant, Milina elle rêvait de devenir commandant d’un vaisseau de la futur grande flotte Alteran et de partir explorer leur nouvelle galaxie et un après les autres ils laissèrent divaguer leur imagination ! Soudain un bip retenti dans la salle de contrôle, le son strident qui retentit provenait de la console des boucliers. Vilgal s’y dirigea et annonça à l’équipe que les boucliers étaient charger à leur maximum et qu’il pouvait à présent reprendre leur long périple vers ce nouveau monde. Renna et Lanios regagnaient à leurs tours leur console. Renna programma leur module de stase et Lanios quand a lui programma l’hyper-accélération. Une foi les préparatifs terminés tous les membres d’équipage se préparaient à un long sommeil, peut être bien plus long que le précédent. Amélius ouvrit la porte de leur chambre de stase, et tous les membres se dirigèrent vers leurs modules. Une fois tous installé Cildon fit part à ces camarades d’un « bonne nuit » et les porte des modules se fermèrent. Dix bonnes minutes plus tard les lumières des couloirs de l’Infinity se désactivaient, puis ce fut le tour de la salle de contrôle et pour finir les consoles sauf celle de navigation. Les quatre propulseurs d’hyper-accélération se mirent en route et le vaisseau Infinity prit rapidement de la vitesse, et au bout de quelque minute il reprit l’aspect du magnifique flash d’argent. A présent il n’y avait plus rien pour stopper sa mission, car il se trouvait dans le vide intergalactique qui séparait la galaxie d’Eridan à une autre galaxie encore inconnue. L’Infinity avançait encore et toujours dans l’immensité de l’espace. IL avançait toujours plus vite car il n’y avait rien pour freiner sa course. Et neuf cent quarante quatre ans plus tard il entra dans une galaxie inconnue. C’est alors que le vaisseau entama la seconde partie de sa mission « Trouver une planète habitable ». L’Infinity se mit donc en quête d’une planète et en scanna des milliers. Mais pendant trois cent vingt-trois ans l’Infinity ne trouva aucune planète pour installer ses passagers. L’Infinity se mit alors dans l’orbite d’un petit astre gris complètement mort et réveilla les membres d’équipa. Les portes de leur module s’ouvrirent, mais cette fois le réveil fut vraiment plus dur. Leurs corps et leur visage commençaient à laisser apparaitre de petits signes de vieillesse. Car les modules de stase bien que très technologiquement avancés ne stoppaient pas le vieillissement mais le ralentissaient considérablement. Ils étaient tous assez surprit du petit changement sur leur visage mais ne s’en souciaient guère car ils le s’avaient. Ils avalèrent une des petites gélules violettes situées sur la tablette à coté de leurs modules et Vilgal bien qu’avec tous ce temps passé n’aimait toujours pas ça. Une fois leur esprit retrouvé, ils ce dirigeraient vers la salle de contrôle dans les craquements de leur articulation. Amélius prit place dans sont fauteuil et activa la salle de contrôle. Une à une les lampes s’allumaient et Vilgal, Cildon, Sillya, Lanios et Renna se mirent derrière leur console de contrôle. Amélius demanda à ces hommes de leur faire un rapport, Vilgal allait commencer mais fût coupé par Lanios :

    Lanios : Nous sommes arrivés monsieur !
    Amélius  et Vilgal : Pardon ?
    Lanios : D’après l’ordinateur central nous sommes arrivés !
    Renna : Mais c’est impossible regardez moi ça ! Cette planète est morte depuis plusieurs siècles.
    Vilgal : En tous cas, nous dérivons autour de cet astre depuis pas mal de temps à mon avis.
    Amélius : Il y a dût avoir un bug dans l’ordinateur central du vaisseau.
    Lanios : Ecoutez je ne sais pas mais d’après ce que je lis nous y sommes.

    Et pendant une trentaine de minutes l’équipe se creusa les méninges pour savoir se qui c’était passé avec le vaisseau. Pendant ce temps le vaisseau continuait sa tranquille rotation autour de l’astre mort, comme pour ce reposé de son long voyage. Alors que tous les pilotes et Amélius se disputaient et critiquaient les théories émises par leurs camarades Gramon s’approcha de la verrière sans dire un mot et Milina s’interrogea et porta à son tour le regard dans la même direction. Elle suivi son chef, les autres pilotes ne tardaient pas à faire de même, jusqu'à ce que Milina appela Amélius qui vint aussitôt avec son équipe. Et là, dans le silence le plus total les vingt membres d’équipage étaient les un a coté des autres et admiraient à travers la verrière une énorme planète bleue. Et Lanios dit :

    Lanios : Par l’Aurore nous l’avons trouvé, nous y sommes !
    Amélius : Oui nous y sommes « Avalon ».


    _________________
    avatar
    teck

    Messages : 56
    Date d'inscription : 16/06/2013
    Age : 27
    Localisation : Bordeaux

    Re: Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par teck le Jeu 25 Juil - 17:03



    A bord de l’Infinity tout était calme. Pas un bruit ne vint perturber le silence qui régnait, idem pour la salle des machines et pour la totalité des chambres de stase. Le silence était maître à bord du vaisseau. Les vingt membres d’équipage de l’Infinity étaient toujours dans la salle de contrôle les un à coté des autres face a la verrière et admiraient ce qui était pour eux le plus beau spectacle de leur vie. L’Infinity était toujours en orbite autour de cette astre mort mais sont inclinaison permit à ces occupants de voir cette grande planète bleue. Ils étaient en extase devant ce magnifique tableau, des océans à perte de vue, de gros nuages cotonneux, et de grands continents. Le vaisseau continuait tranquillement sa rotation et l’équipe d’Amélius ne bougea pas. Soudain Amélius reprit place dans sont fauteuil, fou de joie et dit :

    Amélius : Mes amis, après toutes nos années d’effort nous y sommes enfin parvenu c’est un grand jour pour notre peuple !
    Cildon : Oui monsieur devrons nous réveiller le Grand Conseil ?
    Amélius : Non ! Leur réveil n’est pas prévus pour le moment, nous devons en premier nous assurer que cette planète est bien Avalons. Refaites toutes les analyses que le vaisseau à dû faire je veux d’excellentes nouvelle à annoncer au Grand Conseil !
    Cildon : A vos ordres !
    Amélius : Gramon je veux que vous et vos homme, vous vous rendiez dans un des hangars et formez vos soldats pour une mission d’exploration approfondit de la planète !
    Gramon : Tout de suite commandant, suivez moi on y va !

     Pendant que Gramon et ces hommes prirent la direction du hangar à vaisseaux. L’équipe de la salle de contrôle quant à elle avait rejoint leur console et était en train de scanner la planète. Soudain l’Infinity avança doucement, Amélius demanda a Lanios de quoi il retournait et celui-ci lui dit qu’il dirigeait le vaisseau et qu’il le plaçait en orbite de la futur Avalons. Le vaisseau était à présent en orbite autour de la planète bleue. Ils pouvaient maintenant l’admirer distinctement par la verrière du vaisseau, mais toute l’équipe était très concentrée dans son travail et rien ne pouvait les stopper. Pendant se temps l’équipe de Gramon marchait dans les couloirs de l’Infinity en direction des hangars « un », la lumière des cristaux qui éclairait les couloirs venait délicatement caresser leur visage. Ils marchaient encore et toujours dans s’es long couloirs et purent voir que les couleurs des murs commençaient à disparaître avec le temps. Les soldats de l’Infinity arrivaient enfin à leur destination, Gramon ouvrit la porte avec l’aide de l’interrupteur qui se trouvait sur la droite, les portes s’ouvrirent et ils entrèrent. Là ils purent voir la grande salle des hangars dans laquelle ce trouvaient cinq vaisseaux cylindriques de couleur argent. C’est alors que Gramon s’approcha d’un de s’es vaisseau et commença à expliquer son fonctionnement. Dans la salle de contrôle tout le monde commençait à s’agiter, les nouvelles qu’il récoltait étaient de plus en plus bonnes. Lanios était vraiment excité à l’idée que leur mission allait bientôt se terminer. Amélius quant à lui travaillait avec sa femme sur la console des radars. Cette console contrôlait aussi les scanners du vaisseau, et le couple scannait la planète de long en large et même de travers pour ne pas faire d’erreur car une fois le vaisseau atterrit il ne pourrait peut être plus décollé de nouveau. Une fois tout leur travail terminé Amélius repris place dans son grand fauteuil et demanda un rapport sur se qu’il avait trouvé :

    Lanios : Je peux vous confirmer que nous ne sommes pas en orbite autour de cette lune depuis fort longtemps. L’Infinity est arrivé sur cette planète hier et nous a réveillé six heures plus tard, donc tout à fonctionné correctement.
    Amélius : Tout est parfait alors !
    Lanios : J’ai autre chose à vous montrer regardez ça.

     Lanios activa le projecteur holographique, et toute l’équipe put voir le chemin effectué par l’Infinity apparaître au milieu de la pièce en image trois dimensions. L’équipe pouvait à présent voir que l’Infinity était arrivé dans une nouvelle galaxie. Cildon alla régler deux ou trois instruments sur la console de navigation de Lanios. L’image représentait le chemin parcouru pas l’Infinity disparu pour laisser place à l’image de la nouvelle galaxie et des planètes scannées pas le vaisseau. Et la les yeux ébahi Sillya dit :

    Sillya : Combien y en a-t-il ?
    Amélius : Je ne sais pas, mais il y en au moins un bon millier !
    Sillya : Ca ne vous rappelle pas les gisements de cristaux de Lact qui ce trouvaient sur Cyra ?
    Cildon : Pour les avoir pratiquement tous configurés pour ce vaisseau, si cela m’y fait un peu pensé !
    Amélius : Nous nommerons donc cette galaxie « la Voix Lacté ».
    Sillya : Je trouve que ce nom lui va parfaitement, je viens de trouver la liste des planètes que le vaisseau a retenues pour notre installation !
    Amélius : Que le vaisseau a retenu, mais pourquoi a-t-il fait plusieurs choix ?
    Sillya : Soit les planètes étaient trop petites ou trop près du soleil, mais leur point commun est quelle présentent toutes des traces des minerai inconnu qui n’est pas sur cette planète.
    Amélius : De quel genre de minerai ?
    Sillya : Aucune idée l’ordinateur, ne me dit rien de plus, je suis désolé.
    Amélius : Aucune importance, c’est cette planète qui nous intéresse en particulier. Lanios combien de temps avons-nous voyagé ?
    Lanios : Je vous dis sa tout de suite commandant ! Ha voila l’Infinity à voyagé pendant plus de mille cinq cent quarante-quatre ans monsieur.
    Cildon : Ce qui ne nous rajeuni pas !
    Amélius : En effet, c’est incroyable les prouesses accomplies par ce vaisseaux.
    Vilgal : Bien sur monsieur les inventions créées par notre peuple sont faites pour durer.
    Amélius : Je ne vous le fait pas dire. Quand est il des informations sur la planète ?
    Sillya : Oui commandant environ soixante-et-onze pourcent de la surface est couverte d'océan, vingt-neuf pourcent restant, sont des continents et des îles monsieur. Les températures vont de moins teint à plus quarante pour certaine partie de la planète. L’air est tout fait respirable à l’exception de quelques allergènes classiques. On peu aussi remarquer un grand nombre de ressources naturelles indispensable a notre installation.
    Amélius : Parfait, il est temps de faire des recherches plus approfondies. Hangar un ici salle de contrôle répondez !
    Gramon : Ici hangar un je vous reçois salle de contrôle.
    Amélius : Gramon avez-vous fini de briffé vos hommes ?
    Gramon : Affirmatif commandant ils sont fin près !
    Amélius : Parfait ils vont pouvoir aller faire un tour alors. Salle de contrôle fin de communication.
    Gramon : Bon ca va être à vous prenez place.
    Equipe de soldats : A vos ordres monsieur !

     C’est alors que les hommes de Gramon prirent place dans quatre des cinq vaisseaux d’exploration du hangar « un ». Pour entrer dans ces petits vaisseaux cylindriques il fallait ouvrir leur porte d’accès qui était située sur le coté gauche de l’appareil, grâce a un interrupteur caché dans une petite trappe. Les portes des vaisseaux s’ouvrir une à une latéralement sur la gauche et les hommes de Gramon entraient. Ils étaient deux par explorateur sauf une équipe de trois. Ils prirent place sur les sièges de couleur noire qui étaient installé devant la vitre principale de leurs vaisseaux. L’intérieur des vaisseaux étaient de taille moyenne, on pouvait y faire monter une dizaine homme, face à la vitre principale ce trouvait la console de navigation de l’Explorateur. Gramon sorti de la pièce pour en rejoindre une plus petite juste à coté du hangar « un ». Dans la pièce ou il venait d’arriver était installé une console, qui permettait de suivre la progression des explorateurs. De cette pièce il avait une vue complète de la salle du hangar grâce à une grande fenêtre installée juste devant la console. Les portes des explorateurs ce fermèrent hermétiquement. Les hommes à bord activeraient les vaisseaux en actionnant plusieurs interrupteurs et manettes. Soudain un bruit peu rassurant mais familier retenti dans chaque vaisseau d’exploration, s’étaient les inhibiteurs de force d’inertie qui venaient de se mètre en action. Les Explorateur étaient équipé du même inhibiteur que l’Infinity à l’exception près qu’ils étaient beaucoup plus efficace sur les Explorateurs que sur l’Infinity, car tout dépendait de la taille du vaisseau. A présent les vaisseaux étaient fin près à décoller.

    Gramon : Poste de pilotage à tous les vaisseaux Explorateur êtes-vous près ?
    Gelf : Explorateur « un » paré monsieur.
    Londa : Tout est ok pour l’Explorateur « deux ».
    Milina : Explorateur « Trois » près chef.
    Trace : Explorateur « quatre » tous mes voyants sont au vert, on peut y aller !
    Gramon : Bien reçu Explorateur ! Salle de contrôle ici poste de pilotage tout est bon, les Explorateurs sont prêt au décollage !
    Amélius : Ici salle de contrôle, vous avez le feu vert Gramon bonne chance à vos équipe.
    Gramon : Merci salle de contrôle, à tous les Explorateurs préparez vous au décollage !

     La tension était au plus fort chez les explorateur les neuf soldats ce remémoraient le jour ou ils avaient quitté Cyra et leur planète d’origine. Ils sentaient le stress les envahir à un point qu’ils n’avaient jamais ressentit car s’était pour eux leur premier vol libre dans l’espace. Alors que personne ne parlait à bord des vaisseaux d’exploration, la radio a bord se mit à émettre un message :

    Gramon : Attention, attention ouverture de la porte du hangar « un ». Préparez-vous décollage imminent, bonne chance à tous.

     C’est alors que Gramon appuya de toutes ces forces sur un gros bouton rouge situé sur le haut de sa console. Et peu de temps après les hommes à bord des explorateurs virent les portes du hangar s’ouvrirent. Les portes s’ouvraient de haut en bas se s’éparant en deux comme à l’habitude des portes de l’Infinity. Rien ne pouvait à présent plus retenir les Explorateur à part une chose ; l’ordre de décoller.

    Amélius : Ici le commandant aux vaisseaux Explorateur ! Vous pouvez y aller, bon vol.
    Equipage des Explorateur : A vos ordres !

     Soudain quatre des cinq vaisseaux se mirent à flotté à vingt centimètre au dessus du sol du hangar et à ce dirigé vers la porte qui donnait sur l’espace. Milina qui avait réussi à se faire plus facilement au vaisseau ouvrir le bal et sorti la premier. Ils y étaient enfin. Les quatre Explorateur étaient à présent dans l’espace face à l’Infinity qui était gigantesque à coté deux. Ils reçurent l’ordre de tourner un peu autour du vaisseau pour voir si tout allait bien et pour se faire la main. Une fois l’ordre reçu le copilote de chaque vaisseau, actionna un interrupteur qui fit sortir trois réacteurs à l’arrière du vaisseau. Les nacelles des moteurs étaient situées à l’arrière droit et gauche du vaisseau et la troisième, plus petite était installée sur le toit du vaisseau. Une fois leurs moteurs activés ils prirent la direction du haut de l’Infinity et passaient devant la verrière. Toute l’équipe de la salle de contrôle, ainsi que les mécaniciens se rapprochaient de celle-ci pour ne pas manquer le spectacle. Cela allait bientôt faire trois quart d’heure que les Explorateurs effectuaient des manœuvres autour de l’Infinity et maintenant ils pouvaient y aller.

    Gramon : Poste de pilotage à vaisseau Explorateur répondez s’il vous plait.
    Milina : Ici Explorateur « un » je vous écoute.
    Gramon : Voici votre nouvelle mission, vous devez descendre sur la planète pour une observation plus approfondie et surtout voir s’il y a des traces de vie hostile ou tout autre danger !
    Milina : Explorateur « un » bien reçu salle de pilotage. Je prends la tête à tous les autres vaisseaux Explorateurs on y va !

     L’Explorateur de Milina prit le premier la direction de la planète suivi de très près pas les autres ! Milina était une meneuse d’hommes, malgré ces un mètre soixante-trois la jeune femme aux long cheveux bouclés blonds ne mâchait pas ses mots, et avait su ce faire respecter par les autres soldats de son unité. Son fort caractère et sa détermination avait fait d’elle une jeune femme qui n’avait peur de rien et de personne. Sur Cyra Milina était chargée de récolter des informations sur l’avancée des troupes Oris. L’Explorateur de Milina était toujours en tête du peloton et n’était plus qu’à vingt minutes de la planète. Le groupe de vaisseau avançait très vite, soudain les vaisseaux se mirent a trembler de toute part.

    Milina : Infinity ici Explorateur « un » je ne sais pas ce qu’il ce passe mais nos vaisseaux tremblent comme des feuilles morte ?
    Gramon : Je vous reçois explorateur, tout est normal vous entrez à présent dans l’atmosphère de la planète, vous en avez surement encore pour dix minutes.
    Milina : Je vois, tenez bon les gars on va bientôt sortir de cette galère.
    Trace : C’est bon mon vaisseau ne tremble plus tout a l’air ok pour moi.
    Milina : Bien reçu, et pour les autres y a-t-il des dégâts a déplorer ?
    Gelf : Je nais rien chez moi !
    Londa : Idem pour moi mon Explorateur n’a rien.
    Trace : Explorateur « trois » tout est ok !
    Milina : Parfait on continue, activation des propulseurs de décélération maintenant.

     Des que les pilotes activaient leur propulseur de décélération, quatre flammes sortirent des propulseurs situés cette fois ci sous le vaisseau et ils se mirent à faire ralentir les Explorateurs. Aussitôt les réacteurs des vaisseaux furent automatiquement coupés. De la surface de la planète les vaisseaux ressemblaient à de grosse boule de feu dû au frottement de l’air et à leur grande vitesse. Les vaisseaux tombaient comme des pierres, ils allaient de plus en plus vite. Jusqu'au moment ou Milina ordonna au pilote de réactiver les moteurs des vaisseaux. Une fois les moteurs enclenches les vaisseaux purent à leur guise explorer librement la planète. Ils avançaient sous un beau ciel bleu tout en survolant une grande prairie ou pâturait d’étranges animaux qui fuirent dès que les vaisseaux les approchaient. Le spectacle était magnifique et rappelaient au pilote la plaine de Célestia. Ils étaient tout excités par cette nouvelle planète et espéraient profondément au fond de leur cœur qu’elle serait la bonne. Personne à bord des vaisseaux ne parlait, dans les quatre Explorateurs en mission il n’y avait pas un mot, mais Trace le jeune homme qui pilotait l’Explorateur « trois » prit la parole par radio se qui fit sursauter la plus part des membres des vaisseaux :

    Trace : C’est étrange de ne pas sentir la force de gravité.
    Milina : Heureusement !
    Trace : Moi j’aime assez l’effet ressenti dans l’espace.
    Milina : Sauf qu’avec ce coefficient d’accélération nous serions déjà morts ci elle n’était pas amortie.
    Trace : A bon ?
    Milina : Nos yeux sortiraient de leur orbites si il n’y avait pas de système d’inhibition de la force d’inertie, ensuite la peau se détacherait du visage, notre cervelle s’écrabouillerait à l’arrière de notre crane et nos organes internes seraient broyés sur nos sièges !
    Trace : Beuuu !
    Londa : Rrrooo Milina ! Tu es toujours aussi poétique rien ne change avec le temps !
    Milina : Et oui que veux tu c’est la vie, bon assez parlé ! Infinity ici Explorateur « un » je viens de repérer un endroit relativement sympa nous allons nous poser pour y faire un tour.
    Gramon : Bien reçu Explorateur « un » faite attention a vous !
    Milina : Aucun problème Infinity je reviens avec toute mon équipe.

     Les quatre Explorateur se pausèrent alors sur la planète, ils étaient juste en plein milieu de la prairie qu’ils survolaient. L’herbe d’un vert profond, sept arbres étaient disposés ça et là dans la vaste prairie qui était serpentée par un grand fleuve à l’eau presque semblable à du cristal. Les portes des vaisseaux s’ouvrirent une à une et les membres d’équipage en sortir au plus vite pour admirer le soleil. Milina fut la première à sortir et regarder le soleil, les yeux presque fermés et la main posée sur son front pour se protéger. Elle prit une grande bouffée d’air frais et rejoins son équipe qui fixait le soleil, soudain Trace la regarda et elle couru vert lui. Elle lui sauta dans les bras folle de joie et l’embrassa et cria :

    Milina : On y est arrivé !

     Le soleil se reflétait sur les cheveux blonds de la jeune femme qui débordait de joie, très vite cette joie se fit ressentir dans tout le groupe. Elle regarda la vallée où ils se trouvaient et imaginait déjà la grande ville que son peuple allait construire ici ! Il était grand temps de retourner à bord de l’Infinity pour faire son rapport, elle ordonna aux Explorateurs « deux » et « trois » de faire le tour de la planète et de tout vérifier puis de retourner sur l’Infinity. La jeune femme et son coéquipier remontaient à bord de l’Explorateur « un ». Les deux vaisseaux décollaient et Milina contacta aussitôt le vaisseau Infinity.

    Milina : Infinity ici Explorateur « un », je voudrais parler au commandant s’il vous plait !
    Amélius : Ici le commandant de l’Infinity je vous écoute !
    Milina : Je pence que vous pouvez réveiller le grand conseil, cette planète est parfaite pour nous !
    Amélius : Bien reçu, rentrez à la maison !

     La joie qui avait envahie le cœur des hommes à la surface de la planète fit son apparition dans la salle de contrôle de l’Infinity. Tout le monde cria et se serras dans les bras. Le jour le plus heureux du peuple Alterans allait bientôt arriver après toutes c’est années d’effort. Après vingt bonne minutes de félicitation de cris et de pleur Amélius, Renna et Sillya prirent la direction de la salle ou dormait le Grand Conseil. Ils marchaient dans les longs couloirs du vaisseau, la faible lumière émise par les cristaux bleu caressait faiblement leur visage et ne laissait que faiblement apparaître les couleurs du vaisseau ternies pas le temps. Amélius ouvris alors une porte en appuyant sur son interrupteur. Il resta devant la porte et Renna entra une fois celle-ci ouverte. Elle se dirigea alors vert la petite console central et enclencha le réveil du Grand Conseil. Les portes des modules de stase s’ouvrirent une à une et les membres du conseil émergeaient de leur long sommeil. Sillya et Amélius allèrent directement les aider a ce remettre des effets négatives du module de stase. Environs trente minutes plus tard tout le monde sorti de la salle pour aller dans une autre salle non loin de celle-ci. Cette nouvelle pièce dans laquelle le groupe entra était la salle du Grand Conseil sur l’Infinity. Tout le monde prit place au tour sauf Renna qui regagna la salle de contrôle. La réunion allait commencer Amélius leur fit le rapport le plus détaillé de toute sa vie. Ce long rapport fut même le discours le plus long jamais exposé devant le Grand Conseil. Les membres du Grand Conseil étaient installés à l’extrémité d’une grande table ovale et Amélius à l’autre bout. Soudain Amélius fut coupé cour par les hautparleurs de la salle, s’était Cildon qui informait Amélius du retour des Explorateur « deux » et « trois » qui revenaient juste de leur mission d’exploration, les Explorateur « un » et « quatre était rentré l’ors du réveil du Conseil. Amélius reprit alors sont discours, les membres du Grand Conseil étaient tout ouïe devant lui. Le jeune homme arriva enfin à la conclusion de son rapport et affirma au Conseil que cette planète était bien « Avalons ». Les membres du Grand Conseil se regardaient dans le blanc des yeux, personne ne parlait. Certain des membres du conseil avaient du mal à cacher leur joie comme Mérya, bien que souvent très insensible et froide. Après plusieurs minutes de réflexion le Grand Conseillé Oron prit la parole :

    Oron : Le Conseil à délibéré !
    Amélius : Je vous écoute monsieur, je sais que la décision que vous prendrez sera la bonne et j’y obéirai.
    Oron : Commandant Amélius, le haut conseil vous donne l’ordre de faire atterrir ce vaisseau sur Avalons le plus vite possible.
    Amélius : A vos ordres !

     Amélius fous de joie il sorti de la salle du Conseil avec Sillya et l’embrassa comme un fou. Sillya fut la première surprise mais ne désapprouvait pas. Elle regarda Amélius dans les yeux avec amour et passion et lui dit :

    Sillya : Allons faire atterrir ce vaisseau commandant et une fois sur Avalons je m’occupe de vous !

     Amélius esquissa un petit sourire du coin des lèvres et le couple couru le plus vite qu’il le put vert la salle de contrôle. Le couple courait à vive allure dans les couloirs de l’Infinity, une fois arrivé dans la salle de contrôle Amélius annonça la bonne nouvelle à tout l’équipage. Un tonnerre d’applaudissement retenti dans la salle de contrôle et quelque minute plus tard toute l’équipe d’Amélius se mit à faire les calculs pour l’atterrissage. Tous les membres du Grand Conseil arrivaient dans la salle de contrôle de l’Infinity et regardaient travailler ses membres. Après deux heures de dure réflexion ils étaient près. Leur point d’arrivée était un grand lac situé à quelque kilomètre de la grande plaine survolée par l’équipe de Milina. Maintenant que tout le monde était fin près ils allaient pouvoir commencer. En premier lieu le vaisseau devait rentrer dans l’atmosphère de la planète les réacteurs en arrière pour ne pas atterrir sur la verrière, Amélius prit alors place dans sont fauteuil et dit.

    Amélius : Effectuez la rotation du vaisseau !
    Lanios : Rotation en cour monsieur.
    Amélius : Boucliers pleine puissance !
    Vilgal : Boucliers à cent pourcent commandant !
    Amélius : Finition de trajectoire ?
    Sillya : Finition trajectoire terminée monsieur, le vaisseau s’y dirigera à la fin de la rotation !
    Lanios : Rotation terminé monsieur !
    Amélius : Allez y mettez le cap sur le point d’entré !
    Lanios : Tout de suite monsieur.
    Sillya : Stop ! Nous y sommes.
    Amélius : Grand conseillé Oron, nous sommes près, nous n’attendons plus que votre accord ?
    Oron : Allez-y commandant Amélius !
    Amélius : Salle de contrôle à escadron d’explorateur, la voie est libre vous pouvez décoller !
    Milina : Bien reçu salle de contrôle, allez les gars on y va !

     C’est alors que neuf des dix vaisseaux Explorateur sortirent des hangars de l’Infinity et se placèrent relativement loin de lui. Ils gardèrent une position géosynchronisé pour les manœuvres d’atterrissage du vaisseau.

    Amélius : Activation des réacteurs de décélération du haut du vaisseau !

     Soudain de gigantesque flammes jaillirent du toit du vaisseau et le poussa à entrer dans l’atmosphère de la planète. Le vaisseau se mit à violement trembler de toute part, les occupants qui étaient réveillés à l’intérieur étaient secoués de toute part. L’Infinity s’approchait rapidement de la planète, les boucliers du vaisseau commencèrent à s’enflammé du à la pénétration rapide dans l’atmosphère. Les hommes et les femmes de la salle de contrôle étaient très concentrés car cette opération était la plus dure de leur voyage. Le vaisseau tombé sur la planète telle un astéroïde, il allait toujours de plus en plus vite, mais soudain les propulseurs conventionnels s’activèrent. Le vaisseau ralentit légèrement mais continua à tombé à trop grand vitesse.

    Sillya : On va s’écraser sur la planète nous allons encore trop vite !
    Amélius : Rapport des boucliers ?
    Vilgal : Boucliers à vingt pourcent !
    Amélius : Par l’aurore !
    Sillya : Nous ne sommes seulement qu’a mille kilomètre du sol, neuf cent, huit cent, sept cent, six cent…
    Amélius : Activez le réacteur d’hyper-accélération !
    Lanios : Cela risque de nous faire redécoller monsieur !
    Sillya : Amélius c’est trop dangereux.
    Amélius : C’est un ordre !
    Lanios : Bien commandant !

     Lanios exécuta l’ordre donné par Amélius et activa les propulseurs d’hyper-accélération, une lumière bleue intense sortie de sous le vaisseau et fit brusquement ralentir le vaisseau. Le choc brutal d’une telle décélération fit tomber tout le monde à bord du vaisseau, Amélius ordonna après de couper les moteurs d’hyper-accélération et de booster la puissante des réacteurs conventionnels avec l’énergie utilisée pour l’activation des armes du vaisseau. Le vaisseau avait atteint la vitesse limite pour ne pas être détruit au moment du crash. L’Infinity tremblait de partout et fonçait sur le lac à pleine vitesse. Il n’était plus qu’à deux cent mètres et Amélius cria :

    Amélius : Préparez vous a l’impact !

    L’Infinity toucha enfin l’eau du lac le choc fut terrible, se qui fit valser tous les membres de l’équipage du vaisseau. Tous les instruments de bord s’affolaient, sonnaient et clignotaient il y avait un raffut terrible dans la salle de contrôle, des étincelles jaillissaient de toute part. Le choc du vaisseau sur l’eau fut tel que des vagues immenses étaient expulsées vers les rives du lac. Mais bien que le choc fut si terrible l’Infinity était toujours la, il flottait a la surface de l’eau tel une grande plume d’argent posée sur l’eau. C’est alors que Milina arriva avec les vaisseaux Explorateur qui s’arrimèrent au vaisseau à l’aide de puissants câbles pour le tracter jusqu'à la rive du lac. L’Infinity était à présent tracté par les explorateurs et avançait lentement sur l’eau. Pendant ce temps dans la salle de contrôle tout le monde se remettait de l’impact, personne n’avait rien de grave Amélius avait juste un beau bleu prés de l’œil qu’il s’était fait en tombant de son fauteuil. Une fois assez près de la rive les Explorateurs coupèrent leurs câbles d’arrimage et allèrent se poser non loin de la.

    Amélius : Rapport d’avaries ?
    Sillya : La plus part des systèmes ne marchent plus mais le principal c’est que nous sommes tous enfin arrivés !
    Renna : Les chambres de stase sont intactes !
    Vilgal : Les boucliers sont à plat.
    Lanios : Le générateur de l’hyper-accélération a grillé !
    Amélius : Je vois mais nous sommes arrivé l’Infinity a tenue jusqu’à la fin. Déployez les passerelles !

     C’est alors que trois passerelles se déployèrent, la principale situé vers le milieu du vaisseau et permettait aux passagers d’entrer ou deux sortir, elle donnait sur le haut du vaisseau, et les deux autres ce trouvaient sur la droite et la gauche de la passerelle centrale et se trouvait à quelque mètres du niveau de l’eau et permettait aux engins de sortir. Le grand Conseillé Oron ordonna l’ouverture des portes du vaisseau et le réveil de tout le monde à bord. Renna se dirigea alors vers la chambre ou dormait son équipe, elle appuya sur l’interrupteur de gauche de la console centrale de la chambre  et les réveilla. Le réveil fut très dur et après une vingtaine de minutes ils partir tous réveiller le reste du vaisseau. Une à une les chambres de stase ce vidaient et leur occupant gagnaient la terre ferme, où ils purent admirer cette immense vallée d’herbe verte. Après quatorze longues heures de travail l’équipe de Renna et elle-même avaient terminé. Les dernier Alterans à avoir été réveillés arrivaient enfin dehors et prirent une profonde bouffé d’aire comme l’avait fait tout le reste des passagers. C’est alors que Amélius suivit de son équipe et du Grand Conseil arrivait devant la passerelle principale. Tout les regards était rivés sur eux, il n’y avait aucun bruit même avec toute cette foule. Soudain un tonnerre d’applaudissements, de sifflements et de cris retenti. L’équipe commença à descendre de la passerelle pour rejoindre elle aussi la terre ferme, le soleil était bien haut dans le ciel et brillai de milles feux, une légère brise soufflait sur la foule. Une fois Amélius arrivé en bas de la passerelle avec son équipe furent porté par les civils Alterans et fut acclamé par la foule. Et pendant près d’une heure et demie l’équipage fut porté par toute la foule, mais soudain le Grand Conseillé Oron appela le peuple :

    Oron : Mes amis si aujourd’hui nous sommes ici se sont grâce à ses hommes et ses femmes qui ont risqué leur vie pour sauver la notre, Je propose que ce jour sois le leur, mais pas aujourd’hui nous devons rebâtir notre civilisation. Je propose que commencions à construire notre campement.

     Une fois que le Grand Conseillé Oron eut fini son discours, la plupart des Alterans repartirent vers le vaisseau pour vider les hangars de matériel. Et c’est alors qu’un long travail commença pendant une semaine les Alterans ce mirent à construire leur nouveau campement. Des milliers de grandes tentes blanches étaient montées pour que tout le monde eut un toi sur la tête. Et au bout de deux longues semaines le campement était fini. Amélius ce tenait debout dans la salle de contrôle de l’Infinity, il regardait le campement à travers la verrière. Oron vint le rejoindre et lui dit :

    Oron : Amélius que faites-vous là ?
    Amélius : Grand Conseillé Oron je ne vous avais pas entendu excusez moi ! Je regarde notre peuple vivre heureux cela ne me rappel rien de Cyra, voir des enfants rirent c’est une image qui ne me rappelle vraiment pas Cyra. J’espère juste que les Oris ne nous trouverons pas.
    Oron : Ne vous en faites pas Amélius ils ne nous trouveront jamais, nous sommes enfin en sécurité. Vous êtes venus faire vous adieux à l’Infinity ?
    Amélius : Pardon ?
    Oron : Nous avons un nouveau projet pour lui !
    Amélius : De quel genre de projet voulez-vous parlé ?
    Oron : L’Infinity va être démonté dans quelque mois pour la construction du « Trinity ».
    Amélius : Le « Trinity » ?
    Oron : Le « Trinity » ira en mission sur les planètes découvertes par l’Infinity pour étudier se fameux métal. Mais en attendant savourons notre nouvelle vie sur notre nouveau monde.


    _________________
    avatar
    teck

    Messages : 56
    Date d'inscription : 16/06/2013
    Age : 27
    Localisation : Bordeaux

    Re: Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par teck le Ven 26 Juil - 12:54






     
    Cela allait bientôt faire cinq ans que l’Infinity, magnifique vaisseau d’argent de conception Alteran avait déposé les trente-neuf milles trois cent vingt-et-un passagers sur Avalon. Le campement installé lors de leur arrivée avait très vite laissé place à une grande et très belle ville, édifiée sur les rives du fleuve qui serpentait dans la vallée. Avalon était le joyau de l’architecture Alteran, jamais une ville n’avait été réalisée avec autant de soins que celle-ci. Ce matin là le soleil eu du mal à être vu, il était dissimulé par de gros nuages gris et une légère brise froide soufflait sur la ville. Comme tous les matins Sillya sortait pour aller faire un tour sur le marché. Elle marchait dans les rue d’Avalon emmitouflée dans un grand châle. Sillya marchait le long d’une grande rue pavé de pierres noires, il n’y avait pas grand monde par ce froid matin de printemps, et comme tous les matins la jeune femme admirait les demeures toutes plus belle les unes que les autres. De grandes bâtisses en pierre de taille d’un gris léger, qui laissaient apparaitre les poutres de bois qui soutenaient les toits de tuiles rougeâtres. Une multitude de fenêtres habillait les murs des maisons. Sillya marchait encore et encore un panier à la main, elle arriva enfin à un grand carrefour où trônait un énorme saule pleureur en son centre. La jeune femme prit le chemin sur sa droite, elle se trouvait à présent dans un long corridor vouté. Après un petit quart d’heure de marche elle vit enfin le bout de se long corridor qui donnait directement sur la place du marché d’Avalon. La place du marché était immense, une multitude de pavés de plusieurs nuance de gris dessinaient sur le sol une grande spirale qui rejoignait la grande fontaine installée au centre de la place. Plusieurs arbres avaient été plantés symétriquement sur la place du marché et il y avait un très grand nombre étals de marchands, qui offraient des produits de toute la planète. Elle marchait le long des étalages et pouvait admirer la multitude de produit proposé. Un jeune homme d’une vingtaine d’année offrait une large gamme de cristaux aux formes et aux couleurs aussi variés que nombreux, un peu plus loin un couple d’âge moyen proposait des épices récoltes dans toutes les terres d’Avalon. La jeune femme marcha près de dix minutes avant d’arriver près d’un étalage tenu par une veille dame, aux cheveux grisâtre, qui proposait les meilleurs fruits et légumes de la planète.

    Sillya : Bonjour Marra, comment allez-vous ?
    Marra : Bonjour à vous Sillya. Vous êtes radieuse ce matin ! Alors comment vont les jumeaux ?
    C’est alors qu’un magnifique sourire vint embellir le visage de la jeune femme. Elle posa alors sa main libre sur son ventre. Sillya était en ceinte de plusieurs mois déjà, et cette naissance embellissait sa vie autant que celle d’Amélius.

    Sillya : Ils vont bien, je dois même dire qu’ils sont un peu excité aujourd’hui et n’arrête pas de me donné des coups de pieds.
    Marra : Les petits monstres ils ont déjà le fougueux caractère de votre doux et tendre. Que vous faut-il ma belle ?
    Sillya : Comme d’habitude Marra, je suis venu chercher notre ration journalière. Nous avons des invités qui viennent manger à la maison ce soir.
    Marra : Donnez moi votre panier je vais vous ranger ca. Des amis ?
    Sillya : A peu près, ce sont des collègues de travail d’Amélius, cela va encore parler travail, travail…
    Marra : Je vois ! Voila ma belle votre panier et prêt je vous ai mis deux ou trois choses en plus.
    Sillya : Ho Marra il ne fallait pas. Merci pour tout je dois aller réveiller Amélius maintenant.
    Marra : A onze heures du matin !?
    Sillya : Il est très productif, mais dort beaucoup. Bonne journée Marra.
    Marra : A vous aussi ma belle, et bonne chance pour se soir.
    Sillya : Merci.

    Sillya reprit alors son chemin, elle décida de rentrer chez elle en passant par la route qui longeait le fleuve. Se chemin était un peu plus long mais elle était d’humeur baladeuse se matin. Elle quitta alors la place du marché pour s’engouffrer dans une grande rue décorée de la même façon que les précédentes. Elle longeait à présent la grande digue le longue du fleuve, les nuages commençaient à disparaitre pour laisser place à un magnifique soleil. Soudain une grosse bourrasque de vent fit voler ses cheveux dans tous les sens, Sillya leva les yeux vers le ciel et vit un Explorateur qui volait relativement prêt des toits des maisons, le petit vaisseau argenté transportait de lourde poutre de bois relié au vaisseau par un câble. La jeune femme remit ses longs cheveux bruns correctement et continua sa route. Tout en marchant elle continuait de regarder les maisons qui étaient sur sa route. Après plusieurs minutes de marche la jeune femme s’approcha du bord de la digue, elle s’appuya contre la grosse rambarde de pierre qui séparait la rue du fleuve et resta un moment à regarder les poissons nageait dans l’eau claire, si claire que l’on voyait distinctement les pierres au fond de l’eau, puis une petite voix de femme l’interpela :

    Sillya : Ho bonjour Renna, comment allez-vous ?
    Renna : Bien et vous ? Par l’aurore vous êtes énorme !
    Sillya : Oui je sais, je mange pour trois.
    Renna : Comment va Amélius ? Sait’ il que le grand conseil se réuni cette après-midi ?
    Sillya : Oui, je dois aller le réveiller dans peu de temps.
    Renna : Bon je dois vous laisser, nous nous voyons se soir au repas !
    Sillya : Parfait à ce soir, bonne journée.

    Sillya laissa donc Renna, et les deux femmes reprirent leur route respective. Sillya marcha encore une bonne vingtaine de minutes et arriva enfin devant la grosse porte en bois de sa maison. Elle ouvrit la porte et entra. La jeune femme venait d’entrer dans une grande salle rectangulaire qui servait de salon et de salle à manger. La pièce était éclairée par de très grandes fenêtres. Elle posa son panier sur une grande table, retira sont châle et le plia correctement puis la mit sur le dossier d’une chaise. Elle prit la direction de sa chambre pour réveiller son mari ; elle monta donc les escaliers situés non loin de la porte d’entrée, une fois en haut elle arriva dans un long couloir où il y avait plusieurs portes. Sillya se dirigea vers le fond du couloir et ouvrit la dernière porte sur la droite et entra dans une sombre pièce. Amélius était là, et dormait encore. Le jeune homme était étalé dans la longueur du lit et dormait sur le ventre, Sillya ne vit que son dos, tout le reste était cacher sous les couvertures, elle s’approcha doucement du lit et vint lui caresser le dos. La seul réaction de son mari fut un grognement typiquement masculine, surtout au réveil. Elle insista encore un peu mais la réaction de son mari fut la même. C’est alors que la jeune femme alla ouvrir violement les rideaux des quatre fenêtres de la chambre et ouvrir la porte fenêtre central qui donnait sur un petit balcon avec vue sur leur jardin et dit :

    Sillya : Amélius il est l’heure lève toi sinon tu va être en retard le grand conseil se réunit cette après-midi et tu dois y aller.

    Sillya reparti dans la grande salle à vivre, reprit son panier et se dirigea vers la cuisine. La porte de la cuisine était juste dans le coin gauche de la grande pièce. Elle posa son panier sur un des plans de travail de son immense cuisine au couleur vert pâle et d’un brun chocolat. Elle prépara aussitôt une grande tasse de thé et la posa sur la petite table située au centre de sa cuisine et commença à vider son panier. Soudain un homme tors nu et très mal rasé franchit l’épais rideau qui séparait la cuisine de la grande salle. C’était Amélius qui venait juste de sortir du lit. Il salua Sillya et prit la tasse de thé sur la table. Son corps était dans la cuisine mais son esprit était toujours sur l’oreiller. Il dégustait son thé tranquillement et mangeait de délicieux biscuits que Sillya avait préparé tôt se matin. Pendant que Sillya rangeait son panier, puis une fois qu’il eu fini il dit a Sillya de s’assoir et finit ce qu’elle était en train de faire. Le couple parla près de quarante-cinq minutes, puis Amélius alla prendre une douche avant d’aller travailler. Il reparti dans sa chambre et prit des vêtements qui se trouvaient dans une commode face à leur lit. Il ressortit de la pièce et entra dans la pièce face à leur chambre là le jeune homme posa ses vêtement sur une autre commode pris une serviette de bain et la posa sur une des parois de verre de la douche. Il se tourna vers le lavabo et le miroir situés juste a coté de la douche et commença à se raser, une fois fini le jeune homme ôta son pantalon et entra sous la douche il ouvrir l’eau chaud et une épaisse vapeur sorti de plusieurs trous situé sur les bords de la douche. Le jeune homme resta près d’une demi-heure sous la douche et mit un quart d’heure à se préparer. Une fois qu’il eu finit il rejoint sa femme qui se reposait sur un sofa dans le salon. Il l’embrassa ainsi que son ventre et parti travaillé. Rien ne pouvait plus réjouir le cœur du jeune homme que l’arrivée de ses deux enfants. Amélius du marcher environs vingt-cinq petites minutes avant de rejoindre le palais du grand conseil. Le palais du grand conseil était un très grand bâtiment qui imposait le respect, construit en pierre blanche, de robustes colonnes supportaient un toit de tuiles noires. Amélius franchit l’immense porte d’entrée et alla directement dans son bureau. Amélius prit un lourd classeur sur son bureau et reparti dans les couloirs du palais, il marchait dans un long couloir. Le reflet de son corps marchant était réfléchit sur le sol de marbre blanc, et après quelque minutes de marche Amélius rejoint le grand conseillé Oron au milieu de ce grand couloir. Après avoir échangé quelques mots les deux hommes reprirent la direction de la grande salle du conseil. Ils marchèrent encore quelques minutes avant d’être rejoint par un jeune homme de taille moyenne relativement maigre et aux cheveux brun, s’était Rowen un des meilleurs amis d’Amélius à l’extérieur mais au travail il ne s’entendait vraiment pas car leurs points de vue était toujours opposés. Tout le monde se salua et Rowen ouvrit la grande porte qui se trouvait devant lui, dans cette pièce se trouvaient déjà plusieurs personnes, les trois hommes entrèrent dans la grande salle du conseil. Cette salle était impressionnante car le seul mur qu’il y avait était celui où ce trouvait la porte d’entrée le reste de la pièce était un immense demis dôme de verre semblable à la salle de contrôle de l’Infinity, et au milieu de la pièce se trouvait une grande table entourée de plusieurs sièges. Le grand Conseillé Oron prit place en bout de table et invita les gens présent à s’assoir et dit :

    Oron : Nous allons bientôt pouvoir démarrer cette nouvelle session du Conseil.

    La réunion dura une heure et demi, ils n’avaient pas parlé de chose bien grave juste deux ou trois problèmes mineurs concernant la ville : problème d’alimentation en énergie, de la production de nourriture qui allait toujours bien. Depuis quelque année le grand conseil n’avait que des réunions de ce genre là. Enfin bref tout allait bien à Avalons. Une fois la réunion terminer Amélius rentra chez lui pour donner un coup de main à Sillya qui préparait le repas de se soir. Une fois de retour, le couple se mit à préparer le repas. La nuit commençait à doucement tomber sur Avalon. Sillya avait préparé un fabuleux festin à base des plus beaux légumes et fruits de toute la planète, et Amélius avait quant à lui dresser une très belle table illuminée par une multitude de petites bougies. La cité d’Avalon était à présent sous un magnifique ciel de couleur rouge, orange et rose pastel. Mais se magnifique coucher de soleil laissait place au bleu profond de la nuit et on pouvait déjà voir les premières étoiles et un croissant de lune. Soudain, un homme frappa à la porte de la maison d’Amélius. C’était Oron qui comme à son habitude était toujours le premier. Amélius vint aussitôt lui ouvrir. Une fois entré il fut très vite chaleureusement accueilli par Sillya qui ne l’avait pas vue depuis quelque temps déjà. Vingt-cinq minutes plus tard les neuf invités étaient réunis et après un apéritif très festif tout le monde se mit à table dans la joie et dans le rire. Mais une fois le repas commencé plus un mot ne retenti à table tellement les mets préparé par la belle Sillya étaient délicieux. Il n’y avait pas un mot ; pas un bruit ne raisonnait dans la grande salle à manger, ormit les bruit des couverts sur les assiettes. Amélius brisa alors le silence en relançant la conversation, et le groupe reparti dans un grand fou rire. Mais soudain sans que personne n’est eut contrôle de cela, la conversation si amusante et drôle dévia sur le travail et sur la mission « Trinity ». La mission « Trinity » ce grand mystère, car personne ne savait rien depuis que le vaisseau avait quitté la portais des capteurs de la planète. Environs six mois après l’arrivée de l’Infinity, le vaisseau fut démonté et la plupart de ses composants furent utilisés pour la construction d’un autre vaisseau : le Trinity. Sa mission était d’explorer les planètes scannées par l’Infinity avant leur arrivée sur Avalons et une planète en particulier. Celle connut sur le nom de « Beta-4-5 ». C’est alors qu’une petite équipe fut formée pour mener à bien cette mission. Cildon un jeune assistant de laboratoire d’Amélius le plus prometteur de tous et le plus motivé avait demandé à faire parti de se voyage, ainsi que Gramon le chef militaire de l’Infinity et bien d’autres. Au total trois-cent vingt membres pour cette mission. Dans quelque jour cela fera quatre ans, oui quatre ans que le grand conseil Alteran et le reste d’Avalon n’avaient plus aucune nouvelle d’eux. La planète Beta-4-5 avait été choisi car elle était la plus proche d’Avalons environs deux-cents quarante années lumière, et aussi d’après les capteurs de l’Infinity elle regorgeait de cette étrange minerai. Deux ans après le début de la mission Trinity le grand conseil ordonna à l’équipe de Randel de créer un autre vaisseau du même type que le Trinity, mais cette tache fut impossible. La planète d’Avalon ne possédait aucun minerai capable de résister aux dures conditions dans l’espace, ce qui rendait la construction impossible. Les seuls vaisseaux encore capable d’aller dans l’espace était les Explorateurs. Bien que personne ne voulait aborder le sujet, tout le monde dans la cité d’Avalons pensait très fort aux trois-cents vingt membres d’équipage du Trinity. La petite soirée organisée par Sillya et Amélius touchait à sa fin. Un à un les invités partirent pour regagner leur demeure. Une fois le couple seul, ils prirent une petite heure afin de tout ranger et nettoyer avant de monter se coucher.

    Un mois s’était écoulé depuis la petite soirée chez Amélius et Sillya. En se magnifique après-midi ensoleillé d’été Amélius sorti de chez lui pour prendre la direction de son laboratoire situé en bordure de la ville. Il marcha une petite demi-heure dans les grandes rues ensoleillées d’Avalon. Le temps était parfaitement beau aujourd’hui, aucun nuage ne venait troubler se ciel d’un bleu éclatant. Le jeune homme empreinta le pont et traversa le fleuve puis marcha encore une dizaine de minutes avant d’arriver devant une grande bâtisse de pierre grise. Il venait enfin d’arriver devant son laboratoire. Le jeune homme pris alors la clef de la porte d’entrée qui était accrocher autour de son cou et ouvrit la grande porte d’entrée. Il entra et referma la porte aussitôt pour ne pas être déranger, car la plus grande partie de ses travaux était classé « secret défense ». Amélius se trouvait à présent dans une toute petite pièce très sombre. Mais soudain la petite lumière située sur le plafond de la pièce se mit à emmètre une lumière rouge intense qui l’ébloui comme à chaque fois. Cinq seconde plus tard la lumière disparue et une voix informatique retenti dans la pièce :

    Voix Informatique : Scanner terminé ! Bonjour conseillé Amélius…

    Et une porte située sur le mur à gauche de l’entrée s’ouvrit. Amélius entra à présent dans une grande salle qui s’allumait peu à peu. Dans cette pièce se trouvait plusieurs petits bureaux dispersés au quatre coins de la pièce. Au beau milieu de la salle se trouvait une immense table ou était posé une carte spatiale, qui représentait partiellement les constellations de la voix lactée. Les murs étaient recouvert d’étagères pleines d’objets et d’invention toute aussi étrange les un que les autres, ainsi que de nombreux plan d’invention. Cet après-midi là Amélius travaillait seul, il avait donné un jour de repos à ses six assistants. Il accrocha quelque feuilles sur un tableau au mur, fit quel que modifications sur un schéma, et rangea des objets qui trainaient ça et là. Le jeune homme se dirigea alors vers une petite porte dans le fond de son laboratoire. Derrière cette porte se trouvait une petite pièce relativement sombre. Dans la petite salle il y avait seulement un lit, une table et un dispositif de communication longue portée posé sur celle-ci. Juste a coté du dispositif de communication ce trouvait la petite pierre noire en forme de goute qui servait à communiquer avec d’autre personne à des millions d’années lumière de là. Comme presque tout les huit mois Amélius se connectait à cette machine pour communiquait avec un autre peuple. Il avait déjà tenté par plusieurs fois de communiquer avec l’équipage du Trinity mais en vain. Il s’allongea alors sur le lit, prit la petite pierre noire et l’emboita dans un des dix-huit emplacements sur le terminal de communication. Le gros cristal situé sur le sur le sommet du terminal s’illumina d’une lumière de couleur bleu turquoise intense qui illumina la totalité de la pièce pendant plusieurs secondes, puis Amélius s’évanoui. Amélius senti alors son esprit quitter son corps, qui parti tout droit vers l’espace. Il vit à une vitesse folle les millions de planètes et les milliards d’étoiles de la galaxie, franchit le vide intergalactique pour enfin rejoindre une autre galaxie, une autre planète. Une fois arrivé le jeune homme ouvrit les yeux et se leva du sofa sur le quelle il était installé, il était très déboussolé. Il regarda ses mains pendant quelque minute, puis vint le tour de regarder la pièce où il se trouvait. De longues rangées d’étagères couvertes de livres anciens. Amélius se dirigea alors vers le miroir le plus proche et quand il se regarda, et ne se vit point. Il vit le reflet d’un autre homme. Une seule fraction de seconde avait suffit pour faire voyager l’esprit d’Amélius dans le temps et l’espace pour se retrouver dans le corps d’une race qu’il connaissait très bien…

    L’homme qui avait involontairement prêté son corps à Amélius était un jeune homme qui n’avait pas encore vingt ans. Il était très grand et bien bâtit, il avait le crane raser et des yeux d’un bleu glacial. Amélius reconnu les étranges symboles gravés sous l’œil de son hôte. Il n’y avait plus aucun doute Amélius habitait temporairement le corps d’une Oris. Une fois tous ses esprits recouvrés le jeune homme analysa la pièce avec plus d’attention. C’était une bibliothèque, par chance il n’y avait personne. Amélius prit la direction d’une grande fenêtre. Il s’appuya sur le rebord de celle-ci et vit une grande cité entourés par la mer et au loin la grande montagne de Célestia. Il comprit tout de suite qu’il se trouvait à Ceslestis, la cité des dieux plus puissante cité Oris. Il se retourna vers le sofa d’où il s’était « réveiller » et vit un étrange livre qu’il avait laissait tomber un peux plus tôt. Il le ramassa et passa sa main sur la couverture. Il reconnu le grand symbole de la religion Oris sur la couverture et lut le titre à haute voix :

    Amélius : Le livre des Origines…

    Alors Amélius se rassie sur le sofa et commença à lire le livre de la première page jusqu’à la dernière. Après plusieurs heures de lecture intense, deux passages avaient retenu l’attention de l’Alterans. Le premier de ses passages avait surtout intrigué Amélius ; il y parlait d’un mot auquel il n’avait jamais entendu parler et qu’il ne comprenait pas. L’ascension, il est dit que les Oris cherche à l’accomplirent, et que une fois fait, ils l’offriront à leur fideles. La seconde partie qui l’avait marqué était le chapitre sur l’extermination du mal. Les Oris dans leur infini grandeur auraient ait explosé la montagne qui dominait la cité des dieux de Ceslestis, afin d’ensevelir le mal à tout jamais. C’est sur cette montagne que ce trouvait Cyra. Les Oris s’étaient servit de leur évasion pour augmenter leur domination sur leurs fideles. Ce qui rendait Amélius fou de rage, il se leva. Il partit dans les rangées de la bibliothèque à la recherche d’un autre livre, car le mot « Ascension » trottait dans sa tête. Au bout que plusieurs minutes Amélius trouva un livre appelait « Les mystère de l’Ascension » il reparti aussitôt sur le sofa et commença à lire le livre. Au bout de deux heures un homme vêtu d’une longue robe entra dans la bibliothèque. Amélius ne prêta pas vraiment attention à cette homme tant il était plongeait dans sa lecture. L’homme s’approcha de lui mais Amélius ne le regardait toujours pas. Il était le Docci le chef religieux Oris le plus respecté. Il arracha le livre des mains d’Amélius qui fit très surprit, main ne dit rien et regarda fixement l’homme.

    Docci : Que peut-il bien être plus important qu’un rituel de purification ?
    Amélius : Je vous demande pardon ?
    Docci : Les mystères de l’assenions, vous n’êtes par encore prêt. La vois des Oris est offert a tous ceux qui lui son Fidele. Suivez-moi !
    Amélius : Bien monsieur.

    Amélius suivait donc se mystérieux homme nommé le Docci. Il marchait dans un long couloir de marbre blanc et au mur de marbre de couleur brun clair, de grandes fenêtres laissaient voir les toits en forme me donne de la cité de Célestis. Les deux hommes arrivaient devant une imposante porte en bois qui s’ouvrit toute seule. Dans cette grande pièce se trouver plusieurs disciples. Le Docci fit signe à Amélius de les rejoindre. IL y avait un nombre incalculable de personne dans cette pièce. Tous étaient en cercle autour d’un autel central. L’autel représentait le symbole Oris, il y avait un petit siège en pierre dans le grand cercle principal et la partie inférieure montait jusqu’à un récipient qui contenait un liquide. Le Docci se plaça non loin de se récipient et dit :

    Docci : Aujourd’hui est un grand jour pour les Oris. En ce jour béni la dernière survivante Alteran sera purifier du mal qui obscurci son âme. Faite entrez l’héritière du mal !

    Amélius se mit à paniquait et sentait de grosse goutes de sueur collées le long de son front, dû à la panique. La porte d’entrée s’ouvrit et deux hommes en armure escorter une jeune femme. Elle avait une mine affreuse cacher derrière de long cheveux noirs, elle était vêtu d’une longue robe bleu et était enchainée des mains aux pieds. Le Docci pointa du doigt le petit siège de pierre au centre de l’autel. Les gardes allaires l’enchainer au centre de l’autel. Amélius voulait absolument aider cette femme qui semblait avoir été sévèrement torturé. Le Docci jubilait comme tout le reste de l’assemblée Oris, ils allaient enfin en finir avec les derniers Alterans sur Célestia. La jeune femme s’appelait Kailla, elle faisait partie de la quatrième génération d’Alteran qui n’avait pas réussi à atteindre Cyra avant l’évacuation. Elle était sereine, car au fond elle savait que tout serait bientôt fini. Le Docci pointa du doigt le récipient ou se trouvait le liquide qui s’enflamma comme par magie. Amélius regardait la scène fixement et ne savait pas s’il devait être impressionné ou effrayé. Comment cela se pouvait bien qu’Amélius le savait déjà ?

    Docci : Voit Alteran les pouvoirs offert par l’assenions, nous sommes des dieux !
    Kailla : NON ! Vous n’êtes qu’une bande de pauvre fou esclavagiste en robe, vous n’êtes pas des dieux loin de là…
    Docci : Et pourtant nous avons de grands pouvoirs…
    Kailla : Avoir le pouvoir ne suffit pas pour devenir un dieu !
    Docci : La parole du mal n’a que peu d’importance face à la parole du sage Oris. Kailla, c’est votre dernière chance, Dites moi où sont partit les vôtres qui ont quitté ce monde ?
    Kailla : Vous pouvez toujours me torturer je ne sais rien ils sont partis il y a plus de mille ans, et même si je le savais je ne vous dirais rien !
    Docci : C’est bien dommage pour vous ! Vous allez donc être purifié dans les flammes de la damnation éternelle. Versez l’huile.

    C’est alors qu’un disciple fit pivoter le réceptacle contenant l’huile enflammée, d’un simple geste de la main. L’huile coulait lentement le long d’une rainure. Kailla commençait à se débattre et à crier, à injurier les Oris présent dans la pièce. Amélius était terrifié, c’était le pire spectacle qui lui avait été donné de voir. Les flammes étaient si proches d’elle que la chaleur devenait insoutenable. Kailla se débattait encore et encore mais en vain. Soudain les flammes touchèrent la robe de la jeune femme qui s’enflamma d’un coup dans un hurlement de douleur atroce. Amélius regardait la scène sans rien pouvoir faire car il ne devait pas révéler sa présence aux Oris, mais soudain il bouscula les hommes devant lui, et une fois devant l’autel Amélius fut projetés par télékinésie contre le mur et s’évanoui. Et quelques secondes plus tard le jeune homme se réveilla brusquement, mais il n’était plus à Célestis, mais dans son laboratoire sur Avalon. Cette expérience qu’il pratiquait régulièrement l’avait vraiment troublé. Il mit ses mains sur son visage et des larmes se mirent à couler le long de ses joues. Cette pauvre femme torturée puis brulée vive avais troublé l’homme qu’était Amélius, il n’avait encore jamais vu quelqu’un mourir avec au temps de cruauté qu’aujourd’hui. Amélius retourna tristement chez lui. Une fois arrivé il s’allongea dans un grand sofa sur le salon. Sillya entra dans la pièce et vit tout de suite qu’Amélius allait très mal, et sans un mot elle vint le réconforter. Le lendemain matin Amélius se leva très tôt car il n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Il se doucha et mangea un morceau puis pris la direction du palais du grand conseil, il avait demandé une réunion d’urgence pour faire son rapport. Il marchait lentement dans les rues de la grande cité. Il arriva devant le palais du conseil. Amélius entra dans le bâtiment et alla directement dans la grande salle du conseil. Il ouvrit la porte de cette majestueuse salle et vit qu’il était le premier. Il en profita pour prendre place et regardé le magnifique lever de soleil qui se déroulait a l’horizon. Cette journée promettait d’être belle et ensoleillée, mais pour le jeune conseil se jour était fade, très fade. En fait il se sentait responsable de la mort de Kailla et de touts les Alterans qui étaient restés sur Célestia. La porte s’ouvrit et le grand conseillé Oron, et les autres conseillés entrèrent. Ils prirent tous place autour de la grande table ovale. Une fois tout le monde assis Amélius pris la parole :

    Amélius : J’ai de troublantes informations. Hier après-midi, comme je le fait touts les six ou sept mois, je tente de communiquer avec les humains sur Célestia via un terminal de communication longue distance. Par chance ou par malchance mon esprit à été héberger dans le corps d’un disciple Oris et j’y et appris des choses plus que troublantes…
    Oron : Je m’attends au pire Amélius, je vous connais depuis un long moment et je ne vous ai jamais vu aussi bouleversé, dites nous tout.
    Amélius : Pour commencer nous n’avons pas évacué la totalité des nôtres !
    Mérya et Rowen : Pardon ?!
    Amélius : Oui vous avez très bien entendu conseillés Mérya et Rowen, je ne sais pas exactement combien, mais maintenant il n’y en a plus.
    Rowen : J’ai peur de ne plus vous suivre conseillé Amélius !
    Amélius : J’ai eu le « privilège » d’assister à l’exécution d’une jeune femme nommée Kailla, elle était d’après les Oris la dernière survivante…
    Mérya : Par l’aurore c’est horrible !
    Oron : Amélius vous avez assisté à l’exécution de l’une des notre ?
    Amélius : Malheureusement oui, mais ce n’ai pas la seule chose que j’ai appris !
    Roshen : Nous vous écoutons conseillé Amélius.
    Amélius : Les Oris veulent accomplir leurs ascensions.
    Mérya : Je ne comprends pas !
    Amélius : J’ai eu le temps de trouver des informations sur cette mystérieuse ascension. Il s’agit d’un stade de l’évolution qui transforme le corps en pure énergie, et qui permet de ne faire qu’un avec l’univers tout entier. Mais sur le chemin de cette évolution les Oris ont acquit de grands pouvoirs, et se prennent vraiment pour des dieux.
    Oron : C’est affreux !!
    Amélius : Je ne vous le fait pas dire grand conseillé !
    Rowen : Je ne voudrais pas paraitre égocentrique, mais les Oris savent où nous sommes ?
    Amélius : Ne vous en faite pas conseillé Rowen, les Oris ne savent pas où nous sommes et même les Alterans restant sur Célestia, car même à notre départ nous ne savions pas où nous allions…
    Oron : Je vous en pris calmez vous ! C’est dur à dire mais c’est peut être mieux ainsi !
    Mérya : Je ne peu me résoudre à ça, mais oui c’est peut être mieux.
    Amélius : Je ne suis pas d’accord avec vous, nous sommes responsable des torturent qu’on enduré tous ces gens.
    Rowen : Conseillé Amélius vous ne comprenez pas !
    Amélius : Arrêtez ! Je suis en train de vous parler d’un groupe d’Alterans qui a été sacrifié pour que nous puissions vivre ! Nous ne vallons pas mieux que les Oris.
    Oron : Conseillé Amélius gardez votre calme je vous pris ! Croyez vous franchement que nous aurions laissé des gens derrière nous si nous savions qu’il y en restait, je tiens à vous rappeler que le projet Infinity était secret.
    Amélius : Excusez-moi grand conseillé !
    Oron : Conseillé Amélius je vous remercie pour ce rapport très détaillé, rentez chez vous. Prenez quelque jour de repos vous le mérité bien.
    Rowen : Excusez-moi grand conseillé, mais je pense qu’il ne faudrait plus se servir du dispositif de communication longue distance.
    Oron : Oui tout a fait ! Amélius vous avez vos ordres, je mets fin à cette réunion merci tous…

    Les jours et les semaines passaient tranquillement, Amélius se remettait doucement, mais il pensait toujours à la pauvre Kailla. Il avait eu plusieurs jours de repos pour se remettre de ce drame qu’il avait vu. Mais cela ne l’aida pas vraiment alors il se mit à travailler, sur de nombreux projets. En ce moment il travaillait sur une station sous-marine afin d’étudier les fond sous-marins et de trouver de nouvelles ressources naturelles à exploiter. La station trônait au milieu de l’océan, Amélius travaillait sur les réacteurs qui devait propulser la station sous l’eau, ils étaient endommagés suite à une surcharge d’énergie dû à un problème de programmation. Soudain une très belle jeune femme vint en courant à la rencontre du jeune conseillé. La jeune femme avait de très long cheveux noirs et de très beaux yeux verts. Elle reprit son souffle une fois dans la salle des machines. Elle s’appelait Sybille et était océanologue, elle était responsable de la station :

    Sybille : Conseillé Amélius, excusez moi de vous déranger, mais le grand conseillé Oron m’a demandé de vous dire que vous devez aller immédiatement au temple de l’Aurore, mais je ne sais pas pourquoi !

    Amélius couru alors à toute vitesse vers la surface, sans prendre le temps de remercier la jeune femme. Il courait à vive allure dans les étroits couloirs la station sous-marine, le bruit de ses lourds pas résonnait sur le métal et le bruit se fit entendre dans toute la station. Amélius arriva à l’extérieur de la station, il venait juste de sortir via le sas d’accès. Il n’y avait que de l’eau à perte de vue et soudain une voix retentie. Il s’agissait de Trace un pilote de vaisseaux bien connu d’Amélius. Son Explorateur était posé sur le toit de la station :

    Amélius : Par l’aurore ! Officier Trace pouvez vous me conduire à la cité de toute urgence je vous pris !
    Trace : Bien sûr Conseillé, allons-y !

    Les deux hommes montèrent à bord du petit vaisseau d’argent. Le vaisseau décolla. Sybille resta sans voix sur le toit de la station et leur fit un geste de la main pour leur dire au revoir. C’est cheveux volaient dans tout les sens à cause du vent produit par le vaisseau. Quatre longues heures de voyage attendaient les deux hommes. Ils n’avaient que l’océan à perte de vue. Amélius était vraiment très excité car il savait se qui se passait. Après ces quatre heures de vol, Amélius demanda à Trace de le déposer près du temple de l’aurore, a se moment ’officier Trace compris pourquoi Amélius avait été rappelé. Trace posa son vaisseau sur la petite place qui était devant le temple de l’Aurore. Amélius ne pris que cinq secondes pour admirer grand bâtiment entouré de colonnes de marbre blanc. Il était à présent dans le hall du temple, ou un immense hologramme représentait la voix lactée explorée. Amélius s’approcha d’un grand bureau qui était la réception du bâtiment. Il parla à une jeune femme toute vêtue de blanc :

    Amélius : Bonjour je suis le Conseillé Amélius, je voudrais savoir où est la chambre de la Conseillée Sillya s’il vous plait.
    Infirmière : Un instant je vous pris… Chambre quatre cent onze au quatrième étage.

    Amélius gravit les marches de l’escalier quatre par quatre. Le temple de l’Aurore était en fait une clinique réservée à la naissance et au soin des jeunes enfants. Amélius entra tout doucement dans la chambre de Sillya. La jeune femme dormait. Le jeune homme vit un détail qui frappa son attention. Ce petit détail enfin ces deux petits détails se trouver juste à coté du lit de la jeune femme. Il y avait deux berceaux, Amélius s’en approcha et regarda les deux bébés qui dormaient. Un petit garçon et une petite fille. Sillya ouvrit les yeux et Amélius l’embrassa aussitôt et la félicita tout en s’excusant de n’avoir put être présent.

    Amélius : Ils sont magnifiques, tout comme toi mon amour !
    Sillya : Merci je trouve qu’ils sont comme toi, ils se sont endormis il n’y a même pas dix minutes.
    Amélius : Un garçon et une petite fille je suis l’homme le plus heureux de l’univers.
    Sillya : Je voudrais que nous appelions le petit garçon Keane si tu aimes se prénom ?
    Amélius : Keane ! Oui j’aime beaucoup et comment veux tu appeler la petite fille ?
    Sillya : A toi l’honneur.
    Amélius : Sans réfléchir je voudrais que nous l’appelions Kailla.
    Sillya : Kailla, oui la petite Kailla…
    Amélius : Bonjour a vous Kailla et Keane, je suis Amélius votre papa…

    Les deux nouveau né entrouvrir la bouche et se mirent à pleurer. Amélius les admirait et Sillya l’admirait lui. Maintenant ils former une grande famille.

    Deux ans venaient de s’écouler depuis l’heureux événement pour Amélius et Sillya. Les deux jumeaux avaient déjà bien grandi. La nuit était sur Avalon les lumières des lampadaires et des étoiles brillaient de mille feux au cœur de la nuit noire. Dans la demeure du couple aucun bruit ne venait troubler les ronflements d’Amélius, mais d’un coup un bip aigu retentit dans le salon, puis un autre, et encore un autre. Amélius fut brusquement réveillé par la douce Sillya qui lui donna un coup de pied, et lui dit :

    Sillya : Cet appel et forcement pour toi ! Vas-y avant que les enfants ne se réveillent.

    Amélius poussa un grognement typique d’un homme mal réveillé et descendit dans le salon les yeux collés et les cheveux en bataille. Le bip de plus en plus aigu était toujours là, mais les enfants avaient le sommeil aussi lourd que leur père. Sur le mur juste à coté de l’escalier était fixé un petit écran qui clignotait. Amélius très mal réveillé appuya dessus et un hologramme du grand conseillé Oron Apparu. Cet appareil était un dispositif de communication semblable à un téléphone.

    Amélius : Grand Conseillé Oron que me vaut l’honneur d’être réveillé au beau milieu de la nuit ?
    Oron : Je m’excuse Amélius mais votre présence est requise d’urgence au chantier spatial.
    Amélius : A cette heure-ci ?! Mais enfin grand conseillé il est quatre heure du matin !
    Oron : Vous ne comprenez pas !
    Amélius : Pouvez vous être plus précis il est quatre heure je vous le rappelle.
    Oron : Le Trinity viens de se mètre en orbite autour de la planète !
    Amélius : C’est formidable alors ou est le problème, vous n’avez pas besoin de moi ?
    Oron : Amélius, le vaisseau à été scanné dés son arrivée en orbite ! Il n’y a personne à bord…
    Amélius : Je pars tout de suite !
    Oron : Un vaisseau est déjà en route vers votre maison il sera la dans douze minutes.

    Amélius courut aussi vite qu’il put sans faire le moindre bruit dans sa chambre pour se changer. Il vit les lumières qui se faufilaient à travers les rideaux de la chambre, du vaisseau explorateur qui était en train de poser dans la rue. Il repartit aussi vite qu’il était venu dans le salon déconnecta l’hologramme et sorti dans la rue. Il monta dans le vaisseau Explorateur et prit place à coté du pilote. Milina, qui était la pilote de l’explorateur décolla une fois Amélius installé, et mis le cap sur le chantier spatial d’Avalon qui était à quinze minutes de vol de la cité. Le petit vaisseau d’argent avançait dans la nuit noire, traversant les plaines à toute vitesse. La belle Milina pilotait le vaisseau Explorateur d’une main de maitre, mais Amélius n’était quand même pas rassuré. Après dix minutes de vol, on pouvait déjà apercevoir les lumières du chantier spatial, cela ressemblait à un grand feu car tout le reste était dans l’obscurité. Cinq minutes plus tard la grande base de construction spatiale était bien visible. On pouvait distinctement voir la grande fausse longue de plusieurs kilomètres ou le Trinity avait vue le jour, et voir l’imposante tour de contrôle de pierres grises et l’impressionnant dôme de verre à son sommet. Cette base militaire était la plus grande de toute la planète, mais était surtout faite pour fabriquer des vaisseaux, bien que ceci fût impossible. La base était en alerte, elle était éclairée de toutes parts et des hommes couraient dans tout les sens. Amélius aperçu une partie des membres du conseil qui entraient dans la tour de contrôle.

    Amélius : Les membres du Conseil ! Milina déposez moi près de l’entrée de la tour de contrôle s’il vous plait.
    Milina : Non, je peux faire mieux ! Il y a quelque jour de ca la plate forme d’atterrissage du sommet de la tour a été terminée. Je vais vous déposer là !
    Amélius : Merci bien, venez avec moi…

    Le vaisseau Explorateur avançait rapidement vers la tour de contrôle, et Milina le posa sur la plate-forme conçue à cet effet. Amélius ouvrit la porte du vaisseau en appuyant sur un bouton situé sur la console de navigation du vaisseau. Milina fut très surprise qu’Amélius sache comment ouvrir la porte, mais elle oubliait que c’est Amélius et Cildon qui les avaient conçus. Le conseillé couru vers la porte de la tour. Il posa sa main sur une petite console devant la porte du dôme de verre, la console s’illumina d’un vert clair et la porte de verre s’ouvrit latéralement, ils entrèrent. Il prit quelque minute pour admirer la salle de contrôle qu’il n’avait pas vu depuis plusieurs années. Il y avait des consoles de touts types disposées en cercle le long de la verrière et dans le centre de la pièce se trouvait un hologramme de la planète et du vaisseau Trinity qui était en orbite. Une vingtaine d’hommes et de femmes tous en uniforme de couleur beige avec le symbole de l’arme Alteran travaillaient là. Amélius aperçu le grand conseillé Oron qui parlait avec un soldat mais son uniforme était différent. Il portait un pantalon beige et une veste de couleur noire et portait un étrange symbole. Il était général, ceux vieil homme aux cheveux grisâtres et aux yeux bleus de glace était Khaled chef du Chantier spatial d’Avalon. Il se dirigea vers eux, mais il fut bousculé par une jeune femme qui prit juste le temps de s’excuser et reparti vers sa console. Toute la base était sans dessus dessous, l’arrivée du Trinity vide les avait très surprit. Amélius rejoint alors les membres du conseil qui venaient juste d’arriver. Ils parlèrent quelque minute avec Khaled, puis Amélius prit la place de l’officier responsable des détecteurs. Il s’assit et pianota quelque seconde, et un léger grondement se fit entendre. Khaled demanda sèchement à Amélius se qu’il trafiquait :

    Khaled : Mais enfin que faites-vous ?
    Amélius : Je réoriente les paraboles de la tour de contrôle, afin d’avoir un scan complet du Trinity. Pourquoi ?
    Khaled : Vous auriez pu me demander mon accord ou attendre un de mes ordres.

    Sur ces mots le jeune Amélius se leva et regarda le vieil homme droit dans les yeux. Amélius et le vieux Khaled ne s’était jamais vraiment appréciés. Ils se fixaient droit dans les yeux et Amélius lui dit d’une voix ferme :

    Amélius : Commandant Khaled, je suis membre du grand conseil Alteran, je n’ai aucune demande à vous formuler n’y aucun ordres à recevoir de vous ! Maintenant j’ai du travail, vous pouvez disposer commandant !
    Khaled : A vos ordres monsieur.


    _________________
    avatar
    teck

    Messages : 56
    Date d'inscription : 16/06/2013
    Age : 27
    Localisation : Bordeaux

    Re: Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par teck le Mer 31 Juil - 12:31




    Et Amélius reprit place et commença à scanner le vaisseau Trinity. Il s’écoula quelque minute puis l’hologramme du centre de la pièce disparu pour laisser apparaitre celui du Trinity. Mais l’image qui apparue était très détaillée on pouvait voir touts les couloirs du vaisseau, et on pouvait aussi remarquer et certifier qu’il n’y avait personne à bord. Toutes les personnes présentes dans la salle de contrôle de la tour avaient les yeux rivés sur l’hologramme, leurs yeux étaient pleins de terreur, et les questions arrivaient en masse.

    Amélius : Par l’aurore !
    Oron : Le vaisseau est vide il n’y a personne à son bord ! Comment cela se peut ?
    Amélius : Je ne sais pas, leurs caissons de stase ont peu être dysfonctionné je ne sais vraiment pas, mais tout les hagards son pleins ainsi que les couloirs !
    Oron : Je n’y comprends rien !
    Amélius : Moi aussi, je demande la formation d’une équipe d’intervention pour explorer le vaisseau et je veux en faire parti grand conseillé.
    Oron : Qu’en pensent les membres du conseil ?
    Roshen : Les membres du conseil son d’accord !
    Oron : Parfait ! Commandant Khaled formez une équipe, qu’elle soit prêt à partir dans une heure !
    Khaled : A vos ordres grand conseillé !
    Oron : Amélius, je veux des réponses !
    Amélius : Compris monsieur !

    Une heure plus tard l’officier Milina avait rassemblé tous ses hommes et s’apprêtait à décoller. Amélius quant à lui avait pris ses affaires et se dirigea vers le groupe de vaisseaux Explorateur. Toute l’équipe d’exploration était maintenant fin prêt. Milina ordonna à la petite flotte de décoller. Les six Explorateur se mirent à flotter dans les airs et mirent le cap vers l’espace. Au bout de quelque minute les vaisseaux déployaient leurs moteurs. Et sept minutes plus tard ils sortirent de l’atmosphère de la planète. Et là ils le virent tous, il était là en orbite autour de la planète d’Avalons. Le magnifique vaisseau linéaire toute argenté qu’était le Trinity. Le spectacle été incroyable. Milina ordonna à deux des Explorateur de partir en reconnaissance autour du vaisseau pour voir si la coque n’avait pas subit de dommage. Pendant ce temps Milina et le reste de la petite flotte se dirigèrent vers les hangars pour monter à bord du vaisseau. La jeune officier au fort caractère entra son code afin d’ouvrir la porte du hangar, mais la porte ne s’ouvrit pas.

    Milina : Conseillé Amélius que se passe-t-il ? J’ai envoyé le code d’ouverture à plusieurs reprises et rien ne se passe !
    Amélius : Laisser moi regarder sa, je vais essayer avec le mien.
    Milina : Faites à votre guise !
    Amélius : Voilà la porte s’ouvre et le bouclier de combat est activé. Votre code ne marche pas car au lancement de la mission Trinity vous n’étiez pas accréditer.
    Milina : Sympa !
    Amélius : Désoler mais c’est comme ca !
    Trace : Aller entrons !
    Milina : Ici Explorateur 1 à Explorateur 2, 3 et 4 on y va !

    Une fois les portes du hangar grandes ouvertes les quatre Explorateurs atterrir à l’intérieur. Une fois correctement poser Amélius ordonna la fermeture des portes du hangar. L’équipe pris quelque minute pour se préparer à explorer le vaisseau. Ils prirent leurs armes qui étaient un long fusil de couleur gris avec deux cristaux à son extrémité, le premier de couleur rouge tirait des projectiles laser de couleur rouge, et le second de couleur bleu servait de lampe. Une vingtaine de minutes plus tard, les dix-neuf soldats et Amélius commençaient l’exploration du Trinity. Mais l’équipe avait comme un petit problème, la plupart des portes des couloirs du vaisseau était fermées et ils durent toutes les ouvrir en manuel, car le Trinity était sous tension. Il faisait très sombre dans les couloirs, seulement quelque veilleuses fonctionnaient et éclairaient faiblement une multitude de caisse en métal qui était entreposées dans les couloirs du Trinity.

    Trace : C’est quoi toutes ces caisses ?
    Gelf : Je ne sais pas !
    Amélius : Peu importe, nous devons gagner la salle de contrôle ! Nous verrons le reste une fois que tout seras remit sous tension.
    Trace : A vos ordres conseillé.

    Toute l’équipe se remit en marche vers la salle de contrôle. Ils marchaient encore et encore dans les longs couloirs du Trinity, slalomant entre les caisses de différentes tailles. Les lumières de leur armes leurs permettaient de mieux voir dans cette semi obscurité. Après plusieurs minutes de marche l’équipe guidé par Milina et Amélius arriva enfin devant la porte de la salle de contrôle du Trinity, mais elle aussi était fermée. Amélius appuya sur l’interrupteur situé à droite de la grande porte de métal. Mais comme il s’y attendait, rien ne se produisit. Amélius et les autres ne furent que peu surprit par cela. Il démonta le boitier de contrôle pour tenter d’ouvrir cette porte. Pendant ce temps les soldats tiraient manuellement sur les parois de la porte pour la faire coulisser. Au bout d’une bonne dizaine de minutes Amélius réussi à entrouvrir la porte. La porte était maintenant grande ouverte. L’équipe y entra armes à la main, les soldats en tète éclairaient de leur armes les consoles de contrôle du vaisseau. La pièce était dans le noir total, seul les étoiles visibles par la verrière éclairaient faiblement les consoles les plus proches de la paroi de verre. Amélius pris alors place, sur le grand fauteuil qui trônait au milieu de la pièce et de toutes les consoles de contrôle. Il activa un interrupteur situé sur l’accoudoir de ce fabuleux fauteuil. Il y appuya une seconde fois, puis une troisième et à sa grande stupeur toujours rien.

    Amélius : Par l’aurore que se passe t’il rien ne marche dans se vaisseau c’est incroyable !
    Milina : Qui a-t-il conseillé Amélius ?
    Amélius : Rien ne marche, normalement j’aurais pus remettre le vaisseau sous tensions d’ici, et tant que le vaisseau n’est pas alimenté en énergie partout nous ne pourrons pas accéder aux consoles !
    Milina : Je vois. Je vais vous donné un coup de main, Officier Gelf ?
    Gelf : Oui madame !
    Milina : Vous et l’équipe « un » aller explorer le vaisseau, en particularité les chambres de stase voir si il y a eu disfonctionnement, et profitez en aussi pour aller au hangar et voir ce qu’il y à dans ces caisses !
    Gelf : A vos ordres !
    Milina : Officier Trace ?
    Trace : Oui madame !
    Milina : Vous et l’équipe « deux » allez directement à la salle des générateurs pour remettre le courant en mode manuel ! Moi je reste aider le conseillé Amélius.
    Amélius : Il doit y avoir un cristal de blocage dans des panneaux à cristaux sur le mur ! Il sera très facile à voir car il doit être petit en comparaison des autres !
    Trace : Compris, équipe « deux » on y va !

    Les deux équipes partir alors dans la même direction, puis se séparèrent quelque minute plus tard. Trace et les quatre soldats de l’équipe « deux » prirent alors la direction de la salle des générateurs. Ils marchaient dans les longs couloirs du Trinity évitant les caisses sur leur route. Soudain Trace se stoppa net et ouvrit une de ces fameuses caisses. Et ce qu’il vit le surprit fortement, il prit la chose qui se trouvait à l’intérieur en main et la regarda plus attentivement. L’officier Trace tenait dans sa main une pierre relativement bizarre de couleur noire. C’est alors que plus de question que de réponse trottaient dans sa tète. Le jeune homme ouvrit plusieurs autres caisses et elles ne semblaient contenir que cette étrange pierre noire, sauf la dernière. Cette dernière caisse ouverte ne contenait pas de pierre mais une pierre de toute autre couleur, un étincelant argent d’une beauté incroyable à regarder. Trace reposa la pierre dans son container, le referma et ils reprirent leur chemin pour mener à bien leur mission. Pendant que l’officier Trace marchait dans les couloirs du vaisseau il ne pouvait s’empêcher de remarquait la ressemblance frappant entre le Trinity et l’Infinity. Car le Trinity avait été construit avec les composants de l’Infinity, car aucuns métaux sur Avalon n’étaient suffisamment résistants pour voyager dans l’espace. Le jeune officier se rappelait de toutes les marches effectuées à bord de l’Infinity quand il était chef de la sécurité du projet sur Célestia. Après plusieurs minutes de marche les cinq hommes arrivaient devant une grande fenêtre qui donnait sur l’espace. Ils admirèrent pendant quelques minutes la vue qui s’offrait à eux, la planète bleue d’Avalon, la lune grise, le soleil en arrière plan et les milliers d’étoiles. Enfin ils reprirent leur chemin. Pendant le trajet qui les conduisait à la salle des générateurs les hommes de Trace vérifièrent une à une les pièces qui se trouvaient sur leur route. Mais ils n’avaient vus que des pièces de stockage, mais cette fois ci ils venaient de pénétrait dans une pièce qui leur étaient très familière. Cette petite pièce ronde et sombre, contenait une petite console en son centre et vingt caissons de stase, mais à leur grande stupeur ou soulagement ils étaient tous vide. L’officier Trace contacta aussitôt la salle de contrôle :

    Trace : Salle de contrôle ici équipe « deux » !
    Milina : Je vous reçois équipe « deux » qui a-t-il ?
    Trace : Nous venons de trouver à l’instant même une chambre de stase et elle est totalement vide !
    Milina : Elles sont vides comme toute les autre l’équipe « un » ma déjà contacté pour m’annoncer quelle en avait aussi trouvé !
    Trace : Vous avez put accéder aux ordinateurs du vaisseau ?
    Milina : Non, mais j’ai fait venir deux autres équipes pour explorer le Trinity. Continuez votre route vers la salle des machines, il faut que vous retiriez le cristal de blocage pour que nous puissions avoir de l’énergie et vite.
    Trace : Bien madame tout de suite ! On y va les gars.

    Après une demi-heure de marche les cinq hommes finirent par arriver à leur destination et à leur grande surprise la porte était aussi fermée. Alors Jasper un soldat d’une quarantaine d’années fit se qu’il fit pour toutes les autres portes, il la força en mode manuel en démontant le boitier de contrôle. Une fois entré Jasper et les autres se dirigèrent vers l’ordinateur de contrôle, mais rien ne fonctionnait. Jasper se dirigea alors vers les panneaux d’accès aux cristaux et en ouvrit une au hasard et commença a cherché le petit cristal de blocage. La faible lumière qui éclairait la pièce ne lui permettait pas de voir correctement les cristaux et il demanda à Trace de venir pour l’éclairer avec la lampe de son arme. Les recherches du cristal de blocage s’étaient avérées être un échec sur le premier, deuxième et troisième panneau, il ne lui en restait plus que trois. Mais soudain l’homme de petite taille qu’était Jasper fini par trouver se qu’ils recherchaient. Il retira le petit cristal de forme cubique et de couleur vert émeraude. Et une fois retiré les lumières de la salle de contrôle s’allumèrent d’elle-même, comme toutes les lumières des couloirs et des autres salles, puis vint le tour des consoles et des ordinateurs du vaisseau, le Trinity semblait reprendre vie d’un coup. Jasper se dirigea vers la console de la selle des machines et activa l’inter-comme du vaisseau :

    Jasper : Salle de contrôle ici l’officier technicien Jasper, je viens juste de retirer le cristal de codage, avez-vous accès aux ordinateurs ?
    Milina : Je viens de recevoir un rapport des trois autres équipes…
    Jasper : Excusez-moi madame mais vous avez bien dit des trois autres équipes ?
    Milina : Oui deux équipes sont arrivées en renfort ! Donc toutes les lumières viennent de s’activer et les porte sont déverrouiller !
    Amélius : Félicitation, mais je n’ai toujours pas accès aux ordinateurs du vaisseau !
    Trace : Que pouvons nous faire conseillé ?
    Amélius : Je ne sais pas Jasper, vous pouvez revenir à la salle de contrôle s’il vous plait ?

    Jasper se mit alors en route pour la salle de contrôle du Trinity. Une fois les deux hommes réunis ils se mirent dans l’idée de percer le code de blocage qui protégeait les consoles du vaisseau. Pour l’instant ils n’avaient eu accès, au plan du vaisseau, au détecteur de signe de vie et au journal de bord. Ils avaient eut la confirmation que le vaisseau avait quitté Beta-4-5 avec personne a son bord mais ne savait toujours pas pourquoi, et la réponse à la présence de toute ces caisses dans les couloirs. Les précieux métaux que contenaient ces caisses étaient le fameux et mystérieux métal que le Trinity devait étudier. Amélius et Jasper estimaient le décodage du puissant master à plusieurs jours, voire semaine. Les jours et les jours passaient, puis les semaines, puis les mois, six mois avait passé et toute l’équipe d’Amélius n’avait toujours pas réussi à percé le fameux code pour accéder au contrôle principal du Trinity. Mais après tous ces mois de recherche Amélius avait reconnu le code de cryptage de Cildon, il savait au fond de lui-même que ce code serais impossible à percer. Mais il ne renonça pas, il continuait à chercher avec toute son équipe et un beau jour une étonnante chose se produisit. Tous les systèmes du vaisseau se débloquèrent d’un coup. Tous les systèmes du Trinity étaient à présent disponibles. Toute l’équipe a bord du Trinity n’y comprenait rien et s’affolait a trouver pourquoi, pourquoi maintenant. Un vent de panique s’abattis sur les hommes et les femmes à bord du Trinity, tout le monde cherchait à comprendre pourquoi ce code qui protégeait les systèmes du vaisseau s’était désactivé là, maintenant alors qu’ils n’avait pas encore trouver le code. Et là l’officier technicien Jasper venait de comprendre :

    Jasper : Heu excusez moi, conseillé Amélius !
    Amélius : Je n’ai pas vraiment le temps qui a-t-il officié ?
    Jasper : Je crois que nous avons un gros problème !
    Amélius : Je suis déjà au courant, nous avons des problèmes depuis que nous sommes monté à bord !
    Jasper : Avec tout mon respect, nous avons un tout autre problème !
    Amélius : De quelle nature s’il vous plait ?
    Jasper : Deux vaisseaux non identifié font actuellement route vers Avalon. Ils sont en Hyper-accélération mais s’ils gardent cette vitesse ils seront la dans trente-quatre minutes.
    Amélius : Par l’aurore !

    Amélius ordonna de contacter le plus vite possible le grand conseil et de charger les canons et d’activer les boucliers. Une jeune femme aux longs cheveux noirs tressés informa Amélius que les réserves énergétiques des armes étaient complètement à plat, et qu’il faudrait plus d’une heure pour les recharger. Le vent de panique s’intensifia sur le vaisseau. Amélius et toute son équipe cherchaient une solution pour protéger la cité d’Avalon. Soudain Amélius couru vers la console de navigation, il venait d’avoir une idée pour protéger la cité, du moins pendant quelque temps. Il plaça le Trinity en orbite basse au dessus de la cité, puis il se dirigea vers la console des boucliers. Dans la salle de contrôle où la panique régnait tout le monde regardait Amélius sans parler. Le conseillé était en train de modifier les paramètres des boucliers et pianotait sur la console à toute allure. Après une dizaine de minutes Amélius activa les boucliers du Trinity, Mais une chose étrange se produit. En temps normale les boucliers devaient former une bulle de protection autour du vaisseau, mais là les boucliers formaient une ellipse au dessus du vaisseau le protégeant ainsi que la cité. Milina qui était sur la planète avait fait décoller les huit vaisseaux Explorateurs dont disposait la planète. Maintenant tout le monde à bord du Trinity et dans les chasseurs attendait avec terrèrent l’arriver des deux vaisseaux. Pendant se temps les citoyens d’Avalon se réfugier dans les souterrains de la cité. Il ne restait plus que quelque minute avant leur arrivée, mais on pouvait déjà voir au loin la trainée qu’ils laissaient derrière le passage des hyper-accélérateurs. Le silence était de maitre dans la salle de contrôle du Trinity, Amélius venait juste de prendre place dans le grand fauteuil du commandant du vaisseau. Tous les yeux étaient rivés au-delà de la grande verrière en attendant l’ultime moment. Le compte à rebours allait bientôt atteindre son échéance. Et soudain alors que le compte à rebours venait de se finir les deux vaisseaux apparurent. Amélius se leva lentement de son siège et d’où il était installé, se dirigea vers la verrière tout en contemplant les deux vaisseaux. Ils étaient très longs et très grand, d’immenses ailerons à l’arrière leur donnaient un aspect terrifiant. Les vaisseaux avaient été construits avec un métal noir, mais à certain endroit on pouvait voir des lignes de couleur orange. Un sentiment de déjà vu envahi le cœur d’Amélius. Des vaisseaux Oris, non ils n’auraient jamais put les retrouver. Non, Amélius avait déjà vu ces vaisseaux, il en était persuadé. Soudain le silence qui s’était installait dans la salle de contrôle du Trinity fut rompu par Jasper. Un des boutons du siège du commandant clignotait. Un des vaisseaux cherchait à entré en contact avec le Trinity. Amélius se réinstalla sur le fauteuil et appuya sur le bouton qui s’illumina. C’est alors qu’un immense écran holographique apparut sur la verrière. Et la à leurs grande stupéfaction ils virent un visage très inattendu.

    Gramon : Ici le commandant Gramon, à bord du vaisseau de guerre Alteran Trion escorté par le vaisseau de guerre Oracle.
    Amélius : Par l’aurore, cela ne se peut ! Comment êtes-vous…
    Gramon : C’est une très longue histoire conseillé Amélius. Je vous demande la permission de nous poser sur la planète ? L’accueil est assez brutal non ?
    Amélius : Franchement on ne s’attendait pas à vous voire ! Bien sur, maintenant que j’ai récupérer les commandes du Trinity je peux aussi me poser. Suivez nous. Désactivez les boucliers.

    Le Trinity désactiva son bouclier et activa ses propulseurs conventionnels et les trois vaisseaux entraient dans l’atmosphère de la planète. Un boom supersonique se fit entendre lorsque les vaisseaux franchir l’atmosphère, Ils entamèrent leur descente vers le chantier spatial d’Avalon. Le Trinity était en tête et commença la manœuvre pour se poser à l’intérieur de la fosse où il avait été construit. Le Trion et Oracle se posèrent sur un immense terrain vague juste a coté de la base spatial escortée par la flottille de vaisseaux Explorateurs. Une fois tout le monde sur la terre ferme les retrouvailles furent grandioses. Et Amélius aperçu Une personne descendre de l’Oracle, une personne qui était comme un frère pour lui. C’était Cildon son meilleur assistant. Un vaisseau Explorateur piloté par la douce et belle Milina se dirigeait vers le palais du grand conseil. A son bord se trouvait le conseillé Amélius, le Commandant Gramon et Cildon, pour faire un débriefing immédiat sur la mission Trinity. Le soleil était déjà bien haut dans le ciel et faisait resplendir la cité d’Avalon. Les deux hommes de retour de mission après presque sept ans étaient en admiration devant se superbe spectacle. Après plusieurs minutes de vol ils survolaient enfin la cité et finirent enfin par atterrir devant le palais du grand conseil. Les trois hommes allèrent directement à la salle du conseil. Tout le monde était déjà installé autour de l’immense table ovale sous l’imposant demi-dôme de verre. Cildon et Gramon prirent place au bout de la table et le reste du grand conseil à l’autre bout. La réunion allait bientôt commencer.

    Oron : Messieurs au nom de tous les membres du grand conseil Alteran et de tous les citoyens de la cité d’Avalon soyez les bienvenues.
    Gramon : Merci grand conseillé, c’est un plaisir de revenir sur Avalon !
    Mérya : Nous avons tous été vraiment très perturbés, il y a six mois quand le Trinity et revenu complètement vide.
    Cildon : Je vous pris de bien vouloirs nous excuser conseillé Mérya, mais nous avions laissé un message dans les ordinateurs du Trinity.
    Oron : Mais les ordinateurs du vaisseau étaient protéger par un puissant master que même le conseillé Amélius n’a pu briser !
    Cildon : L’élève a dépassé le maitre.
    Amélius : N’y prend pas gout, j’ai plein de projets en cours et fait plein de découverte.
    Oron : S’il vous plait, parlez nous de se qui s’est passé après le décollage du Trinity.
    Gramon : Bien ! Après avoir quitté l’orbite d’Avalon et mit le cap pour Beta-4-5 nous nous sommes mit en stase et le vaisseau et entré en hyper-accélération.
    Cildon : Nous avons voyagé pendant treize mois pour atteindre Praclaroush Taonas.
    Oron : Quoi ?
    Cildon : Praclaroush Taonas et le nom que nous avons donné à Beta-4-5, excusez moi je n’ai plus l’habitude. Une fois en orbite autour de la planète nous l’avons scanné et fait atterrir le Trinity aux abords du plus gros filon exploitable et avons commencé nos recherches sur se fameux minerais noir qui possède une résistance a l’énergie incroyable que nous avons appelé « Naquadah ». Mais le plus incroyable et que ce minerais est capable de resituer l’énergie en plus grande quantité…
    Amélius : C’est incroyable !
    Gramon : Pendant ce temps mes hommes et moi-même avons cherché un lieu propice pour l’installation du camp de base. Et peu de temps après Cildon nous a informés que les conditions de purification étaient relativement longues et difficiles.
    Cildon : Un an et quelques mois plus tard, une jeune femme du nom de Timia experte en minerais et alliage à découvert un tout autre minerai de couleur argent qui une fois purifié est d’une résistance hors du commun.
    Amélius : Et comment s’appelle se nouveau mimerai ?
    Cildon : Excusez-moi, nous l’appelons le « Triniome ». Après la découverte de se nouveau minerai nous avons mit en place un deuxième site d’extraction. Et quelque mois plus tard nous avons commencé la construction d’une petite cité. Et c’est ainsi que Praclaroush Taonas fut crée. Après plusieurs mois de recherche Timia créa un formidable alliage, bien plus résistant que celui du Trinity et un ambitieux projet débuta. Le Trion !
    Amélius : Le Trion, vous avez créé ce vaisseau avec les plans que nous avions imaginé avant de construire le Trinity ?
    Gramon : Tout à fait à l’exception que grâce au Naquadah nous avons plus amélioré la production d’énergie des générateurs de plus de deux-cents dix pourcent.
    Cildon : Grâce à ce minerait les générateurs d’hyper-accélération sont plus rapide, les boucliers plus performant et les armes plus destructrices.
    Mérya : C’est formidable, mais il me semble que nous sommes seul dans cette galaxie, pourquoi avoir équipé ce nouveau vaisseau d’armes ?
    Gramon : Avec le plus grand respect que j’ai pour ce conseil, nous sommes peut être seul dans cette galaxie, mais l’univers est infini, et qui sait peut être un jour les Oris nous retrouverons, mieux vos être prêt.
    Oron : Ce qu’il dit est vrai conseillé Mérya. S’il vous plait continuez votre récit.
    Gramon : Une fois le Trinity chargé nous l’avons programmé pour rentrez en pilote automatique, puis plusieurs mois plus tard les deux vaisseaux de classe Trion étaient terminés. Nous les avons chargés de minerai et nous avons formé une équipe de quarante personnes par vaisseau.
    Cildon : Et deux semaines plus tard, Le Trion et l’Oracle partirent vers Avalon, il ne nous a fallu que cinq mois pour revenir.
    Gramon : La suite vous la connaissez, je tiens aussi à vous informer que une fois les deux chantiers spatiaux libre, mes hommes avaient l’ordre de mètre en route la construction de deux autres croiseurs de classe Trion, le Nova et le Taonas.
    Roshen : Vous reconstruisez d’autres vaisseaux dans quel but ?
    Cildon : Afin d’explorer La Voix Lactée et de protéger nos planètes et futures colonies.
    Oron : Après avoir écouté le récit de votre mission je tiens à vous félicités, vous avez fait un travail remarquable et je pense que vos découvertes vont nous faire faire un pas de géant dans tous les domaines.
    Gramon : Je tiens aussi à vous demander l’autorisation de repartir sur Praclaroush Taonas avec des civils, des soldats et d’autres chercheurs avec le Trion. Quant a l’Oracle il restera ici jusqu’a ce que le chantier spatial d’Avalon soit en mesure de construire ses propre vaisseaux de classe Trion.
    Oron : Le Trion pourra repartir dans deux mois et vous en serez le commandant, le vaisseau ne fera pour l’instant que des missions de transport entre les deux planètes.
    Gramon : A vos ordres !
    Amélius : Et vous Cildon, vous reprendrez le travail de recherche avec moi ?
    Cildon : Avec plaisir conseillé Amélius.
    Oron : Commandant Gramon supervisez le déchargement des trois vaisseaux et remerciez vos hommes pour moi, puis prenez quelques jours de repos. Vous aussi Cildon vous le mériter bien. Vous recevrez vos ordres plus tard. Je mets fin à cette réunion, merci à tous.

    Une fois la réunion finie tout le monde reparti à ses occupations. Amélius emmena Cildon dans la maison qu’il avait fait construire, pour lui, pendant sa longue absence. Et là Cildon annonça qu’il s’était marié sur Praclaroush Taonas et qu’il avait un fils de cinq ans, le petit Kerik. Amélius était très heureux pour son ami, et il lui raconta tout se qui s’était passé en sept ans. Cildon était émerveillé par la grandeur et la technologie qu’avait développée la cité d’Avalon. Après plusieurs jours de repos Cildon reprit le travail avec Amélius et ses autres assistants. Maintenant qu’il avait un métal conducteur d’énergie assez résistant Amélius pouvait se lancer dans les expériences à sa hauteur longtemps mise de coté.

    Vingt ans plus tard…

    En vingt ans les progrès fait par les Alterans était considérable, leur flotte était devenue très grande avec plus d’une vingtaine de vaisseaux de classe Trion. LA totalité de La Voix Lactée avait été explorée, et une quinzaine de planètes sur les milliards de la galaxie avaient été colonisé. Des planètes comme Praclaroush Taonas, ou Vulcanisa planètes désertiques où les Alterans y avaient construit le plus grand laboratoire de leur aire, où Iracus la plus grande base militaire. Mais le plus grande avancée technologique allait se dérouler sur Avalon dans le laboratoire de recherche d’Amélius et de Cildon. Les deux hommes avaient demandé aux membres du grand conseil de les rejoindre dans leur laboratoire. Une fois tous les membres réunis, Amélius les conduisit dans une pièce annexe. La pièce de taille moyenne était totalement vide, ormis un cercle dessiné sur le sol, de sept mètres cinquante de diamètre et un petit boitier de contrôle à sept touches fixé au mur. Les questions couler à flot, parmi les membres du conseil alors que l’expérience n’avait pas encore commencé, mais les deux hommes ne laissait rien paraître. Amélius fit un signe de la tête à Cildon qui se plaça au centre du cercle gravé sur le sol, quand à Amélius il se dirigea vers le petit boitier. Le boitier comportait sept boutons recouvert de l’écriture Alteran, deux colonnes verticales de trois touches, et le dernier interrupteur disposé horizontalement terminaient les deux colonnes. Amélius composa une séquence de quatre symboles puis fini par appuyer sur le dernier grand bouton. Les touches qu’Amélius avait encodées s’éclairent d’une lumière vive et blanche, le dernier bouton d’un vert vif. Quelque seconde plus tard le cercle autour de Cildon disparu pour laisser sortir une colonne de cinq grands anneaux qui encerclèrent Cildon. Soudain un flash aveuglant apparu au centre de ces anneaux. Puis Cildon disparu et les cinq anneaux retournèrent dans leur socle. Tout sa en l’espace de trente secondes. Le calme revint dans la pièce, la totalité des conseillé se posait de plus en plus de question et était émerveillé par cette nouvelle invention.

    Mérya : Mais par l’Aurore, Amélius que s’est ‘il passé ?
    Amélius : Ne vous en faites pas regarder et admirez.

    En peu de temps qu’il n’en faut pour le dire le cercle redispparu et la colonne d’anneaux réapparu et le flash lumineux suivit, puis Cildon de même. Et la colonne d’anneaux regagna son socle.

    Cildon : Cher membre du grand conseil, Amélius et moi même sommes heureux de vous présenter notre dernière invention.
    Amélius : Voici les anneaux de téléportation.
    Sillya : Comment cela fonctionne, cette technologie est formidable.
    Amélius : C’est relativement simple, enfin façon de parler. Tout part du socle qui pèse douze tonnes et demie. La colonne d’anneaux qui sort du cercle au sol, scanne et démolécularise les individus et objets à l’intérieur du cercle…
    Cildon : Puis les données sont stockées dans une mémoire tampon et envoyées à une autre plate-forme d’anneaux. Une fois à la seconde plate-forme la colonne d’anneaux se reforme et remolécularise les individus stockés dans la mémoire tampon.
    Mérya : C’est formidable et où avez vous été envoyé Cildon ?
    Cildon : Nous avons installé une plate-forme d’anneau à bord du Trion, qui est actuellement en orbite autour de la planète pour réparation, avec l’autorisation du commandant Gramon
    Rowen : Mes amis comme à chaque fois votre travail est prodigieux, mais quel est son rayon d’action ?
    Amélius : Malheureusement il n’est utilisable que sur la planète et dans son orbite, mais pas à travers les étoiles.
    Roshen : Ce qui n’est déjà pas si mal !
    Rowen : Oui je le pense aussi.
    Cildon : Nous avons l’intention, d’en installer un peu partout sur nos planètes et colonies, ainsi que sur la totalité de nos vaisseaux, avec votre accord bien sûr grand conseillé !
    Oron : Je trouve cette idée formidable, je vais ordonner que l’on commence immédiatement la production.

    Après cette époustouflante démonstration, la pluparts des conseillés repartirent, sauf Oron, Roshen et Sillya. Amélius demanda à Cildon de les laisser. Les quatre conseillés allaient avoir une conversation non officielle à propos de Cildon. Cildon était devenue un brillant chercheur, avec un esprit de création et d’innovateur hors du commun. Pour les membres du conseil, Cildon méritait une place au sein du grand conseil. Le seul problème est qu’il n’y en avait pas. Après une heure de discussions dans le laboratoire d’Amélius, Roshen et Oron regagnèrent leur demeure, quand à Sillya elle se plaça au centre du cercle. Amélius les activa et la rejoint. Ils furent encerclés par la colonne des cinq anneaux et furent immédiatement téléporté à bord du Trion, qui se trouvait toujours en orbite. Le couple marchait dans les couloirs du grand vaisseau de guerre Alteran. Ils arrivèrent dans une grande pièce située au niveau inférieur de la salle de contrôle, qui comme elle possédait une immense verrière. Cette pièce possédait plusieurs bancs face à la grande vitre. Amélius et Sillya se trouvaient dans la salle d’observation du Trion. Ils se mirent assis sur un des bancs et admirèrent la vue. Le Trion était incliné de façon à avoir une magnifique vue sur le soleil et les autres planètes entre celui-ci et leur planète. Le couple regardait ce spectacle plusieurs heures, car pour eux qui avait pu contempler de nombreuse merveille le plus simple et le plus basic leur suffisait.

    Les années défilaient et pendant tout ce temps les Alterans se développaient prospérant. L’âge d’or du peuple Alteran allait bientôt atteindre son apogée. Une grande flotte de vaisseaux de classe Trion équipée des meilleures technologies. Les citées construites au quatre coin de La Voix Lactée se développaient et s’étendaient pour devenir de plus en plus belle et puissantes.

    Un jeune garçon marchait dans les rue de Vulcanisa. Il était grand et mince, des cheveux blonds en bataille, les yeux verts. Il se nommait Kirik et était le fils de Cildon. Le jeune garçon contemplait les grandes tours de la cité de Vulcanisa. Pour la construction de Vulcanisa les architectes avaient totalement changé de style. De grand building de pierre, et de verre. Kirik marchait dans une large rue de pierre rouge orangé après quelques minutes de marche, il arriva près de l’oasis de Vulcanisa. C’est autour de ce point d’eau que les Alteran avaient construit leur nouvelle citée. Et face à cette oasis se trouvait un bâtiment incroyable, une gigantesque statue, représentant un des membres du grand conseil Alteran. Cette statue devait bien faire vingt-cinq mètres de haut et dominait la grande place de l’oasis et la cité de Vulcanisa. A la base de se colosse de pierre rouge, juste entre ces pieds se trouvait une porte, le jeune Kirik s’y dirigea. Il se trouvait dans un long couloir qui ne semblait déboucher nulle part. Une fois au bout de ce couloir il encoda un code à quatre symboles sur un petit clavier situé sur le mur, puis se plaça au centre d’une marque gravée sur le sol. Il s’agissait d’anneaux de téléportation. Kirik fut aussitôt transporté dans une pièce souterraine. Le jeune garçon se trouvait dans une grande pièce sans fenêtre, pleine d’ordinateurs, de plans, d’objets étranges et de nombreux scientifiques et de chercheurs. Cette planète était un avant poste de recherche avancée, et Cildon en était le responsable. Kirik aperçu son père au milieu d’une vingtaine de chercheurs et l’interpela :

    Kirik : Papa, excuse moi il faut que je te parle. Mais maman n’envoie t’apporter une très mauvaise nouvelle.
    Cildon : Je suis désolé mon grand mais je n’ai pas le temps alors fais vite s’il te plaît.
    Kirik : Le conseillé Mérya, viens de mourir !
    Cildon : Par l’Aurore !

    Cildon s’assis quelques minutes. Tout était embrouillé dans sa tête car cette nouvelle l’avait très choqué, elle avait choqué tout les Alterans vivants dans toute la Voix Lactée. Car Mérya n’était pas qu’un des membres les plus respecté de tout le conseil, elle était aussi la doyenne du peuple Alteran, et était source de gentillesse, de compréhension et de compassion. Quelque jours plus tard il y eu une grande cérémonie dans tous les temples du crépuscule de la totalité des planètes Alterans. Cildon et sa famille, ainsi que tous les habitants vêtus de noir de Vulcanisa se trouvaient dans le temple du crépuscule de la cité. Ce majestueux bâtiment aux grandes colonnes était bondé de monde, soudain un écran holographique apparu derrière l’autel du temple. Sur cet écran était retransmit une communication sub-spatial provenant du temple du crépuscule d’Avalon. Le corps de la défunte était allongé sur l’autel de se temple, et le grand conseillé Oron se tenait devant elle. Une fois la communication établie avec les vingt-neuf planètes Alterans, Oron prit la parole :

    Oron : Mes amis ces derniers jours aurons été bien tristes pour notre peuple. Le conseil Mérya était une femme remarquable, elle a donné une grande partie de sa vie à la survit de notre peuple, et je dois avouer que je ne serais pas là devant vous sans les lourds choix quelle a du prendre. Je suis heureux quelle est pu être témoin de la renaissance de notre peuple, auquel elle a tant rêvé et espérer. Elle aura donné le meilleur d’elle-même jusqu’au bout sachant la maladie l’emportée peu à peu. C’est aux très beaux âges de quatre cent trente-cinq ans quelle nous quitte et nous laisse le cœur plein de tristesse et de chagrin. Aujourd’hui les cendre de Mérya retournerons à l’espace frontière de l’infinie…

    Alors que la population adressait ses prières à Mérya, son corps fut incinéré, puis ses cendres furent confiées à l’espace, berceau de l’humanité. Le peuple Alteran était en deuil, pendant près de deux semaines toutes activités furent stoppées en mémoire du symbole de liberté qu’était la grande Mérya. Cildon toujours sur Vulcanisa, vivait dans un magnifique appartement, qui dominait la grande place de l’oasis et la belle cité de pierre rouge orange. Le jeune homme continuait de penser à Mérya, elle qui avait pour la plupart du temps soutenue les projets d’Amélius et du jeune homme. Il se dirigea vers une petite console fixée sur un des murs de son salon qui clignotait et émettait un bruit très aigu. Il appuya sur l’une des nombreuses touches et un hologramme à la forme d’Amélius apparu.

    Cildon : Conseillé Amélius, bien le bonjour. Que me vaut cet honneur ?
    Amélius : Bonsoir Cildon !
    Cildon : Il fait déjà nuit sur Avalon ?
    Amélius : Oui depuis près de deux heures, Comment allez vous ?
    Cildon : Je vais très bien merci, tout Vulcanisa se remet lentement de cette terrible perte.
    Amélius : C’est la même chose sur Avalon !
    Cildon : Le conseil a reprit son travail ?
    Amélius : Oui, c’este en parti pour ça que je vous contacte !
    Cildon : Excusez-moi, mais je ne vous comprends pas ?
    Amélius : Le conseil a délibéré et vous propose un siège au grand conseil !
    Cildon : Vous êtes sérieux ?
    Amélius : Oui, tu le mérite amplement Cildon, je n’ai même pas eu besoin d’appuyé ta demande !
    Cildon : Je ne sais pas trop quoi dire !
    Amélius : Le grand conseillé Oron, attend ta réponse pour officialiser la chose ?
    Cildon : Heu ! Bien je ne sais pas, je vais y réfléchir…


    _________________
    avatar
    teck

    Messages : 56
    Date d'inscription : 16/06/2013
    Age : 27
    Localisation : Bordeaux

    Re: Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par teck le Lun 5 Aoû - 16:44



    Chapitre V
    Mort à l’arrivé…



    Sur vulcanisa le soleil était déjà bien haut, sous l’accablante chaleur de la planète désertique. Le grand conseil Oron marchait dans la grande rue sous l’ombre des palmiers. En visite diplomatique sur Vulcanisa, le vieil homme était en direction de l’appartement de Cildon. Pour la première fois depuis plus de trente ans, il foulait le sol d’une autre planète. Oron arriva sur la grande place de l’oasis, il contemplait la grande statue à l’effigie d’un des membres du Grand Conseil, celle-ci représentait le Conseillé Roshen. De nombreux travaux d’aménagement avaient été entreprit devant ce majestueux monument. Une rangée de colonne disposée en arc de cercle, face à l’entrée de l’imposante bâtisse une petite place puis quelque marche encadrée par la ligne de colonne conduisaient a la place de l’oasis. Le Grand Conseillé Oron s’assis sur l’une de ces marches et laissa dérivé son esprit. Il était en train de réaliser tout se que son peuple avait accomplit depuis qu’ils étaient arrivés dans la Voix Lactée. Tous les passants qui se promenaient sur la place de l’oasis saluaient le Maitre du Grand Conseil, homme très respecté par les siens. Le vieil homme s’était toujours demandé si le peuple Alteran était reconnaissant, des durs choix que lui et les Membres du Grand Conseil avaient dû prendre. Et en admirant ce colosse de pierre rouge il trouva réponse à sa question. Après plusieurs minutes de méditation, le vieil homme reprit son chemin. Il n’était plus qu’à quelque minute de marche de l’appartement de Cildon. Le Grand Conseillé se trouvait à présent devant un grand immeuble de pierre rouge, de verre et de métal. L’architecture de Vulcanisa était très différente de celle des autres planètes. Il entra dans le bâtiment par une porte de verre qui s’ouvrit automatiquement. Oron avança dans le hall de l’immeuble. De nombreuses plantes exotiques décoraient le long couloir dans lequel il se trouvait, de grandes dalles de marbre blanc habillaient le sol de l’entrée. Au bout de ce couloir se trouvait un cercle sur le sol, il s’agissait de la marque des anneaux de téléportation. Cette technologie s’était très vite répandue depuis sa création. Il y avait aussi une console avec les noms des vingt-cinq personnes qui vivaient dans l’immeuble, mais pas de tableau pour contrôler les anneaux. Oron appuya sur le nom de Cildon et un hologramme apparu dans les minutes qui suivirent. Mais cet hologramme n’était pas celui de l’homme qu’il attendait. C’est un jeune garçon qui apparu à la place de Cildon, et ce jeune homme était Kirik son fils :

    Kirik : Bonjour, je peux vous aider ?
    Oron : Bonjour, tu es Kirik ?
    Kirik : Oui.
    Oron : Je suis le Grand Conseillé Oron, je suis venu voir ton père.
    Kirik : Placez-vous dans le cercle, je vais activer les anneaux.
    Oron : Merci à toi !

    Le vieil homme se plaça au centre du cercle et quelque secondes plus tard la marche sur le sol disparue. Les cinq anneaux entourèrent Oron et un flash d’une lumière blanche apparu et Oron disparu. Puis la colonne d’anneaux regagna son socle. L’homme réapparut de la même façon vingt-cinq étages plus hauts. Il se trouvait dans une petite pièce avec dans son dos une grande fenêtre qui donnait sur le vaste désert de Vulcanisa et le reste de la cité. Deux imposantes plantes vertes décoraient la pièce de téléportation, la porte s’ouvrit. Un grand jeune homme, cheveux blond en bataille apparu derrière celle-ci. Il s’agissait de Kirik l’unique fils de Cildon. Le conseillé Oron eu du mal à reconnaître le jeune homme de vingt-cinq ans. Le jeune demanda à son invité de le suivre et de l’accompagner dans une grande pièce qui était le salon. Le vieil homme se trouvait dans une grande pièce avec une très grande fenêtre de toute la longueur de la pièce qui offrait une vue imprenable sur la place de l’oasis et de la grande statue représentent le Grand Conseil Alteran. Le salon de Cildon était tout ce qui à de plus somptueux. Un grand canapé en forme de grand « C » était installé à l’entrée de la pièce de façon à mieux profiter de la magnifique vue, une grande table de verre et de métal était installée de l’autre coté. Oron se plaça devant la grande fenêtre en attendant le Conseillé Cildon. Quelque minute plus tard il le rejoint.


    Cildon : Conseillé Oron, bonjour je suis navré de vous avoir fait attendre si longtemps.
    Oron : Ne vous excusez pas, j’admirais la vue, vous êtes très bien installé.
    Cildon : Merci, installez-vous, vous voulez un verre ?
    Oron : Oui s’il vous plait.

    Oron s’installa sur le grand sofa tendis que Cildon préparait deux verres d’un alcool translucide de couleur ambré. Cildon expliqua au Grand Conseillé que cet alcool typique de Vulcanisa était un produit à base d’une variété de cactus, puis vieilli en fut de bois d’Avalon. Les deux hommes dégustaient cette boisson très forte en alcool tout en discutant de leur petit voyage vers Avalon. Oron expliqua à son compère que s’était la première fois, en trente ans qu’il se permettait d’aller sur une autre planète, se qui fit rire Cildon qui lui avait déjà visité plus de trois des planètes colonisées par les Alterans. Le Grand Conseillé Oron lui expliqua alors que de créer un gouvernement sur un grand nombre de planètes, avec un système d’échange comme le notre est prodigieux, et demande quelque petits sacrifices, mais le jeu en valait bien la chandelle. Les deux hommes parlaient pendant plus de trois quart d’heure avant d’être interrompus part un fort signal sonore. Cildon se leva et alla prêt de la petite console de communication fixée prés du couloir de l’entrée. Un hologramme apparu et pris très vite la forme d’un jeune homme de grande taille aux cheveux roux, il était vêtu de l’uniforme des pilotes de la flotte Alteran. Il se nommait Solen et était chef d’escadrille du Trion, le vaisseau qui allait ramener les deux hommes sur Avalon.

    Solen : Bonjour Conseillé Cildon, nous serons devant chez vous dans moins de dix minutes.
    Cildon : Merci officié, nous nous préparons. Nous serons devant le bâtiment.
    Solen : Bien reçu Conseillé.
    Cildon : Grand Conseillé, nous devons partir.
    Oron : Alors allons-y.

    Les deux hommes se dirigèrent vers la salle des anneaux de téléportation. Ils furent alors téléporter dans le hall de l’immeuble. Ils prirent la direction de la sortie de l’immeuble. Les deux hommes se retrouvèrent dans la grande rue sous le soleil de plomb qui chauffait de plus en plus. Ils pouvaient apercevoir au loin cinq petits points noirs qui devenaient de plus en plus gros. Au bout de plusieurs minutes les points prirent la forme de petits vaisseaux de six mètre de long, qui s’affinaient vers la fin puis laissaient place à une rangée de quatre réacteurs Ioniques. Ils avaient de grandes ailes installées sur le milieu du vaisseau d’environ quatre mètre de long chacune qui partaient en pointe et se relevaient de quarante centimètres avant leur extrémité. S’était les tous derniers chasseurs de combat qui remplaçaient les vaisseaux de classe Explorateur, ils se nommaient les Oracle. L’un de ces vaisseaux se plaça à quinze mètre au dessus des deux hommes et là une chose inattendue se produisit. Une partie ronde s’ouvrit vers l’arrière du vaisseau. L’ouverture avait la taille des anneaux de téléportation. En quelque seconde une colonne de cinq anneaux descendit entourer les deux hommes. Les deux hommes disparurent, et les anneaux regagnèrent le vaisseau. A l’intérieur de l’Oracle le socle des anneaux de téléportation disparu une fois la colonne de retour et elle réapparue à l’intérieur du vaisseau ainsi que le Grand Conseillé Oron et le Conseillé Cildon. Une fois à bord du petit vaisseau ils furent accueillis par Solen. Oron était vraiment surprit part le moyen dont ils étaient arrivés dans le vaisseau.

    Oron : Excusez moi, mais que c’est il passé ?
    Cildon : Grand Conseillé, je voulais vous faire la surprise. J’ai mit en place une seconde utilisation aux anneaux, ils sont désormais capable de téléporter des objets ou des personnes sans avoir de point d’attache. Qu’en dites-vous ?
    Oron : Cette technologie et de plus en plus prodigieuse à mon gout.
    Solen : Grand Conseillé Oron, Conseillé Cildon je vous souhaite la bienvenue à bord de l’Oracle – 0421.
    Oron : Merci pour cette accueil capitaine Solen.
    Solen : Installez vous confortablement, nous partons vers la base Hélera la plus grande base militaire de Vulcanisa, c’est la que le Trion et son commandant nous y attend. Pilote mettez le cap vers la base.
    Pilote de l’Oracle – 0421 : A vous ordres monsieur.

    L’Oracle – 0421 prit alors de l’altitude et rattrapât les autres vaisseaux de la flottille qui les escortait. Ils naviguaient à toute vitesse dans l’espace aérien de la cité de Vulcanisa en à peine quelque minute. La dernière tour la magnifique cité de pierre rouge allait être franchit, maintenant la seule chose qui allait s’offrir à leur yeux était le désert. Dans l’habitacle de l’appareil ces occupants discutaient toujours tout en prenant place. L’intérieur du vaisseau était coupé en deux parties bien distinctes. La partie avant qui était la cabine de pilotage possédant quatre fauteuils : deux prés de la porte qui menait a la second pièce et les deux autre devant les ordinateur de pilotage face à une grand vitre qui occupait toute la longueur. La salle arrière abritait le socle de réception des anneaux de téléportation, deux longues rangées de siège dans la longueur disposé en face à face et de nombreuses caisses de matériel. L’officier Solen avait pris place sur le siège juste à coté du pilote tandis que Oron et Cildon avaient prit place près de la porte arrière. Ils ne leurs restaient plus que cinquante minutes de voyage avant d’arriver à la base spatiale Hélera, mais pendant tout se temps Oron ne contemplait que la vue par la grande vitre. Des dunes de sable dorées à perte de vue, un ciel bleu magnifique sans aucun nuage à l’horizon, de temps à autre on pouvait apercevoir de grand rochés de couleur rouge et quelque cactus grandissait dans leurs ombres. De temps à autre on pouvait apercevoir un groupement de palmier et d’arbres du dessert qui signalaient la présence d’un oasis. Mais au loin on pouvait entrevoir une chose que l’on voyait rarement. Une grande chaine de montagne étalée sur toute la longueur de l’horizon. De grande pointe de pierre et de temps à autre de la fumée filait vers le ciel. Oron s’interrogea sur cette étrange chaine montagneuse, et questionna le capitaine Solen :

    Oron : Excusez-moi capitaine Solen, mais ce sont bien des volcans au loin ?
    Solen : Exactement Grand Conseillé Oron je vous pressente le mont Vulcanisa, le plus grand volcan de la planète c’est lui qui fournit en énergie géothermique la cité et les base de Vulcanisa.
    Oron : Ce spectacle et fabuleux.
    Solen : Je ne vous le fait pas dire c’est mon lieux préféré sur toute cette planète.

    Les quatre hommes à bord de l’Oracle – 0421 admiraient le volcan avec la plus grande attention. Il le survolait à présent, ils étaient juste au dessus de l’impressionnante cheminée de cette immense monstre volcanique. La chaine de montagne volcanique était à présent franchit, il ne leur restait plus qu’une petite dizaine de minutes de vols. Les cinq petits vaisseaux volaient en formation en « V » le vaisseau Oracle – 0421 qui transportait le Grand Conseillé Oron et le Conseillé Cildon était en tête de fille. Ils pouvaient à présent voir la grande base militaire Hélera. Une grande bâtisse rectangulaire de pierre rouge et de métal noir, Quatre tours avaient été construites sur les quatre coins de la base, et une grande tour, bien plus grande que les quatre autres était construite au centre de la base et dominait celles-ci, c’était la tour de contrôle de la base. La base Hélera était vraiment imposante. La bâtisse devait bien faire deux kilomètre de long pour cent-dix mètres de hauteur sans parler de la tour de contrôle qui devait bien faire soixante-dix mètre de plus à elle seul. Entourant totalement la base Hélera se trouvait encré là cinq vaisseaux de classe Trion, dont le Trion lui-même, et trois vaisseaux de classe Trinity. Puis à une centaine de mètre des vaisseaux un grand mur d’enceinte qui protégeait la grande base. De nombreux vaisseaux de classe Oracle planaient au dessus de la base pour des exercices de manœuvre et autre. A l’intérieur de l’Oracle – 0421 une petite alarme sonna et un petit bouton s’illumina sur le tableau de contrôle face au Capitaine Solen. Le jeune homme enclencha le bouton et parla :

    Solen : Ici le Capitaine Solent chef d’escadrille du Vaisseau Trion, je suis à bord de l’Oracle – 0421 et nous avons à bord deux membres du Grand Conseil.
    Officier de la tour de contrôle : Bien reçu, le hangar du Trion est ouvert, la voix et libre.
    Solen : Merci à vous, fin de communication.

    L’Oracle qui transportait les membres du Grand Conseil entama une descente rapide vers le Trion, suivit de son escorte. On pouvait voir à travers la vitre du chasseur l’imposant vaisseau de guerre. Ils longèrent les trois kilomètre du vaisseau pour aller dans le hangar à bord du Trion, le bras situé sur la droite du vaisseau était en fait réservé au hangar. Les Oracles entrèrent dans la grande porte d’accès qui donnait sur les hangars. Ils se trouvaient dans une très longue pièce de plusieurs mètres de long, la pièce était très haute et on pouvait voir de nombreuse plate forme sur trois étages ou était posé un chasseur Oracle. Vers le milieu du hangar cinq plates formes était libres, les vaisseaux s’y posèrent de façon à avoir la tête du chasseur face a la rampe de sortie. Une fois le vaisseau qui transportait les membres du Grand Conseil totalement encré au Trion, le pilote coupa le contact et ouvris la porte du chasseur. Sur le flan avant du vaisseau une grande porte s’ouvrit Solen prit la tête suivit de Cildon et d’Oron. Le vieil homme admirait le hangar du vaisseau il n’avait jamais vue autant de chasseur réuni. De nombreux soldats, ingénieurs et techniciens marchaient sur les ponts des hangars, et s’assuraient du bon fonctionnement du Trion et des Oracles. Les trois hommes se trouvaient sur une passerelle au niveau trois du hangar. Ils regagnèrent vite la passerelle qui longeait la totalité des hangars. Le Capitaine Solen expliqua a ses invités le fonctionnement et le rôle de cette pièce. Ils se digérèrent maintenant vers une porte qui devait les mener au couloir primaire du vaisseau. La porte s’ouvrit peu de temps avant que Solen n’enclenchèrent le mécanisme et à leur grande surprise le Commandant Gramon était venue les accueillir. Gramon portait un pantalon de couleur brun, et une grande veste de couleur noire, et affichait un petit sourire de joie à l’idée de revoir le Grand Conseillé Oron auquel il avait toujours montré beaucoup d’admiration. Il salua les deux membres du Grand Conseil et leur dit :

    Gramon : Grand Conseillé Oron, Conseillé Cildon, je vous souhaite la bienvenue à bord du Trion. Vous avez fait bon voyage ?
    Oron : Merci pour cet accueil Commandant Gramon. Nous avons fait bon voyage merci bien, j’en ai profité pour admirer la beauté de Vulcanisa.
    Gramon : Alors vous avez du très bien profiter de votre voyage j’en suis ravi, mais permettez moi de vous contredire je ne suis plus Commandant maintenant. J’ai été promu « Second Amiral en Chef de la Flotte Alteran ».
    Oron : Comment cette nomination a pue m’échapper ! Peu importe félicitation Amiral.
    Gramon : Merci. Conseillé Cildon votre matériel a été transporté dans la salle des générateur. On m’a aussi informé que le résultat de ces modifications serait supérieur à se qui était prévu. Je me réjoui que le temps de notre voyage se réduise de plusieurs mois.
    Cildon : Oui, nous devrions mettre un mois seulement pour rejoindre Avalon, au lieu de neuf.
    Oron : C’est prodigieux !
    Cildon : Tout à fait, je dois maintenant vous laissez, je vais superviser les derniers préparatifs de notre voyage.
    Gramon : Parfait je vais en profiter pour faire une petite visite guidée au Grand Conseillé.
    Oron : Je n’en attendais pas moins de vous, Je suis venu à bord de l’Altéra un des derniers vaisseaux de classe Trinity. Je suis vraiment pressé de voir ce que cache cet impressionnant vaisseau.
    Gramon : Ne vous en faites pas Grand Conseillé je vous ferais visiter les moindres recoins. Capitaine Solen vous pouvez disposer, merci pour tout.

    Les trois hommes prirent le chemin qui se trouvait dans le dos de l’Amiral. Ils firent quelques pas avant d’arriver à un croissement. Ce long couloir était le couloir primaire du Trion, le plus important du vaisseau, qui se trouvait en plein cœur du vaisseau. Sur la droite se trouvait le chemin de la salle de contrôle et sur la gauche celui de la salle des machines. C’est ce chemin là que prit Cildon. Et la visite commença. L’infirmerie, la salle d’entrainement des soldats, la salle des générateur de bouclier et des systèmes de survit, la salle de repos des hommes d’équipage et tant d’autres endroits sur ce magnifique vaisseau de guerre. La visite se termina par la salle de contrôle du Trion. Un immense dôme de verre qui offrait une vue sur la base Hélera mais abritait aussi toutes les consoles pour commander le vaisseau, le point le plus stratégique et important de tout vaisseau. Le Grand Conseillé Oron était impressionné il se remémorait les visites du même genre à bord de l’Infinity quand ils vivaient encore dans la galaxie d’Orion. Le Second Amiral Gramon devait maintenant préparer le décollage du Trion et conduisit le Grand Conseillé Oron dans ses quartiers personnels situé à l’arrière du vaisseau. Les appartements privés de Gramon étaient incroyable. Une grande pièce en mezzanine. Au second niveau le lit du Commandant ainsi qu’une salle de très spacieuse, puis au premier niveau une grande table pour les réunions et face a la mezzanine un grand espace sous un dôme de verre qui offrait une vue vers l’extérieur abriter un grand sofa arrondit. Le Grand Conseillé Oron scrutait la pièce à la recherche d’un objet en particulier, tout en admirant la beauté et la classe de cette pièce. Enfin Oron trouva se qui cherchait une petite console fixée sur un mur. Il s’en approcha et appuya sur deux ou trois boutons et un cercle de lumière blanc apparu sur le sol. Il se place au milieu et un halo de lumière s’échappa de la base du cercle et tourna lentement autour du vieil homme en allant vert le plafond de la pièce. Et une voix retentie dans la pièce.

    Voix informatique : Qui veut vous contacter, et ou se trouve cette personne.
    Oron : Le Conseillé Rowen au palais du Grand Conseil sur Avalon.
    Voix informatique : Connexion en cour…

    Soudain la pièce devint totalement noire, pendant près de dix minutes la seule lumière que pouvait voir Oron se trouvait à ses pieds. Puis il put voir une multitude de lignes horizontales et verticales l’encercler et dessiner en très peu de temps l’intérieur de la salle de réunion du Grand Conseil. Un hologramme à l’effigie d’Oron apparu dans la salle de réunion du Grand Conseil sur Avalon. Il pouvait à présent voir clairement l’intérieur de la salle, il regarda par la grande verrière le ciel de rose pastel et bleu nuit magnifique et voir les premières étoiles apparaîtrent puis il vit le Conseillé Rowen.

    Rowen : Bonsoir Grand Conseillé Oron. Alors comment se passe cette visite diplomatique ?
    Oron : Bonsoir Conseillé Rowen. Ma visite se passe plutôt bien merci, nous nous apprêtons à rentrer sur Avalon.
    Rowen : J’ai eu écho que votre retour ne prendrait qu’un mois seulement c’est formidable ?
    Oron : Oui, le Conseillé Cildon a mit au point un nouveau générateur qui fonctionne a base de Naquadah liquide.
    Rowen : Ceci devrait grandement nous faciliter la vie pour rejoindre toutes nos colonies.
    Oron : Je ne vous le fait pas dire. Bon je vais devoir vous laisser je voulais juste vous informer que nous allions partir dans l’heure qui suit.
    Rowen : Bien noté Grand Conseillé, il me reste encore un peu de travail puis je vais aussi rentré chez moi.
    Oron : Conseillé Rowen, es ce que ce travaille et d’une urgence capital ?
    Rowen : Non mais je voulais…
    Oron : Rentrez chez vous le soleil est déjà couché cela peut donc attendre demain. C’est un ordre.
    Rowen : A vos ordres Grand Conseillé faites bon voyage !
    Oron : Merci et vous reposez vous bien au revoir…

    Puis l’hologramme d’Oron disparu et le vieil homme vit le décor et la salle de réunion se ternir au point de devenir totalement transparent et de revoir progressivement les quartiers du Second Amiral Gramon. Le cercle de lumière blanche sur le sol disparu, le vieil homme alla en direction des sofas sous la verrière profiter de ces derniers rayons de soleil avant de partir. Pendant ce temps dans la salle des machines Cildon vérifia un à un ces calculs de puissance de consommation du nouveau générateur qu’il avait installé sur le Trion. Après plusieurs re vérifications le Conseillé décida de passer à l’étape suivante. Il contacta la salle de contrôle pour les informer que des qu’il aurait mit le générateur en route les inhibiteurs de force d’inertie allaient se mettre en route automatiquement. Un soldat s’approcha du générateur qui se trouvait dans une petite pièce juste a coté de la salle des machines, Cildon le suivait de prés. Dans le centre de la pièce se trouvait une grosse machine relié au sol par plusieurs gros câbles électriques. Sur le haut de cette machine qui devait faire un mètre vingt de haut se trouvait un trou ou quelque chose semblait s’emboiter. Le soldat qui accompagnait Cildon portait avec lui une étrange boite, le jeune Conseillé l’ouvrit et prit l’objet quelle contenait. Une grande et longue fiole de verre qui contenait un liquide jaune vif. Le soldat ne comprenait pas pourquoi il y avait eu autant de système de sécurité pour cette petite chose qui pour lui était insignifiante. Cildon lui expliqua qu’il s’agissait d’une pile de Naquadah liquide et que cette chose si petite et insignifiante était très dangereuse et pourrait détruire toute la base Hélera plus de dix fois. Le jeune Soldat fit aussitôt trois pas en arrière et regard le Conseillé Cildon installé la pile de Naquadah dans l’emplacement réservé pour elle sur le haut de l’appareil. Une fois installés les câbles qui reliaient l’appareil aux divers systèmes du vaisseau s’illuminèrent et le vaisseau se mit à trembler de façon très volante. Cildon couru tant bien que mal vers l’ordinateur de la salle de contrôle et une fois arrivé les tremblements se stoppèrent. Gramon contacta aussitôt la salle des machines pour avoir un rapport sur se qui venait de se passer, la salle de contrôle de la base Hélera en fit de même. Cildon leur expliqua que toutes les batteries du vaisseau venaient de se rechargé toute en même temps et que le Trion était près à décoller. Le Grand Conseillé Oron courait vers la salle de contrôle du Trion car il voulait savoir se qui se passait. Il arriva un bout du long couloir primaire du vaisseau monta une bonne vingtaine de marches, fit quelque pas et arriva sous l’imposante verrière de la salle de contrôle du Trion. Là tout le monde s’agitaient à contrôler si le vaisseau n’avait rien subit a cause des tremblements. Gramon vin a la rencontre de Oron et lui expliqua la situation, se qui rassura le vieil homme. Après une demie heure de vérification le Second Amiral pris place dans son grand fauteuil enclencha un interrupteur sur son siège et dit :

    Gramon : Ici votre Amiral les tremblements que nous avons essuyés, tout à l’heure n’étaient rien, il s’agit de l’activation du nouveau générateur. Maintenant que tout et en ordre préparez vous au décollage. Pressurisez le vaisseau et coupez les connexions d’arrimage !

    Une à une et à une vitesse folle toutes les portes qui donnaient vers l’extérieur y compris le grande porte de la salle des hangars se clôturèrent. Les passerelles qui reliaient le Trion a la base Hélera se retirèrent et les bras mécanique qui fixé le vaisseau au sol se rétractèrent. Le Trion était à présent libre de décoller.

    Gramon : Activez les moteurs de décollage !

    Puis environs deux cents petits propulseurs situés sous le vaisseau s’activèrent simultanément. La puissance de la poussée des réacteurs fit voler et tourbillonner les sables autour de vaisseaux. Le Trion était entouré par la fumée et le sable qui volait, puis quelque minutes plus tard il quitta le sol et commença à décoller. Il s’envola et allait toujours de plus en plus haut dans le ciel. Une fois la hauteur suffisamment élevée le Commandant du Trion ordonna l’activation des boucliers et des réacteurs ioniques qui propulsèrent le vaisseau dans l’orbite de la planète. Une fois dans l’immensité de l’espace le Trion croisa trois de ses frères. Les vaisseaux de classe Trion ; Olympic, Tessya et Pegasus. A présent le Trion quittait l’orbite de Vulcanisa pour rejoindre celui d’Avalon la capitale de l’empire Alteran.

    Gramon : Ici le Commandant du Trion à la base spatial Hélera.
    Julia : Ici l’Amiral Julia Commandant de la base Hélera.
    Gramon : Je vous informe que nous allons passer en hyper-accélération dans dix minutes.
    Julia : Bien reçu Trion faite bonne route !
    Gramon : Merci Amiral, Trion terminé. Activation des propulseurs d’hyper-accélération dans dix minutes !

    Puis dix minutes plus tard un flash de lumière bleu jailli des réacteurs du Trion et le vaisseau parti en direction d’Avalon. Le vaisseau se déplaçait à travers les étoiles tel un grand flash lumineux de couleur noirs orangé, et l’laisser dans son sillage une trainer énergétique de couleur bleue puis qui disparus. Le Conseil Cildon et un petit groupe de scientifiques étaient toujours dans la salle des machines à contrôler que tout allait bien. C’était la première fois que ce genre de générateur était installé. Sa conception résultait d’une course entre les deux plus grand chercheur Alterans : Amélius et Cildon. Mais le projet d’Amélius c’est révélé être trop avancé pour leur technologie alors le jeune Cildon en a profiter. L’équipe de Cildon analysait, des lignes de codes par centaine, des résultats d’expertise et d’analyse énergétique sans rien trouver, sauf que là…

    Scientifique : Conseillé Cildon.
    Cildon : Oui qui a-t-il ?
    Scientifique : Je détecte des légères fluctuations énergétiques et un léger dégagement de radioactivité.
    Cildon : Dans quelle proportion ?
    Scientifique : Infime Monsieur, je pense que si nous ne rentrons pas dans la chambre de confinement pendant l’utilisation du générateur nous ne risquerons rien.
    Cildon : Parfait, je vais maintenant vous laisser je dois rejoindre…

    Et la il se passa une chose incroyable Cildon se stoppa en plein milieux de sa phrase il était comme figé. Mais le Conseillé Cildon n’était pas le seul, dans la pièce les quatre scientifiques et les deux gardes étaient aussi figés, c’était comme si le temps s’était arrêté net. Soudain on entendit un bruit de porte et toute la pièce et ses personnages partirent en fumée. Daniel ne prit que peut de temps après se qui arriva. Il vit à la place de l’Hologramme une très belle jeune femme à la peau métisse et aux très longs cheveux noirs tirés en arrière. Elle portait une longue robe de couleur beige et blanche. Ses yeux d’un vert éclatant frappèrent le regard de Daniel.

    Daniel Jackson : Heu bonjour !
    Izria : Plutôt bonsoir Docteur Jackson, vous avez travaillé toute la journée.
    Daniel : Je ne m’en étais pas rendu compte excusez moi.
    Izria : Il n’y a pas de mal, je me présente je suis le Conseillé Izria, Responsable du Commerce Lantien. Je suis venue chercher le Conseiller Mélia.
    Mélia : Bien sur que se passe-t-il ?
    Izria : Je l’ignore mais Moros veux te voir dans la salle de contrôle, je vais rester avec le docteur Jackson.
    Mélia : Parfait, je vous pris de bien vouloir m’excuser docteur Jackson.
    Daniel Jackson : Il n’y a pas de mal Conseiller Mélia.

    Et le Conseillé Mélia quitta la pièce le plus vite possible pour prendre la direction de la salle de contrôle de la cité d’Atlantis dans la tour centrale. La jeune Izria se plaça derrière la console de la basse de données, mais qu’elle n’eut le temps de faire quoique ce soit Daniel l’interpela.

    Daniel Jackson : Excusez-moi, mais je viens de m’apercevoir de quelque chose.
    Izria : Oui, dites-moi Docteur Jackson.
    Daniel : J’ai retrouvé beaucoup d’inscription écrites en Ancien l’ors de mes explorations, et un j’ai pu constater que votre langue écrite ressembler fort a notre latin. Mais là vous parler ma langue, comment avait vous pu apprendre cette langue d’une planète située dans une autre galaxie ?
    Izria : Je ne devrais pas vous dire ça, mais c’est le Docteur Jackson !
    Daniel Jackson : Moi !
    Izria : Vous avez effectué l’Ascension non, nous discutons avec nos frères et nos sœurs qui ce sont élevé et à notre tour nous avons discuté avec vous.
    Daniel Jackson : C’est incroyable, c’est pour ça que le Haut Conseillé Moros dit m’avoir connue ?
    Izria : Voulez vous que je relance l’hologramme ou vous avez d’autres questions ?
    Daniel Jackson : Non, je n’ai plus de questions.
    La jeune Izria se replaça derrière la console de l’hologramme enclencha un bouton et la pièce se remplit de fumée et reconstruisis l’hologramme historique de la base de données d’Atlantis. La scène holographique représentait une grande rue en plein cœur de la cité d’Avalon deux semaines après le décollage du Trion sur Vulcanisa. Là la grosse voix de Daniel retenti dans le décor, le Conseillé Izria stoppa immédiatement le défilement de l’hologramme et demanda a Daniel se qui n’allait pas un peu sèchement :

    Izria : Je peux savoir ce qui ne va pas Docteur ?
    Daniel Jackson : Je vous pris de bien vouloir m’excuser, mais il manque deux semaine que c’est il passé sur le Trion pendant tout ce temps ?
    Izria : Ca personne ne le sait ; cette partie de la base de données a été détruite il y a de sa fort longtemps. Je reprends.

    Izria réenclencha le défilement de l’hologramme. Tout se remit en route. Une jeune femme marchait dans la grande rue d’Avalon. Ses long cheveux blonds tressés elle marchait d’un pas sur. La jeune femme portait fièrement l’uniforme des Commandants de la Flotte Alteran. Elle avançait dans la rue à la faible lueur du jour, le soleil se levait à peine et les réverbères éclairaient encore de leurs cristaux bleus les rues. Cette femme était Milina, un officier de la flotte de grande renommée, elle venait juste d’être promut Commandant d’un des deux dernier vaisseaux de classe Trion. Elle allait bientôt arriver près de la place Kailla, elle pouvait déjà voir la grande statue de bronze représenta la femme brulée vive par les Oris pour protéger le reste de son peuple. Au pied de la grande statue se trouvaient quatre arches. Chacune de ces arches abritaient un socle à anneaux de téléportation. La belle Milina aperçut une personne quelle connaissait bien et elle s’avait que cette personne irait au même endroit qu’elle. Il faisait la queue devant les socles d’anneaux. Cette technologie avait sue être très bien exploiter il y avait à présent des anneaux de téléportation presque partout. L’homme dont elle s’approchait portait une belle veste d’un couleur gris métal un pantalon de la même couleur, était très mal rasé et avait une coupe de cheveux des plus mauvais jours. Milina s’approcha de cette homme, lui mit la main sur l’épaule et se retourna :

    Milina : Bonjour Amélius comment vas tu ?

    Milina et Amélius étaient devenu de très bon amis, leur enfants avaient le même âge et allaient à la même école. Mais ce qui avait plus rapproché les deux personne était le travail, Milina travaillait sur les vaisseaux de classe Trion, elle vérifiait que les armements fonctionnaient correctement tout comme Amélius.

    Amélius : Milina, tu m’as fait peur comment vas tu ?
    Milina : Bien, merci tu à l’air d’avoir passé une salle nuit hier ?
    Amélius : Nous sommes allés chez des amis avec Sillya, nous sommes rentrés super tard, enfin je crois.
    Milina : Ha oui je vois. Tu te rends au Chantier spatial ?
    Amélius : Oui nous avons encore un vaisseau à construire, ce n’est pas possible ces vaisseaux existe depuis plus de vingt ans et ils ne savent toujours pas les entretenir. J’ai supervisé la construction de tellement de vaisseaux que je sais même plus comment il s’appelle.
    Milina : Oui à se propos il faut que je te dise un truc.
    Amélius : Je t’écoute.
    Milina : On ne va plus travailler ensemble…
    Amélius : Pourquoi ça ?
    Milina : On m’a confié le Commandement de ses nouveaux vaisseaux !
    Amélius : C’est formidable, c’est une super opportunité pour ta carrière. Comment il s’appel déjà ?
    Milina : C’est le vaisseau de classe Trion : Amélius…

    Puis la file d’attente était fini c’était autour d’Amélius et de Milina d’utilisé les anneaux. Milina s’approcha de la console d’activation mais fut stoppé par Amélius. Il lui fit signe de venir au centre du cercle. Une fois tous les deux Amélius enclencha un petit appareil fixé à son poigné. Les anneaux furent alors activés. Sur la place Kailla tout le monde fut très surprit de cette invention Milina y compris. Ils se trouvaient a pressent a bord de l’Amélius un des deux nouveaux vaisseaux de classe Trion.

    Milina : Mais Qu’est-ce-que c’était ?
    Amélius : Ma dernière invention. Un petit boitier portable qui se fixe au poigné ou on peut programmer six destinations.
    Milina : C’est surprenant.
    Amélius : Le contraire t’aurait étonné. Bon allons dans la salle de contrôle.

    Milina et Amélius, venaient juste d’arriver dans la grande et belle salle de contrôle de l’Amélius, et firent la liste des choses à installer ou le travail à terminer. Les boucliers, les réacteurs sublumuniques dernier model, les canons ioniques, la porte du hangar à vaisseau, le recrutement de ses officiers et tant d’autre à faire. Milina ne s’avait plus ou donné de la tête. Ils décidèrent de finir d’abord le vaisseau et après le recrutement, le Commandant Milina pouvait faire les deux en même temps. C’est ainsi que le Commandant de l’Amélius recruta son Second un officier du mon de Malek. Un grand homme de couleur café au lait, les cheveux rasés très séduisant et charismatique. Il s’était présenté à Milina alors quelle travaillait avec Amélius sur le système d’approvisionnement en énergie du vaisseau et il était venue les aider après son entretien.

    Après dix jours de travail intensif le vaisseau était enfin près pour les tests dans l’espace. Tout le monde se réjouissait que le Kailla et l’Amélius été près pour le retour du Trion. Ces deux vaisseaux étaient très différents des vaisseaux de classe Trion classique. Les moteurs Ioniques avaient été remplacé par des subluminiques, les canons lasers par des canons Ioniques, la puissance des boucliers avait été amélioré, bref cesdeux derniers vaisseaux étaient beaucoup plus puissant que les anciens. Le Kailla et l’Amélius volaient côte à côte dans immensité de l’espace, toujours dans l’orbite d’Avalon, escortés par les vaisseaux Nova et Seberus. Tout se passait pour le mieux jusqu’au moment ou une alarme retenti :

    Milina : Que se passe-t-il ?
    Malek : Nous captons un signal de détresse Madame, le point d’origine se situe à 0,03 années lumière d’Avalon. Il s’agit…
    Milina : Par l’Aurore le Trion !
    Malek : Du Trion Madame…

    L’Amiral en chef des forces Alterans Khaled qui dirigeait la base spatial d’Avalons ordonna au Nova et au Seberus de se rapprocher du signal pour avoirs une meilleur aperçu de se qui se passait. Aussitôt les deux gigantesques vaisseaux mirent le cap sur la périphérie du système solaire. Ils passèrent en hyper-accélération une fois la lune d’Avalon franchit. Le voyage ne leur prendrait quelque dizaines de minutes à plein puissance. Une fois à la périphérie du système solaire le signal de détresse était vraiment plus clair et ils purent même cap un signal vidéo transmit par le sub-espace qui retransmirent aux deux autres vaisseaux et à la base spatial.

    Cildon : Ici le vaisseau Trion, nous avons perdu le contrôle du vaisseau, je répète nous ne contrôlons plus rien. Une impulsion radioactive provenant du nouveau générateur à Naquadah à griller presque tous les systèmes du vaisseau et ceux qui ont résisté son inutilisables. Les morts se comptent par centaine. Certaines parties du vaisseau on été irradié et ne peuvent être utilisé. Avalon répondez s’il vous plait…
    Solen : Je crois qu’ils ne nous reçoivent pas.
    Cildon : Non ils ne nous reçoivent pas, les radiations doivent brouiller notre message. Avec un peu de chance un vaisseau passera à proximité et le captera peu être. Je coupe la fréquence….
    Grrrrrrrrrr………

    Toute le monde était terrifier on pouvait le voir sur la vidéo, Cildon était couver t d’éraflures et de brulures, tendit que le vaisseau semblait être en très mauvaise état, des câbles sortaient de partout, des gerbes d’étincelles jaillissaient de toutes parts le spectacle était horrible. Ils leur fallaient un plan de sauvetage et vite, car à cette vitesse dans quatre jours le Trion s’écraserait. Les jours passèrent et un plan d’évacuation avait été mit en place les passagers du vaisseau allaient être évacué par le Nova et le Seberus qui allèrent attendre le vaisseau à la périphérie du système solaire, puis il faudrait stopper le vaisseau en détruisant ses réacteur. Enfin après quatre long jours le Trion pointa le bout de son nez, vue de l’extérieur le vaisseau ne semblait rien avoir, le commandant du Nova entra en communication avec le Trion. Pendant près de vingt minutes personne ne répondit, mais à force de persévérance un écran apparu sur la verrière du Nova et Cildon très mal en points était là

    Arben : Conseillé Cildon, je suis Arben Commandant du Nova nous sommes venus pour vous porter assistance.
    Cildon : Commandant Arben c’est un plaisir de vous voir nous commencions à croire que nous ne révérions plus jamais les notre avant de mourir !
    Arben : De mourir ?
    Cildon : Je suis sur que vous avez mis au point un plan d’évacuation ?
    Arben : Oui tout à fait le Nova et le Seberus sont prêt à intervenir des que vous nous en donnerait l’ordre.
    Cildon : J’ai peur qu’il ne reste plus personne a sauvé la plupart des membres d’équipage sont déjà mort dû à la radiation, et le reste le sera dans peu de temps.
    Arben : Nous pouvons quand même vous aider !
    Cildon : Non il y a un plus gros problème encore…
    Arben : Il est hors de question que nous vous laissons ici, nous n’avons pas fait tout ce voyage pour rien.
    Cildon : Bon sang fermer là Arben ! Cela va faire cinq jour que je n’ai pas mangé et chaque fois que je tente de parler cela me fait un mal terrible. Le Trion va s’écraser sur Avalon si on ne l’arrête pas et l’explosion qui en résultera pourrait bien détruire tout le continent ou nous nous sommes installer.
    Arben : Par l’Aurore je contacte le Grand Conseil de suite.
    Cildon : Informez les aussi que le Grand Conseillé Oron est mort suite à ses trop graves blessures.
    Arben : Bien, Nova fin de communication…

    Après une heure et demie de débat le Conseillé Rowen qui remplaçait le Conseillé Oron prit avec les membres du Grand Conseil la pire décision de leur vie. Le Conseillé Cildon étant le mieux placé pour résoudre ce problème il avait ordonné au Commandant du Nova et de Seberus de faire exactement ce que Cildon leur dirait. Mais la solution de Cildon était la plus correcte: il fallait détruire le Trion, car même si les quelque membres d’équipage parvenaient à survivre, ils mouraient a leur tour dans les plus atroces souffrances comme ils avaient vu mourir leur amis.

    Cildon : Commandant Arben ici le Trion répondez s’il vous plait ?
    Arben : Ici le Trion je vous écoute Conseillé.
    Cildon : Ou se trouve le Conseiller Amélius ?
    Arben : Il est dans l’Amélius, qui est en orbite autour de la planète.
    Cildon : dites leur de venir je vais leur envoyé les informations sur mes recherches afin que une tragédie du même genre ne se reproduise.

    L’Amélius quitta l’orbite et mit le cap sur la position du Nova et du Seberus, une fois la planète mars franchit le téléchargement commença. Cildon envoyé à Amélius les plans de conception, les schémas de ces dernières inventions et une lettre adressée à sa femme et son fils.

    Amélius : Trion ici Amélius téléchargement fini.
    Cildon : Vous transmettez cette lettre en personne Amélius.
    Amélius : Bien sur mon ami, êtes vous vraiment sur de vouloir faire ça ?
    Cildon : De toute façon nous allons mourir.
    Amélius : Je suis en train de mètre au point un appareil qui pourra vous soigner !
    Cildon : Et je devrais vivre en sachant que j’ai tué des centaines de personnes, non je ne le peu pas et les autre qui sont avec moi le sont aussi. Je suis désolé Amélius, en tout cas je veux vous dire une chose vous méritez la place du Grand Conseillé Oron, vous seul êtes digne de lui succéder, vous avez donc mon vote Commandant Milina vous en êtes le témoin.
    Milina : Avec le cœur plein de tristesse Cildon mais oui.
    Cildon : Nous sommes prêt Trion dernière communication…

    Le Nova et le Seberus ne bougeaient pas, aucun des deux vaisseaux ne voulaient ouvrir le feu sur l’un des leurs. A bord des deux croiseurs la tristesse la peine le chagrin était au plus haut. L’Amélius avait stoppé son chemin et restait dans l’orbite de mars. Mais le Trion lui avançait toujours, il ne se trouvait plus qu’a douze mille kilomètre des deux vaisseaux, il fallait agir maintenant. C’est alors qu’à contre cœur la totalité des canons de deux appareils se mirent à faire feu sur le Trion. Des centaines et des centaines de rayons laser de couleur rouge allèrent s’écraser sur les boucliers du vaisseau et là quelque chose d’inattendu se produisit. Le Trion riposta. Il tirait simultanément sur les deux vaisseaux tout en se rapprochant d’eux il n’était plus qu’a six sept mille kilomètres. Loin dans l’orbite de mars les membres d’équipage regarder la bataille sur l’écran de la salle de contrôle du vaisseau, tout le monde était terrifié, la bataille était rude et le Trion mieux équipé face à ces adversaire. C’est alors que le Commandant Milina prit la décision de leur venir en aide, elle s’avait au fond d’elle-même quelle le regretterait toute sa vie mais que le sort de la cité d’Avalon était en jeu.

    Milina : Officié en Second Malek !
    Malek : Oui Commandant ?
    Milina : Vous avez ordre d’ouvrir le feu sur le Trion !
    Malek : Mais madame, nous n’avons reçus aucun ordre du Grand Conseille ?
    Milina [les larmes aux yeux] : Non mais, j’en prends la responsabilité.

    L’Amélius qui était bien loin derrière se rapprocha et ouvrit le feu dès que possible sur le Trion. Les nouveaux canons Ioniques de l’Amélius tiraient des rafales de rayon Ionique de couleur bleu claire. Mais le Trion avait aussi remarqué le vaisseau Amélius et il riposta aussi à ses tires. Les vaisseaux tiraient toujours, le Trion se rapprochait dangereusement du Seberus, il était à moins de mille kilomètres et le commandant ordonna une manœuvre d’évitement de toute urgence. Le Trion arrivait à plein vitesse sur le Seberus qui bougeait lentement. Le Seberus eu juste le temps de bouger de quelque degré vert la gauche, le Trion percuta de pleins fouées les boucliers avant droit. Le cap du Trion fut changer par le choc mais il reprit très vite sa route vers la cité d’Avalon, tendit que le Seberus lui fut projeté en arrière et que tout son personnel de bord fut secoué dans tout les sens. Après quelque minute le vaisseau sévèrement touché qui avait perdue les trois quart de ses boucliers reprit le combat. Le Trion était maintenant très proche de la planète Neptune, une planète géante de gaz bleu entourée d’une ceinture d’astéroïde. Les trois vaisseaux n’arrivaient pas à venir à bout du Trion, ces boucliers étaient beaucoup trop puissants. Mais soudain Amélius eut une idée :

    Amélius : Trion ici Amélius répondez s’il vous plait ?
    Solen : Ici le Trion, mais qu’attendez vous pour détruire ce vaisseau ?
    Amélius : Votre générateur doit alimenter les boucliers du vaisseau directement, impossible que nos tires le traversent. Je voudrais parler à Cildon maintenant.

    Cildon était la assis sur le sol, le dos posé contre une paroi du vaisseau, il semblait aller très mal. L’empoissonnement aux radiations était vraiment d’une très grande force. Le Capitaine Solen aida le Conseiller à se lever.

    Cildon [très mal en points] : Je suis là Amélius que voulez vous que je fasse.
    Amélius : Détruire le générateur de l’intérieur d’ici, impossible.
    Cildon : De notre coté c’est pareille la pièce est soumise à de plus importantes radiations qu’ici. Et la plus grande partie du niveau l’est aussi.
    Amélius [dans ses songe] : Mais alors que faire ?
    Milina : Les anneaux de téléportation d’urgence de la salle des générateurs !
    Amélius : Il n’y a jamais eu d’anneaux dans cette pièce.
    Cildon : Je crois que si ils sont installés dans le plafond et ont été conçu pour se déclenché automatiquement en cas d’urgence.
    Solen : Je vais y aller !
    Cildon : Nous y allons ensemble…
    Amélius : Bon courage…

    Les deux hommes partirent alors dans les couloirs à la recherche d’une plate forme de téléportation. Au passage Cildon avait ramassé une arme de point sur la ceinture d’un soldat mort. Leur voyage était vraiment dur, le vaisseau t’engueait dans tous les sens à cause des tires des autres vaisseaux, mais les chemins était jonchés des cadavres de leur frères et sœur. Après plusieurs longues minutes de marche les deux hommes arrivèrent enfin devant des anneaux. Solen les activa et ils furent immédiatement transportés dans la salle des générateurs. Là ils furent soumit à un taux de radiation si élevé que les deux hommes s’écrasèrent au sol. Solen se leva tant bien que mal et vint aider Cildon, il le porta jusqu'à la console qui leur permettrait d’ouvrir la porte de la chambre de confinement. Le passage était ouvert, mais ceci fit augmenter le taux de radioactivité en flèche les deux hommes savaient qu’ils n’auraient que peu de temps avant de mourir. Solent pris Cildon par le bras et les deux hommes coururent tant bien que mal vers la chambre de confinement. Une fois dans la salle ils marchaient plus péniblement chaque geste les fessaient souffrir le martyr avant même d’avoir pus toucher le générateur les deux hommes s’effondrèrent sur le sol. Cildon ne bougeait plus et Solen l’appelait mais en vain, son heure était arrivée il ne restait plus que lui à présent, il dégaina son arme tant bien que mal et vissa avec peine le générateur. Il tira quatre fois sur le socle ce qui ne fit presque rien, il tenta alors de visé le haut du générateur, là ou il y avait le sommet de la pile de Naquadah liquide. Le jeune Capitaine se concentrait de toutes ses forces mais il s’avait qu’il n’avait pas le temps alors il tira au hasar. Premier tir raté, second tire raté, troisième tire raté, mais aux quatrièmes tires il fit mouche et le générateur explosa. Pendant ce temps le Seberus et le Nova suivaient de très près le Trion tout en lui tirant dessus, et l’arrière du vaisseau explosa. L’explosion qui en résulta s’amplifia et le reste du vaisseau explosa de toute part et dans un dernier souffle une gigantesque explosion se produisit. L’onde de choc qui s’en dégagea fit exploser le Seberus et quelque minute plus tard se fut le tour du Nova. A bord de l’Amélius les membres de la salle de contrôle regardaient par l’imposante verrière se spectacle apocalyptique et virent une gigantesque onde arrivée droit sur eux.

    Milina : Dérivez tout la puissance vers les boucliers de toute urgence !

    Les boucliers de l’Amélius se renforcèrent puis ils furent frappés par l’onde de choc. Les boucliers ne durèrent quelque minutes et puis après plus rien. L’Amiral en Chef Khaled ordonna au Kailla d’aller voir l’Amélius car le vaisseau était sur les radars mais ils ne captaient aucune communication radio. Après quelque minutes de voyage ils virent que l’Amélius était quasiment intact mais que le vaisseau tournait sur lui-même signe qu’il devait surement être à court d’énergie.

    Cinq jours plus tard, dans l’hôpital militaire d’Avalons les membres d’équipage de l’Amélius furent tous interrogé pour comprendre se qui s’était passé. Au total plus de mille cinq cent personnes en avait perdu la vie. Suite à ça le Conseil avait perdu deux de ses plus brillants membres, la flotte Alterans avait perdu trois vaisseaux de classe Trion et plusieurs chasseur Oracle, le peuple Alterans avait soit perdu un fils, et une femme, Amélius quant a lui, il avait perdu son meilleur ami, un homme qu’il considérait comme son propre frère. Une grande cérémonie commémorative fut organisée plusieurs jours après la catastrophe sur toutes les planètes de l’empire Alteran. La tristesse, le chagrins le regret et t’en d’autre sentiment de douleur allait se faire ressentir pendant encore pas mal de temps. Après la cérémonie commémorative le Grand Conseil Alteran devait élire un nouveau chef le plus rapidement possible, car en temps de crise le peuple Alteran allait avoir besoin d’un chef pour les guider, car leur histoire ne s’arrête pas il leur reste encore beaucoup de chemin à parcourir.


    _________________

    Contenu sponsorisé

    Re: Fan fiction: L'histoire d'un peuple

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Juil - 11:23